Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

3D Realms se fait intercepter

CBL par CBL, d'après Polygon  email  @CBL_Factor
 
Voilà qui n'est pas banal. 3D Realms vient d’être racheté par Interceptor, le studio qui a développé Rise of the Triad pour Apogee Software. La première décision d'Interceptor est de nommer un de leurs potes, Mike Nielsen, PDG de 3D Realms.

Tout cela fait suite au fiasco Duke Nukem: Mass Destruction. On n'a pas encore tous les détails mais on imagine qu'Interceptor a du être assez furieux quand ils ont appris que leur éditeur n'avait même pas les droits du jeu.

Clarifions un peu les choses concernant le micmac Apogee / 3D Realms. En 1987 naquit Apogee Software Ltd. En 1994, Apogee a créé le label 3D Realms puis en 1996 a changé de nom pour devenir 3D Realms même si légalement l'éditeur s'appelait toujours Apogee Software Ltd. En 2008 était fondé Apogee Software LLC, un nouvel éditeur chargé de s'occuper de rééditer ou de rebooter les vieilleries d'Apogee/3D Realms.

Avant le rachat par Interceptor, 3D Realms était géré par le duo comique Scott Miller et George Broussard via la société George Broussard. Quant à Apogee Software LLC, c'est assez flou. On sait que la société a été fondé par Terry Nagy qui en est le directeur général. Mais il semble qu'un Scott Miller fasse aussi partie des dirigeants.

Au niveau des licences, c'est le bordel. Il y a celles détenues par 3D Realms comme Shadow Warrior, celles détenues par Apogee Software LLC comme Rise of the Triad, celles détenues par d'autres éditeurs comme Gearbox (Duke Nukem) et Bethesda (Wolfenstein 3D) mais dont Apogee conserve le droit de ré-éditer les anciennes versions.

Du coup on n'est pas très sur de ce qu'a récupéré Interceptor ni du futur de ce petit univers. Ce qui est certain c'est qu'on n'a pas fini de rigoler avec les déboires de la licence Duke Nukem.