Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Irrational Games sort un yaourt

snoopers par snoopers,  email
 
L'annonce tourneboulante d'Irrationnal Games n'aura finalement pas tourneboulé grand chose. Bien loin d'annoncer la sortie d'un providentiel System Shock 3 comme le pensaient encore hier les p'tits filous de Nofrag, c'est finalement un pack de yaourts qui verra le jour, probablement au rayon frais de toute grande surface qui se respecte. Ou alors j'ai pas tout compris.

Faut dire, un nom comme Bio Shock, ça ne facilite la tâche à personne. Secrètement développé dans un bunker depuis bientôt trois ans, Bio Shock fait sa première sortie en ville chez les journalistes totaux de Gamespot, permettant aux géniteurs du jeu de s'expliquer un peu sur le pourquoi du comment.
Première mise au point: Bio Shock n'est en aucun cas la suite de System Shock 2, bien qu'il en soit selon eux le "descendant spirituel". Pas la même franchise donc, mais une structure globale relativement similaire, pour le meilleur on l'espère.

Pour le reste rien de croustillant à se mettre sous la dent, sinon que le jeu risque fort de suivre les traces de ses aînés, aussi bien en termes d'ambiance que de gameplay. Prenant place dans les tréfonds d'une base de recherche génétiques secrète et accessoirement décimée par un mal inconnu, Bio Shock fera de toute évidence la part belle aux frissons, reprenant le cocktail gagnant horreur / science-fiction propre à la série de Warren Spector qui a récemment fait le succès d'un certain Doom 3.

L'article étant relativement complet et riche en informations intéressantes, il est fortement conseillé d'aller y jeter un œil, ne serait-ce que pour zieuter les sympathiques artworks qui illustrent les pages. Vivement qu'on en sache plus...
Rechercher sur Factornews