Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ACTU

Coupes budgétaires

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
Jusqu'à présent on a surtout parlé de jeux bac à sable ou de mini-jeux pour le HTC Vive. On se demandait comment le casque allait se débrouiller avec du gameplay scénarisé.

Budget Cuts apporte un début de réponse : c'est tout simplement excellent. Imaginez un Portal à la sauce infiltration le tout dans une ambiance jazzy. Le jeu final sortira courant 2016 mais une démo jouable est disponible. Voici un petit compte-rendu.

Budget Cuts nous met dans la peau d'un espion qui se retrouve en environnement hostile : des bureaux comportant divers systèmes de sécurité comme des robots tueurs. Heureusement, comme tout bon espion, on dispose d'une panoplie de gadgets. Dans chaque main, on tient un outil qu'on peut modifier en changeant d'accessoire. Au départ on dispose de deux accessoires : un pour attraper les choses et un pour se téléporter. Plus tard dans la démo, on récupère un troisième accessoire : une arbalète.

Comme la plupart des jeux Vive, Budget Cuts convient aussi bien aux droitiers qu'aux gauchers car les deux mains font la même chose. Sans s'en rendre compte, on devient même progressivement ambidextre. On attrape donc tout ce qui bouge et la majorité sert juste à mettre le bordel en envoyant valser les tasses et les dossiers. Certains objets comme les couteaux et les clés vont dans l'inventaire. Room scale oblige, on peut se déplacer autour de soi, regarder partout, se pencher... mais on est limité par son espace de jeu. Il faut donc se téléporter.



L'outil de téléportation envoie des boules bleues. Une fois au sol, un portail apparait et on peut le déplacer pour voir où on va atterir ce qui permet aussi de faire du repérage. En appuyant sur les boutons de tranche on se téléporte. Les boules bleues étant petites, on peut les faire passer dans un conduit d'aération ou un trou dans le plafond afin d'atteindre des endroits impossibles. En clair, la principale faiblesse du Vive (le déplacement au delà de la zone de jeu) devient ici la force du jeu et quelque chose de totalement trippant. Au départ on y va à tatons mais très vite on se déplace dans tous les sens pour éviter les robots tueurs ou s'en approcher discrètement.

On les tue principalement à coups de couteau. L'arbalète est beaucoup plus facile à utiliser vu qu'il suffit de viser et tirer mais les carreaux sont limités et on ne peut pas les réutiliser. Donc il faut lancer des couteaux ce qui signifie les lancer pour de vrai. On les attrappe depuis son aventaire, on fait le geste pour les lancer et on relache le bouton pour les envoyer au bon moment. Pour quelqu'un comme moi qui n'a jamais lancé de couteaux, ce n'est pas évident au début. Heureusement les robots crèvent en un coup quelque soit l'endroit où le couteau atterrit. C'est accompagné d'une gerbe d'huile et d'une complainte qui rappelle les tourelles de Portal. Il ne faut pas oublier de récupérer les couteaux lancés histoire d'en avoir toujours sous le coude.



Les robots réagissent au bruit et à la vision donc il faut être silencieux et planquer les cadavres des robots pour qu'ils ne tombent pas dessus pendant une ronde. On se prend à se baisser derrière les bureaux quand un robot passe et à se pencher pour donner des coups d'oeil furtif. Une fois repéré, le robot va vous traquer. Si vous vous retrouvez face à face avec un d'entre eux, vous avez environ deux secondes pour réagir (se téléporter ou envoyer un couteau) avant qu'il ouvre le feu. Les robots visent bien et on crève en une balle. Il faut les prendre par surprise et/ou leur tendre des pièges.

Par exemple au début de la démo, on se retrouve dans une grande pièce avec des poutres en métal au plafond. En visant bien, on peut se téléporter sur une poutre qui surplombe un robot en contrebas. Après un petit moment de vertige, on peut alors dégainer un couteau et attendre que le robot passe pour lui coller un headshot. Outre les robots, il faut aussi désactiver des caméras de sécurité et des champs de force qui protègent des grilles de conduits d'aération afin de pouvoir enlever les grilles et de tirer une boule bleue dans le conduit. Les graphismes sont simples mais super propres comme le premier Portal. Il n'y aucune interface : on sait qu'un robot passe en mode recherche ou en mode agressif grace à une loupiotte sur son crane et au changement de musique d'ambiance à la Metal Gear.

La démo est assez courte mais on peut la recommencer pour améliorer son temps et comme dans tout bon jeu d'infiltration choisir son approche. On peut la finir sans être repéré et sans tuer le moindre robot. Le tout donne clairement l'eau à la bouche. Si les développeurs emballent le tout dans un scénario bien ficelé, on tient un futur incontournable de la plateforme.

Rechercher sur Factornews