Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Hard and Heavy

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Il se passe plein de choses rigolotes en ce moment dans le petit monde des cartes graphiques donc il est temps de faire le point.

Chez Nvidia, après avoir fait semblant de ne pas avoir été intéressé pour fournir les puces pour la prochaine génération de consoles, on joue maintenant les snobs en expliquant que des consoles avec des alim de 200/300 Watts ne peuvent pas rivaliser avec des PCs de 1000W. Merci Captain Obvious mais plutôt que de dire des banalités, il faudrait peut être se pencher sur le problème de la consommation des GPU. Personne n'imagine laisser tourner un four à micro-ondes pendant toute une journée mais quand il s'agit de jeux vidéo sur PC on oublie toute notion d'économie d'énergie.

Si Nvidia fait copain-copain avec Linux, c'est pour monter à bord du train Steam OS / Steam Machines. Ce recentrage sur le PC peut s'expliquer par le fait que le Tegra, leur System On A Chip (SoC) pour smartphones et tablettes, ne décolle toujours pas. Pire encore : les nouvelles générations sont moins populaires que les précédentes. Le Tegra 2 était quasiment le standard pour les tablettes Android tournant en 3.x et le Tegra 3 a fait les beaux jours du Nexus 7 et du HTC One X. Le Tegra 4 n'équipe aucun appareil populaire. Nvidia a fini par lancer sa propre ligne d'appareils avec le Nvidia Shield et le Nvidia Note, ce dernier étant plus un design de référence qu'un produit fini. Il faut dire que sur le marché d'Android Nvidia fait face à un poids lourd : Samsung. Le géant coréen domine sans partage la plate-forme et utilise une variété de SoC (le sien, Exynos, mais aussi celui de Qualcomm, Snapdragon) mais très rarement le Tegra. Parmi les autres coups durs récents : Nvidia a perdu l'appel d'offres pour la puce du tout nouveau Kindle Fire HDX. C'est le Snapdragon qui l'a emporté.

Le gag est que Steam OS permettra de faire la même chose que la Shield à savoir streamer ses jeux sauf qu'à la place de le faire sur un petit écran, on le fera sur une grosse télé (il y a trop de lag quand on affiche sur la télé l'écran de la Shield quand elle streame). Au passage, le Tegra 4 est présent dans la Microsoft Surface 2. Dell venant d'abandonner la XPS 10, Microsoft est désormais le seul constructeur à faire des tablettes Windows RT. On espère donc que cette sous-version de Windows va crever prochainement. Pour les Steam Machines, Nvidia part avec un handicap de poids : ils n'ont pas de solution combinant CPU et GPU. Même s'ils ont un très bon milieu et haut de gamme, la majorité des Steam Machines tourneront à base d'Haswell (Intel) et de Jaguar (AMD) sans carte graphique dédiée.

AMD fait des choses intéressantes en ce moment. Alors qu'ils font du x86 depuis l'époque des 286, ils vont lancer leurs premiers CPU ARM 64 Bits. Le but est d'équiper les serveurs. En effet, ces CPUs consomment beaucoup moins que les Opteron (les CPU x86 pour serveurs d'AMD) tout en étant aussi efficaces sinon plus pour les applications web. L'appel du cloud en quelque sorte. Mais revenons dans le monde du jeu vidéo avec Mantle. Il y a fort longtemps, une compagnie appelée 3DFX produisait des cartes graphiques qui ont changé la face du jeu PC. Tout ceux qui ont testé POD, Shadows Of The Empire, Quake, Tomb Raider, Unreal ou EF 2000 à cette époque ont compris que le jeu vidéo venait de franchir un tournant. La force de 3DFX n'était pas seulement de faire des bonnes carte graphiques mais aussi de fournir une API bas niveau, Glide.

C'est exactement ce que Mantle propose : une API bas niveau pour les GPU d'AMD. Même si OpenGL et DirectX sont des API ultra-évoluées, elles ne donnent accès au hardware que via une couche d'abstraction qui simplifie la compatibilité entre les différents GPU mais qui limite les performances. Mantle serait une version Windows de l'API bas niveau de la Xbox One développée en collaboration avec un studios de dev. Le portage de son code vers Mantle serait simple à effectuer (comprenez : ajouter une version Mantle de son jeu ne coûtera pas cher) et vu que les PS4 et la Xbox One ont déjà des API bas niveau tapant dans des GPU AMD, on peut se dire que pas mal de studios vont se mettre à Mantle.

Le studio de dev en question est un poids lourd vu qu'il s'agit de DICE. Le Frostbite 3 tournera sur Mantle à la place de DirectX 11 sur les GPUs AMD supportés (tous les GCN et GCN 2.0 soit les Radeon 7xxx et 8xxx). Le premier jeu qui en tirera partie sera évidemment Battlefield 4 sous forme de mise à jour gratuite en décembre. Ça promet quelques benchmarks intéressants. On devrait voir tourner cela au AMD Developer Summit en Novembre.
Rechercher sur Factornews