Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[Preview] Devil May Cry 3

toof par toof,  email
 
Devil May Cry fut sans conteste l'un des premiers gros cartons de la PS2. Son design, le charisme du personnage, le dynamisme des combats en ont fait un hit qui mit la barre très très haute. Suivi alors un deuxième épisode en demi teinte, beaucoup de joueurs redoutèrent l'arrivée d'un troisième épisode qui pourrait finir d'enfoncer la série dans les catacombes de la déception.

Verdict après quelques rixes sur quelques niveaux : une grosse suée, un terrible mal de poignet et une euphorie jubilatoire extrême. Non, je ne viens pas de me masturber mais juste d'essayer Devil May Cry 3.


Après une introduction où l'on voit Dante démolir des ennemis tout en bouffant sa pizza sur une musique qui dépote bien, la première chose qui frappe lorsqu'on prend les choses en main est la caméra. Alors que les précédents jeux se contentaient de travellings fixes, il est possible ici d'orienter légèrement la caméra pour recadrer un peu la scène. Mais il faut avouer que c'est plutôt gadget tant cette caméra est d'elle-même très efficace : elle s'applique (et réussi brillamment) à afficher en permanence le joueur et la cible verrouillée. A partir de là s'en suit un carnage en règle très dynamique et on ne perd jamais le fil. Seules les esquives nécessitent qu'on s'habitue aux recadrages très fréquents.

D'ailleurs, en place des touches de saut et d'esquive se trouve désormais une touche de saut qui, combinée avec la touche de verrouillage de cible, donne une esquive en bonne et due forme. La touche ainsi "libérée" permet ainsi une des nouveautés de Devil May Cry 3 : entre deux niveaux, il est possible de choisir un style de combat (au nombre de trois, Trickster, Swordmaster et Gunslinger) qui assigne des mouvements différents à cette fameuse touche libre. Dans le cas de l'habilité Swordmaster, il sera par exemple possible de faire de puissants jets d'épée tout en continuant de se battre à mains nues ou aux guns. Avec le style Gunslinger, il sera alors possible de faire des sauts énormes tout en fusillant tout se qui se trouve dans le coin, ou alors de tirer manuellement dans deux directions différentes. La classe.

Grâce à ces deux améliorations (style de combat paramétrable et nouvelle caméra), le jeu redevient très fun à jouer, les combats dont la classe et le style inimitables sont jubilatoires et le matraquage de la touche de tir et les réflexes sont mis à contribution de manière extrême. Pour tout dire, ce petit aperçu de Devil May Cry 3 est très prometteur et annonce un vrai renouveau de la série, loin du décevant (mais néanmoins très bon) deuxième opus. Non seulement le design original semble signer son grand retour, mais l'humour décapant de Dante (qui taquine un cerbère à trois têtes comme s'il s'agissait d'un petit caniche) est également à nouveau là. Rajoutez la dessus un aspect technique amélioré et une caméra semi dynamique hyper efficace, et je vous laisse deviner quel genre de hit Devil May Cry 3 risque fort d'être.

Rendez vous en début d'année 2005 sur PS2.
Rechercher sur Factornews