Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

FactorAwards 2011 : Les actes manqués

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
La remise des FactorAwards du jour est parrainée par Jean-Jacques Goldman, et va récompenser des jeux que dans notre flemme infinie nous n'avons pas testés, alors qu'ils l'auraient pourtant largement mérités, que ce soit pour les encenser ou les enterrer.

Award du jeu qu'on aurait dû tester tellement il est bon : Blocks That Matter



A première vue Blocks That Matter ne paye pas de mine et ressemble à tous ces petits jeux Flash. Pourtant c'est une véritable lettre d'amour interactive adressée tout autant aux mythiques "jeux à blocs" qu'au Joueur. Derrière sa jolie petite frimousse se cache un mix de plateformer, Boulder Dash et Tetris ingénieux, inventif et au level design redoutable. Réflexes et réflexion ensemble, c'est un cocktail peu commun et délicieux.

Chaque nouveau bloc vient étoffer le gameplay. Chaque niveau réussi est gratifiant au possible, une victoire sur le jeu et sur sa propre matière grise. On y revient continuellement, pour taper le 100% ou pour se frotter à la créativité perverse des autres joueurs dans la section communautaire.

Dans les coulisses, Blocks That Matter c'est aussi l'histoire d'un petit projet lancé dans l'optique de mieux assurer le développement d'un jeu plus conséquent, Seasons After Fall, qu'on a hâte de voir revenir sur le devant de la scène.


Award du jeu qu'on aurait dû tester tellement il est décevant : Fable III



Grosse déception que ce Fable 3 : non seulement la première moitié du jeu n'était qu'une pâle copie du second épisode, simplifiée et amputée d'une bonne partie de ses éléments rigolos de personnalisation (pour nous les refourguer plus tard en DLC), mais sa seconde partie, la gestion du royaume qui devait apporter tant de nouveauté, s'est révélée totalement accessoire et sans intérêt. En un mot, on s'est encore fait Molyniser.
Rechercher sur Factornews