Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

GC : Un vent pire souffle sur la Draxylvanie...

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
 
C'est dans une petite salle feutrée, les rideaux tirés, que nous attendait Bill Tiller afin de présenter A Vampyre Story, son premier jeu d'aventure réalisé sans la houlette de LucasArts. A l'entrée, un panneau indique judicieusement "The graphical adventure isn't dead... it's undead".

Bill Tiller est principalement connu pour son travail en tant que graphiste sur les jeux d'aventures de LucasArts. Ayant travaillé entre autres sur The Dig et Curse of Monkey Island, sa patte graphique est colorée, et oscille entre Edward Gorey et Tim Burton (mais avec plus de couleurs). A Vampyre Story nous raconte l'histoire de Mona, une jeune femme rêvant de devenir cantatrice à l'opéra de Paris. Manque de bol, une nuit, elle se fait kidnapper par un vampire avec un complexe d'Oedipe mal réglé. Ce dernier trouve qu'elle ressemble tellement à sa mère, qu'il veut qu'elle l'accompagne en Draxylvanie dans son château. Devant son refus, il lui mord le cou et paf! la voilà transformée en vampire, et à la merci de son bienfaiteur.

Ce dernier l'emmène donc chez lui, mais comme tout le monde le sait la Draxylvanie est pleine de chasseurs de vampires. Il ne faut donc pas longtemps pour que Monsieur Mauvaise Haleine passe l'arme à gauche. Plutôt que de faire régner la terreur autour du château, Mona souhaite plus que tout retourner à Paris pour sa carrière d'opéra. Le seul problème est qu'elle ne connaît rien au fait d'être un vampire, et ne connaît pas non plus les limites ni l'étendue de ses pouvoirs. Heureusement, une des chauves-souris du coin va se joindre à elle et l'aider dans sa quête. La première partie du jeu consistera à essayer de sortir du château. Ensuite, elle rencontrera une bohémienne qui lui expliquera l'étendue de ses pouvoirs, et lui apprendra quelques nouveaux trucs. Il paraît que ça plaît aux hommes...

Nous n'avons pas vu de version jouable du jeu, mais Bill précise que l'interface sera similaire à celle de Full Throttle ou Curse of Monkey Island. En utilisant le bouton droit, une croix apparaîtra à l'écran avec les actions habituelles (yeux, bouche, main) mais aussi les pouvoirs vampiriques. Tous ne seront pas accessibles au début, mais durant le cours du jeu Mona apprendra à mieux connaître ses pouvoirs, ce qui lui permettra par exemple de boire du sang ou de se transformer en chauve-souris. L'inventaire est accessible de la même manière, et est similaire en bien des aspects à celui de Sam & Max Hit the road. Tous les objets ramassés seront affichés dans un cercueil. En plus des objets, le cercueil contiendra aussi une icône pour Froderick, et des idées-objets. Ces idées-objets viennent du fait que lorsqu'un objet est trop lourd ou trop grand pour tenir dans la robe de Mona (par exemple un chaudron), elle n'essaiera pas de le rentrer je-ne-sais-où, mais se fera plutôt une note mentalement en se disant que l'objet pourrait bien lui servir plus tard. Ensuite, en utilisant l'idée-objet depuis l'inventaire sur l'endroit où l'on souhaite utiliser l'objet (par exemple un feu), cela générera une animation montrant Mona allant chercher l'objet pour l'y déposer.

Côté personnages, on nous en promet environ 25, avec des caractères bien trempés. On y trouvera le fantôme d'un touriste irlandais qui ne sait pas qu'il est mort, un mari misogyne (qui pose un problème existentiel à Mona, car celle-ci est résolument féministe), une gargouille qui râle sans arrêt,... que du beau monde digne d'un jeu d'aventure de la belle époque. Il y aura plus de 30 lieux à visiter, tous dessinés à la main, et le jeu devrait être environ de la même longueur que Full Throttle. Si tout va bien, nous devrions pouvoir croquer à ce titre début 2008.
Rechercher sur Factornews