Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Censure et froussardise, épisode 29

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Ces dernières semaines, Steam a connu une crise existentielle à propos du contenu des jeux vendus. Tout a commencé il y a trois semaines quand Steam a retiré de la vente quelques jeux hentai pour leur contenu pseudo-adulte alors qu'ils ne semblaient poser aucun problème auparavant.

Puis une semaine après est arrivé un jeu appelé Active Shooter. Son pitch : vous mettre dans la peau d'un psychopathe parcourant les couloirs d'une école pour tuer les profs s'y trouvant tout en affrontant les forces de police. Valve a donc fini par retirer le jeu de la boutique mais pas à cause de son contenu, à cause du comportement de son développeur et de ses pratiques douteuses.

Depuis, Agony est sorti sur Steam et propose un joyeux cocktail de violence et de sexe, nettement moins soft que les jeux hentai mentionnés plus haut. Valve a rapidement compris que la politique "deux poids, deux mesures" ne plaisait à personne, et ils viennent donc de prendre une décision : Valve acceptera TOUS les jeux quel que soit leur contenu sauf ceux violant la loi ou existant juste pour emmerder le monde. En clair Valve adopte la même politique que dans les écoles américaines : tirer dans le tas et Dieu fera le tri. Valve estime que c'est le portefeuille des joueurs qui fera office de censure. Même Google ne va pas aussi loin avec Google Play. Et puis Valve admet à demi-mot que depuis Steam Direct, ils n'ont pas les ressources pour modérer Steam comme Apple le fait avec l'App Store.

Valve se décharge aussi totalement en expliquant que le contenu des jeux publiés n'est pas représentatif des valeurs de Valve et que publier un jeu sur Steam ne signifie pas que Valve approuve son contenu. Même en mettant de côté l'aspect liberté d'expression, le fait de tout accepter est la porte ouverte aux clones/plagiats éhontés, aux jeux buggués/dépourvus de susbtance et au fait que les bons jeux risqueront d'être noyés dans la masse de daubes.

Valve explique qu'ils bossent sur des outils permettant de séparer le bon grain de l'ivraie ainsi que de choisir ce que l'on souhaite voir ou cacher sur Steam. Mais ne faudrait-il pas développer et tester ces outils avant d'ouvrir les vannes ? Et quid du Workshop ? Si on accepte tous les jeux, ne faut-il pas aussi accepter tous les mods ? Et au final, ne pas avoir de ligne éditoriale constitue-t-il une ligne éditoriale ?
Rechercher sur Factornews