Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Google joue à Starcraft 2

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Google et Blizzard sont tout excités : les deux entreprises ont signé un partenariat pour permettre à DeepMind de jouer à Starcraft 2. Si vous vous souvenez, DeepMind est l'intelligence artificielle qui a battu le meilleur joueur de Go, une prouesse pour une IA. Contrairement à d'autres projets d'IA comme Deep Blue, DeepMind n'a pas été créé dans un but précis. Elle fonctionne à base d'apprentissage automatique et de réseaux de neurones.

L'IA de base de Starcraft 2 triche. Elle compense le fait qu'elle ne peut pas élaborer des stratégies évoluées en contrôlant par exemple plusieurs groupes d'unités en même temps même s'ils ne sont pas du tout au même endroit. DeepMind va jouer avec les mêmes règles qu'un humain grâce à une API développée par Blizzard. Blizzard va aussi fournir à DeepMind tout un tas de replays. Le but est que DeepMind apprenne progressivement à jouer à Starcraft 2. Mais dans quel but ?

Du côté de Blizzard, c'est surtout promotionnel. Starcraft 2 décline en popularité. On imagine qu'à terme il y aura un ou plusieurs tournois homme contre machine. Blizzard veut aussi utiliser DeepMind comme coach virtuel. Les intentions sont plus floues du côté de Google. Selon Oriol Vinyals, "The skills required for an agent to progress through the environment and play StarCraft well could ultimately transfer to real-world tasks." Il est aussi question d'utiliser Starcraft 2 pour améliorer DeepMind afin de résoudre des problèmes réels. La question est : lesquels ? Sur le plan technique c'est fascinant mais on est en train d'apprendre à une des IA la plus perfectionnée au monde à faire la guerre.

Heureusement Google n'est pas totalement inconscient. Les trois lois de la robotiques ne sont pas encore implémentées mais DeepMind bosse sur un interrupteur d'urgence permettant de stopper un agent (une instance de l'IA) s'il met en danger son environnement (sous-entendu nous) ou lui-même. Espérons qu'il soit logé suffisamment profond dans le code...

Rechercher sur Factornews