Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

[Popcorn mais pas trop] The Legend Of Zelda : Symphony of the Goddesses

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
En 2005 se tenait la première représentation des Video Games Live. Le concept était simple : un orchestre symphonique joue des musiques de jeux vidéo pendant qu'un écran diffuse des clips de ces derniers le tout devant un public de fans en transe. Son succès a fait des émules. Distant Worlds: Music from Final Fantasy a commencé sa première tournée en 2007, Video Game Orchestra a été lancé en 2008 et on a entendu The Legend of Zelda: Symphony of the Goddesses pour la première fois en 2012.

Cette dernière est bien évidemment dédiée à Zelda et l'édition 2017 inclut Skyward Sword et Breath Of The Wild. Elle était joué hier au Dolby Theatre de Los Angeles et j'étais présent. Les 3400 places étaient occupées par un public de jeunes adultes bien habillés pour l'occasion à savoir soit en costard soit en cosplay. On a bel et bien affaire à une symphonie avec une ouverture et cinq mouvements qui couvrent la majorité des jeux. Koji Kondo, Eiji Aonuma et Shigeru Miyamoto font des coucous vidéo entre les différents mouvements.

Le fait est que la musique a une place à part dans Zelda au point de faire partie intégrante du gameplay dans plusieurs opus. Bien plus que dans d'autres jeux, la musique compose l'essentiel du design sonore des jeux vu qu'il y a assez peu d'effets sonores et que les voix enregistrées étaient inexistantes jusqu'à Breath Of The Wild. Du coup entendre un orchestre jouer avec brio ces musiques fait revivre l'expérience. Combiné à l'aspect nostalgie d'une partie des jeux, on ressent plein de choses dans son petit coeur si on n'est pas mort à l'intérieur. Et on ressort du concert avec une envie : jouer à Zelda.

Je ne suis pas sur que le concert ait le même impact sur les non-initiés mais il n'y a pas besoin d'être un ultra-fan pour apprécier la beauté de l'ensemble. Pendant près de deux heures, on se laisse bercer par un orchestre qui nous envoie dans un univers assez binaire mais ô combien attachant. Symphony of the Goddesses ne passera pas en France en 2017 mais guettez de près la tournée 2018.
Rechercher sur Factornews