Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[Popcorn] Nightcrawler / Night Call

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Lou Bloom est un voleur à la petite semaine à Los Angeles. Il passe ses journées devant la télé et sur Internet en attendant de trouver un boulot. Il rencontre par hasard une équipe de reporters indépendants qui filment les accidents et les lieux des crimes dans le but de revendre des images choc aux chaines de télé. Il décide alors de se lancer dans le business. Il est encouragé par la productrice de KWLA 6 qui cherche à gonfler l'audience afin de garder son poste. Lou va pousser les choses de plus en plus loin quitte à franchir certaines barrières légales...

C'est un fait : le crime est en chute libre à Los Angeles. On est maintenant à un niveau comparable à celui des années 60. Pourtant les journaux TV ne parlent quasiment que de l'actu locale et cette dernière est presque entièrement consacrée aux incidents violents. Mais comme il y a moins de choses à aborder, il faut le faire à grands coups d'images sanglantes et morbides quitte à fermer les yeux sur la manière dont elles ont été tournées. C'est le propos de base de Nightcrawler : le film offre un aperçu du travail de ces journalistes underground qui vont au plus près de l'action dans le but de dégotter un scoop et de le vendre à bon prix.

Rien que cela aurait suffit à faire un bon film. Mais Nightcrawler tire surtout sa force du personnage de Lou Bloom joué par un Jake Gyllenhaal méconnaissable. Il joue un enfoiré de première, froid et calculateur. Il a ses petites manières et semble dénué d'émotions. On ne met pas longtemps à réaliser que ce n'est pas le héros du film mais le méchant. L'écriture du film est brillante et se situe en permanence à la limite entre le super glauque et l'humour ultra noir. La relation entre Lou et la productrice jouée par Rene Russo est fascinante et pourrait être qualifiée de SM verbal.

Le budget du film est ridiculement petit (8 millions de dollars) mais il faut dire qu'une grande partie a été tourné en extérieur dans les rues de LA. Ce n'est d'ailleurs pas le LA glamour ou le LA ghetto qu'on a l'habitude de voir. C'est plus un LA nocturne et sans vie. La réalisation est assez classique et sert bien le propos du film en montrant tour à tour le caméraman et ce qu'il film. En clair, Nightcrawler est un excellent film noir qui mérite amplement de lacher une dizaine d'euros pour le voir au ciné. C'est une sacré performance d'acteur et une plongée sombre sur un business méconnu.

Il sort en France le 26 Novembre et s'appellera Night Call pour des raisons inconnues. J'imagine qu'un marketeux a dû faire un vague rapprochement avec Drive et a été inspiré par la chanson de Kavinsky.
Rechercher sur Factornews