Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

E3 : Nos impressions sur Ghost Recon FS

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
L'an dernier, la dernière fois qu'on avait eu des nouvelles de Ghost Recon : Future Soldier, on se demandait à quel point la démonstration du jeu était pipeautée. Cette année, on a pu poser nos mains sur la manette et donc se faire une première idée un peu plus concrète de ce que nous réserve le jeu, tant en solo qu'en multi.

Cette démo était la même que celle qui a été présentée lors des conférences en début de semaine. Les Ghost arrivent dans un village du Nigeria où une milice locale terrifie la population. Le village grouille de NPC, hostiles bien sûr, mais également de civils : c'est du coup bien plus vivant que les immenses mégapoles désertes de GRAW. On découvre vite la possibilité de synchroniser ses attaques avec les autres membres de l'équipe en pointant les ennemis un par un : une fois qu'ils sont tous verrouillés, le joueur n'a plus qu'à tirer pour que ses frères d'armes ouvrent également le feu sur leur cible. A priori il sera aussi possible d'abattre soi-même plusieurs ennemis à la suite, en les marquant et avec un système de ralenti mais on n'a pas eu l'occasion de l'admirer. Ça fait en tout cas un peu penser au mark & execute du dernier Splinter Cell Conviction : on aime ou on aime pas. Face à une porte fermée, il sera nécessaire de se placer sur un petit rond au sol, d'attendre que ses coéquipiers soient également en place pour ensuite déclencher la scène cinématique où l'on ouvre la porte et flingue tout le monde dans la pièce. On espère quand même que l'on pourra faire le ménage soi-même dans le jeu final.

Le joueur suit ensuite le chemin balisé - littéralement : à chaque croisement, chaque virage, une petite flèche indique la route à suivre pour atteindre l'objectif. Les aides visuelles, apparaissant grâce au système de réalité augmentée de l'attirail des Ghosts, sont innombrables, mais celle-ci est quand même sacrément douteuse. On nous assure toutefois que d'autres chemins pourront être empruntés. Les combats contre quelques poignées d'ennemis s’enchaînent, avec toujours le système de couverture hérité des GRAW. Il est toutefois ici possible de pointer un autre couvert et d'appuyer sur un bouton pour s'y rendre rapidement - et automatiquement.

Les Ghosts poursuivent leur progression, traversent un marais, déclenchent une cinématique in-engine où l'on peut admirer une vue aérienne de la zone (on nous dit aussi que le jeu permettra de déclencher à loisir cette vue satellite) et arrivent face à une zone assez vaste où grouillent les ennemis. Le joueur balance alors un drone, qui vole à altitude plus basse que dans les GRAW et permet de désigner les ennemis sur lesquels les coéquipiers devront tirer. Une fois ces premières cibles abattues, on progresse dans la zone, on fait le ménage, on arrive devant le container où la cible est retenue en otage. Nouveau placement contre la porte, nouvelle cinématique, et on termine la démo par une scène de railshooting à pieds où le joueur porte l'otage, avance automatiquement et vise les ennemis qui tentent de lui barrer la route.

La réalisation est plutôt correcte : le jeu est basé sur une version bien boostée des moteurs de GRAW qui affiche un ensemble plutôt bon, des environnements parfois assez vastes (même si on est loin de pouvoir pleinement en profiter) et des explosions dans tous les sens, mais ce n'est pas non plus vraiment ce qui se fait de mieux. L'ensemble manque encore un peu de finesse mais comme Ghost Recon : Future Soldier doit sortir l'année prochaine, on fait confiance à Ubi pour peaufiner tout ça.

Côté multi, on a pu s'essayer à un 4vs4 classique avec des objectifs à atteindre. Il y a des classes de personnages (Soldat, Ingé et Scout), qui auront leurs particularités. Le Scout peut sniper et l'Ingé possède pleins de petits gadgets, comme le drone de reconnaissance pour repérer les adversaires. C'est plutôt agréable à jouer, ça se prend en main facilement mais ça n'invente pas grand chose. Comme ses GRAW frères, le jeu devrait néanmoins rencontrer un petit succès en ligne. À noter que toute la campagne solo pourra également être jouée jusqu'à quatre joueurs en coopération : c'est très à la mode mais c'est toujours bien agréable.

Ce qui ressort de cette démo, c'est que si le jeu complet est à l'image de celle-ci, les GRAW passeront en comparaison pour des TPS tactiques de pointe. La mise en scène est encore plus explosive, tout est plus scripté, plus assisté à un tel point que ça en devient presque ridicule. Certes, il faut bien accrocher le joueur avec une démo d'une dizaine de minutes, mais ce Ghost Recon : Future Soldier semble s'orienter vers un gameplay de plus en plus assisté, toujours plus d'explosions et de grand spectacle, pour ne garder absolument rien du Ghost Recon original, à part son nom. Le jeu ne sera sûrement pas franchement mauvais mais il est un exemple de plus de ce nivellement par le bas dont souffrent les jeux actuels et à venir.