Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Huit conseils d'Anita pour faire des jeux "moins merdiques pour les femmes"

Hell Pé par Hell Pé,  email  @hellpe
 
Bien que nul d'entre nous à Factor n'oserait suggérer que notre cher lectorat en ait besoin, permettons-nous toutefois de rappeler quelques faits. Anita Sarkeesian est la réalisatrice des documentaires Tropes vs. Women in Video Games, lesquels ne disent fondamentalement qu'une seule chose : que les jeux vidéo ne tiennent pas vraiment compte de leur public féminin, ou quelque chose comme ça. Ce 5 février dernier au Game Center de l'université de New York, Sarkeesian a tenu une conférence dont le point d'orgue était une liste de "huit choses que les développeurs peuvent faire pour rendre leurs jeux moins merdiques pour les femmes". Stephen Totilo s'est rendu à cette conférence (en devant franchir un détecteur de métaux) et a publié ces huit conseils dans un article du 26 février sur Kotaku :
  • Éviter le "principe de la Schtroumpfette", selon lequel un groupe de personnages ne va inclure qu'un seul perso féminin, dont la principale caractéristique se résume à être "féminin" (girly).
  • Éviter l'armure-bikini et autres tenues affriolantes injustifiées.
  • Créer des personnages féminins aux morphologies variées, pas seulement des top-modèles.
  • Ne pas insister sur le postérieur des persos féminins, du moins pas davantage qu'on ne le ferait sur celui d'un perso masculin (Sarkeesian cite en exemple la démarche chaloupée de Catwoman dans Arkham City).
  • Inclure davantage de persos féminins de couleur.
  • Animer les persos féminins conformément à la manière dont de vraies femmes se déplaceraient (selon Sarkeesian, leurs motion-captures "ressemblent souvent à un défilé de mode").
  • Enregistrer des cris de douleur féminins qui ne ressemblent pas à des orgasmes (suivez mon regard, ou bien écoutez simplement cet extrait de League of Legends).
  • Inclure des ennemis féminins, sans pour autant les sexualiser. "Mettre des personnages féminins devant la ligne de mire n'est pas un problème en soi", précise Sarkeesian; "L'idéal, ajoute-t-elle en citant les ennemis de Bioshock Infinite, c'est de designer des combattants qui s'avèrent simplement être des femmes".
Pour en lire davantage sur ce qui s'est dit lors de cette conférence, nous vous suggérons d'en lire le compte-rendu détaillé qu'en a fait Stephen Totilo. Lequel explique avoir été frappé par "non seulement la négativité, mais aussi la positivité" d'Anita Sarkeesian :
Tout en décrivant ces huit changements qu'elle voudrait voir, elle a régulièrement mentionné les jeux qui, d'après elle, s'y prenaient mal, mais elle a également cité les jeux qui, d'après elle, faisaient les choses bien. Mais aussi, étonnamment, elle n'a cessé de dire à quel point ce changement dans le jeu vidéo pourrait être facile.
Rechercher sur Factornews