Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

E3 : Crysis 2 : nos impressions

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Nous nous sommes rendus sur le stand EA pour assister à une présentation en behind closed doors de Crysis 2, le nouveau FPS de Crytek. Nous n'avons évidemment pas pu jouer, mais ça ne nous a pas empêché d'en prendre plein les yeux.

La démo comprenait deux phases de jeu, dont l'une n'était autre que celle dans la gare de Central Station que nous avions déjà pu voir lors de la conférence EA lundi. L'autre, plus intéressante et surtout inédite, se situait dans les rues de New York et devait donc montrer des environnements un peu plus ouverts.




De ce côté-là cependant, il faudra oublier vos grandes balades sur l'ile du premier Crysis : l'action a beau se situer dans une grande ville, les environnements sont loin d'être réellement ouverts. La démo était même très linéaire, et il ne semblait pas avoir beaucoup de passages alternatifs. Le jeu semble même très scripté et s'éloigne donc réellement des productions passées de Crytek.

Le côté ouvert du jeu se manifestera plus dans votre manière de jouer, que ce soit dans votre utilisation des pouvoirs de la Nano-suit (désormais limités à deux : le Predator mode, qui permettra de se rendre invisible et de sauter haut, et le Hunter mode, qui permettra de frapper fort et d'être plus résistant) ou de l'emploi des éléments du décor. Il sera par exemple possible de coller des mines sur une voiture située sur un pont, de pousser celle-ci pour la faire tomber sur la rue en dessous où grouillent des ennemis et de déclencher ensuite l'explosion.

Malheureusement, toutes ces possibilités devraient quand même se voir sacrément limitées par la construction des niveaux car soyons honnêtes, des couloirs, ça ne laisse pas d'énormes possibilités pour contourner les ennemis ou tenter une approche différente de "je fonce tête baissée et l'arme au poing". On ne pourra que regretter cette simplification du gameplay, vraisemblablement due au développement en parallèle sur consoles. Le brave homme de chez EA qui assurait la présentation ne s'en cachait d'ailleurs pas : le jeu a été pensé avec les consoles en tête ; ça doit être pour ça que bien que nous ayons vu une version PC, la démo était faite au pad. Misère...




Côté visuel, même si il n'impressionne pas autant que Crysis à sa sortie, le jeu reste vraiment magnifique, grâce à de nombreux petits effets qui lui donnent un cachet réaliste, que ce soit dans la gestion des particules, des lumières ou même du grain de l'image. Cette version PC, balancée sur un écran gigantesque histoire d'en mettre vraiment plein la vue, souffrait quand même de très gros ralentissements et freezes. On mettra ça sur le compte d'un code loin d'être définitif, même si ce n'est quand même pas très rassurant.

Ce Crysis 2 aura du mal à faire oublier son prédécesseur, pas d'un point de vue technique, mais à cause de la simplification de son gameplay qui semble avoir perdu une bonne partie de ce qui faisait son charme, le jeu ayant maintenant tendance à ressembler à un Crysis of Duty. Malheureusement pour lui, il y a quand même peu de chance qu'il se révèle aussi maitrisé dans le genre FPS grand spectacle que les ténors du genre.
Rechercher sur Factornews