Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Hines, Zwei, Drei : marketing et politique

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Wolfenstein II: The New Colossus sort dans 12 jours et Bethesda a intensifié sa campagne marketing. Il est question de libérer l'Amérique du joug des Nazis donc Bethesda a balancé le 6 octobre sur Twitter une mini-vidéo sous-titrée "Make America Nazi-Free Again" et l'a accompagnée du tag #NoMoreNazis. C'est aussi subtil qu'un char Panzer à l'assaut mais en même temps on parle de Wolfenstein qui n'est pas exactement le FPS le plus fin qui soit.

Et puis après tout, qui n'aime pas tuer des nazis ? C'est un peu comme les zombies : on peut tirer dessus sans avoir d'états d'âme. Malheureusement, c'est oublier que les US sont remplis de groupuscules d'extrême-droite et qu'ils défilent désormais avec des torches en criant des slogans racistes. Et ils supportent le président en exercice, Donald Trump, qui en retour condamne à peine ces individus. Du coup la campagne de Bethesda a fait du bruit d'autant plus qu'elle plagie le slogan de Trump "Make America Great Again". Twitter étant Twitter, tout ce petit monde a commencé à se gueuler dessus et à appeler au boycott ou au contraire au soutien en promettant d'acheter le jeu.

Peter Hines, VP Marketing chez Bethesa, joue les innocents et explique que dans Wolfenstein il a toujours été question de buter des nazis et que c'est une coincidence si dea vrais nazis défilent dans les rues aux US cette année. Il précise que Wolf 2 n'est en rien un message politique mais précise quand même que Bethesda est contre l'idéologie nazi. Mais Peter sait très bien ce qu'il fait. La preuve en est avec cette nouvelle mini-vidéo dans laquelle BJ balance un coup de poing à un nazi accompagné du message "There is only one side". Le premier élément fait réfèrence à une campagne Facebook appelant à filer des beignes aux nazis tandis que le second fait réfèrence à un discours de Trump qui expliquait qu'il y avait des gens bien des deux côtés en parlant des fascistes et des anti-fascistes.

C'est ce qu'on appelle du marketing coup de poing. Et cela fonctionne pour une raison aussi simple qu'effarante : en 2017, il y a des gens qui défendent les nazis. Et d'autres que la Terre est plate.
Rechercher sur Factornews