Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

E3 : Prey 2 de près

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
De passage chez Bethesda, on a enfin pu voir de nos petits yeux l'ambitieux Prey 2 en mouvements. Malheureusement, cette démonstration était visiblement la même que celle d'il y a quelques semaines, donc on n'a rien appris de nouveau. Mais ce n'était pas inintéressant pour autant.

La démo de Prey 2 débutait juste après le crash d'avion sur la Sphère auquel on pouvait déjà assister dans Prey premier du nom. L'Air Marshall que l'on contrôle reprend conscience, équipé de son petit flingue, et tire sur les aliens qui semblent bien décider à le calmer d'un bon coup de laser entre les deux yeux. Le design est identique à celui de Prey, aussi bien pour ce qui est des environnements que des adversaires : normal après tout, on est au même endroit. On peut quand même se rendre compte que les mouvements du joueur sont beaucoup plus fluides, et qu'il peut par exemple glisser rapidement jusqu'à un couvert et tirer en sortant la tête où juste son bras et son flingue. Au bout de quelques instants le Marshal se fait tirer dessus et capturer. Fin de la première partie.

La deuxième partie de cette démo prend place quelques mois plus tard, sur une planète qui n'est plus la Sphère. Quasiment inhabitable du fait qu'un côté est en permanence exposé au Soleil alors que l'autre moitié est en permanence dans l'ombre, il reste quand même une fine bande entre ces deux zones où il fait à peu près bon vivre. C'est dans une ville située sur cette bande que débute réellement le jeu - et le gros morceau de cette présentation. Le Marshal est devenu un chasseur de prime : on ne sait pas pourquoi, on ne sait pas comment, mais pour les besoins de la démo, on va dire qu'on s'en fout. On commence par découvrir quelques unes des acrobaties auxquelles on pourra se livrer, comme courir et sautiller un peu partout, en s'accrochant aux rambardes si besoin.

Durant ces quelques mois, l'ex-Marshal n'a pas perdu son temps puisqu'il dispose maintenant d'une tripotée de gadgets qui l'aident dans son nouveau boulot. Il dispose par exemple d'un scanner, qui permet par exemple de révéler les individus pouvant lui servir (de couleur verte) ou ceux potentiellement hostiles (en jaune). Les NPC réagissent aux actions du joueur, et il faudra par exemple éviter d'agiter votre pétoire devant tout le monde si vous ne voulez pas les effrayer. en bon chasseur de prime, le joueur pourra choisir librement ses missions, et décider de ramener sa proie morte ou vive - à moins bien sûr que le contrat ne lui laisse pas le choix.

Les séquences de poursuites se révèlent assez dynamiques, que ce soit grâce à la palette de mouvements un peu plus évoluée que les FPS plus basiques ou par le fait qu'on se balade au milieu d'environnements remplis de NPC. La cible pourra par exemple se téléporter, ce qui contraindra le joueur à se livrer à toutes sortes d'acrobaties pour ne pas se laisser distancer. Une fois la cible à portée, on pourra la capturer avec l'équivalent local du bon vieux lasso. Celle-ci pourra tenter de marchander, en vous proposant plus d'argent que votre client. Si vous choisissez de la capturer, vous pourrez la torturer un petit coup avant de l'envoyer à vote commanditaire afin de lui arracher quelques informations - attention toutefois à ne pas y aller trop fort si vous ne voulez pas envoyer un cadavre.

Comme on nous l'a rappelé, Prey 2 se déroulera dans un monde ouvert et le joueur sera donc à peu près libre d'accomplir les actions qu'il souhaite. Il pourra tuer à peu près n'importe qui, mais des drones de surveillance seront là pour le rappeler à l'ordre. Certains NPC lui proposeront d'acheter de l'équipement, équipement qui va des hoverboots permettant de descendre en planant tranquillement plutôt qu'en chutant comme un caillou, ou encore un bouclier à poser. Il pourra attraper quelqu'un et s'en servir comme bouclier. Pour trouver sa cible, il pourra au préalable se renseigner auprès d'un indic, qui fera bien évidemment payer ses informations. Libre à vous alors de sortir les biftons ou de buter le garde du corps de l'indic et de lui coller ensuite votre pétard sous le nez pour lui faire cracher le morceau.

La partie graphique de Prey 2 semble vraiment réussi. L'id Tech 4 n'est plus tout jeune, ça se sent, mais Human Head semble avoir néanmoins réussi à en tirer quelques chose de vraiment bien fichu. D'autant plus que le design est vraiment réussi, avec une ville assez gigantesque, illuminée uniquement par les gigantesques panneaux publicitaires et néons des nombreux bars. Sans être du niveau d'un GTA, les NPC sont nombreux et l'ensemble a un aspect très vivant.

Voilà donc pour notre premier aperçu de Prey 2, qui ne nous a rien appris de nouveau mais qui nous a en revanche fait comprendre pourquoi tous ceux qui ont vu le jeu jusqu'à maintenant sont ressortis avec des étoiles pleins les yeux. Le titre est ambitieux et les gens de Human Head semblent savoir où ils vont. On croise les doigts maintenant pour qu'ils nous sortent un produit bien fignolé et qu'ils ne se laissent pas submerger par l'ampleur de leur projet.
Rechercher sur Factornews