Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

E3 : Première prise de tête sur Puppeteer

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
Un jeune garçon prénommé Katuro a été transformé en marionnette de bois et sa tête confisquée par le roi Moon Bear. Avec Puppeteer, nous allons assister - que dis-je, participer - à sa quête pour la récupérer. Asseyez-vous en tailleur les enfants, ne dites plus un mot, le spectacle va commencer.

Le rideau rouge s'ouvre, et ce qu'il y a derrière est magnifique : le thème du spectacle de marionnette est merveilleusement utilisé, avec des textures à l'aspect carton-pâte et des éléments sur plusieurs plans qui semblent manipulés hors champ par des petites mains. Le narrateur déclame sur un ton théâtral le point de départ de l'histoire, et nous voila à la recherche d'une tête de substitution en attendant d'arracher l'originale des griffes du roi.

Katuro est épaulé par un chat pour le moins bavard (un vrai bonheur en VO) que le joueur contrôlera en simultané : alors que le jeune garçon se dirige comme dans un jeu de plateforme classique au stick droit (et un jeu de plateforme plutôt réactif de surcroit), le chat se balade sur le plan-écran grâce au stick gauche pour activer les objets interactifs dispersés un peu partout, et ainsi ouvrir la voie ou simplement récupérer des pièces.

On parlait des têtes de substitution, et Katuro pourra en récupérer plusieurs pendant son parcours qui lui donneront des compétences spéciales : l'araignée permet d'accéder à des niveaux bonus sur certains points précis, la tête de hamburger (oui.) de créer un bumper, et celle de banane... et bien je n'en ai pas la moindre idée mais elle donne un look d'enfer. Mais le jeu devient particulièrement fendard lorsque l'on récupère une paire de ciseaux qui permettra de débiter les ennemis et de découper des éléments du décors. Pendant la découpe, le garçon restera à léviter tant qu'il aura quelque chose à se mettre sous le ciseaux. Un combat contre un boss (une espèce de tapis volant), et c'est déjà l'entr'acte.

Une vraie réussite sur la forme, une base de jeu de plateforme à priori solide et plein de petites idées sympathiques, on est sortis charmés de ce premier contact manette en main. Puppeteer sort le 11 septembre prochain, et on sera à la première représentation pour s'assurer que le spectacle tiendra ses promesses sur la longueur.