Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Red Dead Redemption

Joule par ,  email  @j0ule  
Après l’énorme succès de la série GTA, et notamment du quatrième et de ses extensions, Rockstar s’est mis dans la tête de transposer son modèle de design dans un nouvel univers, celui des westerns. Nous voila plongés dans la peau de John Marston, sillonnant les larges contrées du Far West.
Les joueurs de GTA ne seront, dans un premier temps, clairement pas dépaysés. Sous ses faux-airs de jeu bac à sable bordé de cactus, Red Dead Redemption est doté de mécanismes rodés : la planque pour sauvegarder (même s'il est possible de le faire à tout moment en plantant sa tente dans le désert, en plus des sauvegardes automatiques de fin de mission), des mini-jeux, une étendue de jeu gigantesque, le système de recherche par les forces de l'ordre (doublé d'une prime qui augmente en fonction de vos méfaits, que vous pouvez racheter quand vous en aurez marre d'avoir tous les chasseurs de prime du pays à vos trousses), le déplacement à pied ou en véhicule et même le système de gunfights, à deux ou trois détails près. Le mode sang froid permet d’aligner les ennemis grâce à une sorte de bullet time, et le mode duel usant grosso merdo le même système apporte son lot de variété.




Rockstar a quand même ajouté quelques sucreries, comme des challenges concoctés pour les achievements whores : par exemple, chasser certains animaux au couteau ou ramasser différentes espèces de plantes. La chasse au gangster est assez bien foutue, d’autant qu’on peu les trainer accrochés derrière le canasson pour toucher la prime “Alive”. Des évènements aléatoires plutôt bienvenus viennent également vous tenir éveillé durant les longues chevauchées entre deux missions : sauver un homme agressé par des bandits, relever un défi de tir, ou encore tomber dans une embuscade ne sont que des exemples de ce qui vous attend dans cet univers sauvage.

Malheureusement, les missions principales sont peut-être le maillon faible du mode histoire : d’une qualité très inégale, très peu d’entre elles se révèlent véritablement épiques. Certaines sont même carrément chiantes, et du coup on reste un peu sur sa faim sur ce point. À cela s’ajoutent des incohérences scénaristiques flagrantes, notamment au Mexique, où l’on se retrouve à flinguer des révolutionnaires que l’on aidait la mission d’avant à tenter de renverser le régime en place... avant de se pointer comme une fleur chez eux pour la mission d’après. La cohérence de l’histoire en prend un sacré coup, d’autant qu’il aurait été facile d’obliger le héros à se mettre un foulard sur le visage lors de certaines missions pour remédier à ça. Le tout est quand même rattrapé par des moments vraiment chouettes, comme l’arrivée au Mexique ou la fin du jeu.




Visuellement, pas besoin de se voiler la face, le titre de Rockstar est sublime. On s’y croirait réellement, avec un cycle jour/nuit permettant d’apprécier des couchers de soleil magnifiques et une variété de décor vraiment dépaysante - même si le tout reste quand même dramatiquement vide, désert oblige, malgré la présence d'animaux sauvages, des cow-boys arpentant les routes ou des petits événements aléatoires déjà mentionnés. Le jeu a au moins le bon goût de rester fluide pratiquement en toute circonstance. L’univers fait son petit bout de chemin, et on se balade au milieu en étant complètement immergé. On se surprend souvent à passer de longues minutes à se balader et atteindre des lieux rien que pour le plaisir des yeux. La bande son n’est pas en reste et, faute d'autoradio sur les chevaux, propose des thèmes d'ambiance variés dignes des meilleurs westerns.

Du côté du multi, une fois la semi déception de l’absence des mini-jeux en mode libre (les prochains DLC payants devraient remédier à cela), on se prend au jeu du shérif et des indiens. Les parties Versus ne sont pas toujours palpitantes (ça dépend vraiment des joueurs avec qui on se trouve) mais le Free Roam avec les potes est salvateur. Le dernier DLC permet de structurer mieux cette coopération entre joueurs, grâce à de véritables missions pensées pour. Un bon moyen de prolonger la durée de vie d’un jeu qu’on aimerait ne jamais finir, tellement l’univers nous envoute.
Malgré quelques lacunes scénaristiques, un côté rébarbatif sur certains aspects, et des environnements aussi vides que magnifiques, Red Dead Redemption réussit à nous transporter complètement au Far West. On prend vraiment du plaisir à traverser les contrées mexicaines au galop ou à nettoyer un repère de gangsters. Au final, on se retrouve avec une véritable pépite qu’il serait fâcheux de rater, même si ceux qui s'attendaient réellement à un "GTA 4 au Far West" risquent de rester un peu sur leur faim face à ce jeu beaucoup plus contemplatif que ce à quoi Rockstar nous a habitués.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Cyclope
Merci Factor pour ce test. Je vais me le prendre sous peu celui là.
William Saurin
J'en suis au 3/4, et j'avoue que comme pour GTA4, j'ai adoré au début, avec l'effet claque visuel et l'impression de liberté vertigineuse, pour finalement me forcer à le finir :
Les mécaniques du gameplay sont encore une fois pas si variée que ça et on parvient à se lasser assez vite. (la chasse, le lasso, etc c'est marrant au debut)

Je confirme pour le Mexique, y'a plusieurs phases qui ne sont pas du tout en adequation avec la volonté de rédemption de Marston du début du jeu.

Mais pour l'ambiance c'est du vraiment du jamais vu, rien que pour ça le jeu est indispensable.
nitoo
Voila, tout pareil que Willy. "Se forcer à le finir" résume parfaitement le truc, comme GTA mais un peu moins quand même, je le préfère largement à GTAIV, même si je l'ai pas encore fini et il prend la poussière là.

Disons que l'ambiance et l'univers du jeu, j'y suis largement plus sensible que GTAIV, déjà vu et revu on va dire.
Zaza le Nounours
Moi c'est le contraire : GTA4 j'en pouvais plus ma race, ça a été du bonheur du début à la fin et j'y reviens très souvent, pour faire un peu le con ou recommencer le scénario.

Alors que RDR, je l'ai pas fini, et franchement je trouvais que ça trainait en longueur là où j'en étais. Je l'ai laissé de côté en partant à LA, et va vraiment falloir que je trouve la motivation pour m'y remettre.
glenstryder
Idem pour moi
J'en suis au tiers du jeu, et les différentes petites quetes/activités qu'on peut faire sont vraiment repetitives.

Le gameplay a base de couverture et de regeneration j'en peux plus. ca rend 100% des phases de shoot a pied hyper facile (c'est a peine plus tendu a cheval ou les types peuvent te prendre a revert...)

La quete principale m'interesse qu'a moitie.
Je vais quand meme faire l'effort de poursuivre, mais la j'ai meme pas trop envie
Tonolito
le dernier tiers du jeu vaut le coup ! Enfin ne vous attendez pas a un truc de ouf malade.. une fin/suite logique aux evenements qui ont precedes l'aventure(ca rattrape le mexique :/).
Mais il est difficile pour moi d'y retourner une fois la trame finie (a contrario de GTA4). D'ailleurs je pense m'en separer(RDR version pal fr x360) des interesses :)?
kmplt242
puré je sais pas ce qu'il vous faut, je l'ai terminé d'une traite tellement j'ai été aspiré dans le jeu.
William Saurin
en fait y'a pas assez de easter eggs, et de trucs cachés, y'a un coté rpg à peine exploité qui aurait donné une autre dimension au jeu si plus profond.

Et puis oui, les shoots où on fait caca derrière les caisses quand l'ecran se couvert de confipote...
ca suffit.
The Radec
Zaza le Nounours a écrit :
Moi c'est le contraire : GTA4 j'en pouvais plus ma race, ça a été du bonheur du début à la fin et j'y reviens très souvent, pour faire un peu le con ou recommencer le scénario.

Alors que RDR, je l'ai pas fini, et franchement je trouvais que ça trainait en longueur là où j'en étais. Je l'ai laissé de côté en partant à LA, et va vraiment falloir que je trouve la motivation pour m'y remettre.


Comme quoi les gouts gnagnan, moi c'est tout l'inverse.
J'ai fait RDR 15 jours non stop, même les challenges ce que je ne fait quasiment pas, alors que GTA4 j'ai du faire une pause de 3-4 mois vers la fin car il me saoulait.



Dans RDR c'est vraiment la toute dernière partie que j'ai trouvé excellente.
Par contre c'est dommage que les missions apparaissent dans un ordre illogique (cf Bonnie que diti d'aller voir le marshal qui dit qu'i paye mieux si on capture le fugitif vivant mais le lasso c'est dans la mission suivante de Bonnie qu'on le récupère)
D-Kalck
William Saurin a écrit :
les shoots où on fait caca derrière les caisses quand l'ecran se couvert de confipote...
ca suffit.
Putain, t'as pas du jouer à MW2.
full_tera
Perso je met 8/10 au dernier GTA qui m'a moins plu que les version Vice City

Mais un 9.5/10 pour DRD sans hésiter
William Saurin
D-Kalck a écrit :
Putain, t'as pas du jouer à MW2.

Bah si, comme tout le monde, le solo : donc 3 heures ;)
GTB
Pas parfait ce RDR, mais quel pied je prends dessus. J'avance doucement, surement, je varie les missions...on se plonge aisément dans son univers (impitoyable :D). Effectivement on peut regretter certains choix de facilité: la vie qui se régénère, la maniabilité shoot pas tiptop, un côté survie/RPG qui aurait pu apporté beaucoup (pas de venin pour les serpents oÔ), et (personnellement) des environnements aussi habités et pas assez vastes. Difficile de se sentir isolé, seul face au soleil tellement ça grouille de vie. Le test parlent d'environnement vides. Bah je ne trouve pas, au contraire ça pullule de paysans, de carrioles, d'animaux, de village, de train, d'évènements aléatoires. Pas moyen de se sentir vraiment seul dans le désert. Bref pour me combler j'espère que R* poussera ce côté là encore plus loin dans le prochain. D'autant plus que visuellement ça me décroche la mâchoire à chaque fois, et l'environnement vraiment très bon joue aussi pour l'immersion.

Mais bref, RDR c'est de la bonne :)
hohun
full_tera a écrit :


Mais un 9.5/10 pour DRD sans hésiter

Ded Read Dedemption ?
D-Kalck
William Saurin a écrit :
Bah si, comme tout le monde, le solo : donc 3 heures ;)
Ouais, ben, la confiture y est encore pire.
William Saurin
Y'a pas de confiture dans RDR, c'est juste pour dire ecran rouge = caca caisse = zero challenge.
vanes
Je me suis ennuyé d'une force rare pendant les 3 heures de ma vie que j'ai gâchées sur ce jeu.

J'hésite à monter une class action, j'ai failli mourir étouffé sous ma bave après m'être endormi en jouant.
InVitro
Perso j'ai jamais pu passer le cap de la 1ere heure sur un GTA (pour avoir essayé Vice City, SA et GTA4).

Mais sur RDR je me suis vraiment amusé. Notamment sur la chasse que j'ai trouvé bien tripante.
Akashite
Non mais de toute façon Red Dead, ok c'est beau, ok y a des idées sympa, des putains de ziques, des persos bien fichus, etc... mais vraiment ça c'est juste pour que kevin soit content, ce qui fait le jeu c'est le fond et l'idéologie, le mec qui joue à Red Dead redemption pour s'amuser et que se soit trop fun on se marre trop et parceque ce qui compte le plus dans un jeu c'est le gameplay, il c'est clairement tromper. Passer a côté du discours de Rockstar, que se soit dans les missions principale ou secondaires d'ailleurs, c'est juste avoir survoler ce putain de jeu.
William Saurin
Do a barrel roll!
vanes
Akashite : donc si je te comprends bien, dans un JEU l'important c'est pas de s'amuser ?

Good lord, ayé, le jeu vidéo est devenu un art, et il a même son élite gardienne du temple.
D-Kalck
vanes a écrit :
Akashite : donc si je te comprends bien, dans un JEU l'important c'est pas de s'amuser ?
Y'a une différence entre s'amuser et se divertir.
kmplt242
Akashite a écrit :
Non mais de toute façon Red Dead, ok c'est beau, ok y a des idées sympa, des putains de ziques, des persos bien fichus, etc... mais vraiment ça c'est juste pour que kevin soit content, ce qui fait le jeu c'est le fond et l'idéologie, le mec qui joue à Red Dead redemption pour s'amuser et que se soit trop fun on se marre trop et parceque ce qui compte le plus dans un jeu c'est le gameplay, il c'est clairement tromper. Passer a côté du discours de Rockstar, que se soit dans les missions principale ou secondaires d'ailleurs, c'est juste avoir survoler ce putain de jeu.


Ça va c'est pas non plus citizen kane hein. Et on s'en fout d'ailleurs, c'est pas ça qui compte. C'est à se demander si c'est pas toi le kévin qui prend un putain de jeu pour une oeuvre philosophique parce qu'il a jamais rien vu d'autre à part MW2. "Le discours de Rockstar" Mais lolilol quoi...
Placebo
Je le trouve terrible ce jeu. Franchement il faut y jouer avec la canicule et un ventilo en face, on se croirait dans le far west xD
Alexaï
Akashite, le discours, il est du genre bateau à la gta4 ou ils ont profité du cadre moins moderne pour avoir des propos un rien plus couillus et originals ?

Il me tente bien ce RDR, mais à 7€ sur steam. Parce que finalement, si les jeux de rockstar inspirent immédiatement la sympathie, ils sont au fond très limités. Il n'y a que Bully que j'ai adoré, et plus pour les cut scène qu'autres choses.
Bonjour
Je l'ai attendu ce jeu, j'ai adoré au début mais alors j'ai vraiment lutté pour le terminer tellement j'en avais marre, contrairement a GTA ou je pouvais pas faire de pause.
William Saurin
Bonjour>ouais je crois que ca vient en partie des trajets à choual, loin d'etre passionnants(une fois qu'on a vecu les scripts aléatoires plusieurs fois...) et tres perfectibles.
Akashite
kmplt242 a écrit :


Ça va c'est pas non plus citizen kane hein. Et on s'en fout d'ailleurs, c'est pas ça qui compte. C'est à se demander si c'est pas toi le kévin qui prend un putain de jeu pour une oeuvre philosophique parce qu'il a jamais rien vu d'autre à part MW2. "Le discours de Rockstar" Mais lolilol quoi...



ah non mais ta raison, d'ailleurs on voit bien dans mon commentaire que je compare Rockstar à Orson Welles, j'ai même parler de philosophie... jizzz

Sinon plutôt d'accord avec D-Kalck.

Alexaï> Original peut être pas et couillus, à en juger par le peu de personnes qui ont capté l'intérêt du jeu, oui.
F@T
Alexaï a écrit :
Akashite, le discours, il est du genre bateau à la gta4 ou ils ont profité du cadre moins moderne pour avoir des propos un rien plus couillus et originals ?

Il me tente bien ce RDR, mais à 7€ sur steam. Parce que finalement, si les jeux de rockstar inspirent immédiatement la sympathie, ils sont au fond très limités. Il n'y a que Bully que j'ai adoré, et plus pour les cut scène qu'autres choses.


C'est surtout une peinture sociale du far west du début du siècle dernier, celui des hors-la-loi, des ranchers qui ont du mal à s'adapter à l'industrialisation galopante des Etats-Unis. On y voit aussi les prémices de la révolution mexicaine.

Ce jeu, au niveau scénario et toute la réflexion qu'il y a derrière, est tout de même plus poussé que 99% du reste de la production vidéoludique. C'est à mon sens beaucoup plus adulte et mature que cette idée de la maturité que D. Cage a essayé de nous imposer avec son Heavy Rain.
Akashite
F@T a écrit :


C'est surtout une peinture sociale du far west du début du siècle dernier, celui des hors-la-loi, des ranchers qui ont du mal à s'adapter à l'industrialisation galopante des Etats-Unis. On y voit aussi les prémices de la révolution mexicaine.

Ce jeu, au niveau scénario et toute la réflexion qu'il y a derrière, est tout de même plus poussé que 99% du reste de la production vidéoludique. C'est à mon sens beaucoup plus adulte et mature que cette idée de la maturité que D. Cage a essayé de nous imposer avec son Heavy Rain.


J'aurais presque rien à ajouté, mais ça va encore un peu plus loin qu'une peinture sociale de l'époque, évidemment avec le scénario mais aussi avec toute ces petites "quêtes" annexes, mais je préfère ne pas en dire plus, histoire de laisser un minimum de surprise à ceux qui l'ont pas fait.
F@T
Akashite a écrit :


J'aurais presque rien à ajouté, mais ça va encore un peu plus loin qu'une peinture sociale de l'époque, évidemment avec le scénario mais aussi avec toute ces petites "quêtes" annexes, mais je préfère ne pas en dire plus, histoire de laisser un minimum de surprise à ceux qui l'ont pas fait.


J'en suis qu'à la moitié du jeu, c'est ce qui en ressort pour l'instant et t'as raison, pas de spoil ;)

On en reparlera quand je l'aurais fini si tu veux...
William Saurin
Et ils repartirent, tous deux, dans leur beau vaisseau doré d'illuminati, laissant le petit peuple hagard seul face à la profondeur vertigineuse de la trame ésotérique de red dead redemption.
kmplt242
Akashite a écrit :



ah non mais ta raison, d'ailleurs on voit bien dans mon commentaire que je compare Rockstar à Orson Welles, j'ai même parler de philosophie... jizzz

Sinon plutôt d'accord avec D-Kalck.

Alexaï> Original peut être pas et couillus, à en juger par le peu de personnes qui ont capté l'intérêt du jeu, oui.


Non mais je crois que tout le monde avat compris que c était une satyre sociale tout comme gta 4. Ça va pas chercher plus loin, faut arrêter de vouloir à tout pris intelectualiser des trucs qui n en on pas besoin.
Prodigy
F@T a écrit :
C'est surtout une peinture sociale du far west du début du siècle dernier, celui des hors-la-loi, des ranchers qui ont du mal à s'adapter à l'industrialisation galopante des Etats-Unis. On y voit aussi les prémices de la révolution mexicaine.


Il était une fois dans l'Ouest, quoi. Voire Il était une fois la révolution. Donc quand t'as vu ces deux films, ouais, c'est sympa, mais ça sonne pas très neuf.
F@T
Dans un jeu, si.

On pourrait dire la même chose d'Impitoyable de Clint Eastwood. En fait, on peut dire ça pour tout et n'importe quoi, tout a déjà été fait ou presque. Je suis sûr que les "Il était une fois..." s'inspirent aussi de westerns plus ancien.

Seulement faut avouer que pour un jeu, RDR a une narration plutôt poussée, c'est loin d'être parfait, y a quelques incohérences mais bon, je préfère 100 fois que le jeu vidéo aille dans cette direction dans sa recherche de la maturité que la branlette psychologico-élitiste et marketing d'un Heavy Rain.
Prodigy
Oui dans un jeu c'est moins banal, reste que ces thématiques font quand même réchauffé. Et les "Il était une fois" de Leone font plus que s'inspirer de western plus anciens, ils les subliment, c'est le propre des oeuvres "révolutionnaires". Donc c'était assez novateur à l'époque (et ça a donné lieu à un des meilleurs westerns US de tous les temps, la Porte du Paradis).
zicomaster
Comme quoi les gouts et les couleurs... J'ai adoré RDR. Et y a rien à jeter dedans: les missions services comme les missions principales. vous devenez blasés. Vous avez peu être vieilli et les jeux vidéos c'est plus votre truc...
William Saurin
zicomaster a écrit :
Vous avez peu être vieilli et les jeux vidéos c'est plus votre truc...

C'est certains, beaucoup veulent des choses plus adultes, et ont envie de vibrer en cherchant leur fils dans une galerie marchande en appuyant sur 1 bouton(grand max).
Plus sérieusement, les "quêtes" annexes on fait vite le tour, tu vas pas me dire que tu as refait 15 fois la ronde de nuit?..
F@T
Prodigy a écrit :
Oui dans un jeu c'est moins banal, reste que ces thématiques font quand même réchauffé. Et les "Il était une fois" de Leone font plus que s'inspirer de western plus anciens, ils les subliment, c'est le propre des oeuvres "révolutionnaires". Donc c'était assez novateur à l'époque (et ça a donné lieu à un des meilleurs westerns US de tous les temps, la Porte du Paradis).


En même temps, si tu veux faire un truc sérieux sur cette période charnière des Etats-Unis, t'as pas 36 thématiques. Alors bien sûr, c'est pas du Leone mais on peut quand même saluer Rockstar d'aborder cela dans un jeu vidéo.

Moi, ce qui m'intéresse, c'est que même en ayant plein de défauts, RDR montre à tous les détracteurs que le jeu vidéo peut être plus profond que le simple shooter de base ( que j'apprécie par ailleurs ). Ca nous évitera peut-être dans le futur des zigotos qui viennent avec leur jeu tout naze en se proclamant sauveur d'une industrie "adolescente".
Pixel Mort
C'est pas seulement une peinture sociale de l'époque, tout peut être appliqué aux événements actuels et ça me paraît nettement plus "posé" que dans GTA IV qui avait encore pas mal le cul entre deux chaises. C'est pas un hasard si la ville principale s'appelle Blackwater, sachant que Marston est un porte-flingue du gouvernement américain.
"Le discours de Rockstar" Mais lolilol quoi...
Si ça te fait marrer de t'asseoir sur ton cerveau quand tu joues c'est ton problème, pas la peine de taxer de branlette intellectuelle tout ce qui ressemble à un embryon de réflexion.
kimo
Bon, et bien moi je suis également assez déçu pour ce qui est du scénario, la qualité d'écriture est toujours présente, mais bon, au final, c'est à peu de chose près les même ficelle que GTA 4. C'est pas tant qu'ils recyclent les thématiques typiques du western (encore que c'est vite fait, on assiste surtout au récit d'un personnage) qu'ils choisissent la même façon et le même personnage pour la raconter:

le héro, ni gentil, ni méchant, à la philosophie cynique blasé qui a déjà tout vu, "salut ancêtre de niko Bellic".
Les autres personnage sont tous caricaturaux et on les voit venir à des kilomètres, comme d'hab et le "discours" est grosso merdo le même discours cynique vaguement southparkien des GTA 4, un peu "ado" au final (et oui désolé).
On sent que c'est écrit par les même types.
Je dis pas que c'est vide et creux, mais bon, ça reste superficiel à cause de l'ironie constante dont ils chargent les personnages.

Après, les dialogues et l'interprétation est toujours de haute qualité, et encore heureux car c'est ce qui donne la consistance à ce scénario, et ce qui constitue le véritable saut qualitatif entre la narration Rockstar et les autres.

Moi je suis attristé par le manque de vie de l'ensemble quand même. A part les mini-jeu, on visite les villes uniquement en surface, pas de découvertes, rien, que des bâtisses. Il faudrait "Fallouter" un peu tout ça pour donner un peu de vie à l'ensemble, avec des dialogues hors cut-scene par exemple, et des perso secondaires dans les villes.
kimo
dernière chose aussi, à propos de la structure narrative du jeu, et donc de la qualité du récit:

le vrai problème réside à mon sens dans le découpage en mission du jeu qui ne correspond pas à celui du scénario, et dans la disparition brusque de certains personnages dont les fins sont mals écrites parfois (la nana du ranch par exemple).

Ça c'est un vrai problème à régler, et c'est l'enjeu d'un vrai conflit entre gameplay et scénario (qui se ressent par le fait que le scénario n'avance que via des cut-scene dans lequel le joueur devient spectateur et dans la disparition brusque de personnages devenus inutiles dans le gameplay, mais pas forcément dans le récit).

A mon avis, ils commencent à être limités par la forme du GTA-like. Depuis GTA 4, qui affichait de vraies ambitions scénaristiques, ces problèmes sont apparus sans être forcément réglés par un changement de gameplay ou une adaptation du scénario à ce mode de narration.
xiam
Ptin le topic du mal de tete!

Ca tue c'tout!

120 heures dessus et 78% du jeu terminé.

Le gros echec pour moi est le multi , que je n'ai pas du tout apprécié..

Je me voyais déja entrain de fragger du gros moche , caché dans mon buisson comme un lache.

Malheureusement , Rockstar en a decidé autrement en me foutant un putain de tag énorme sur la tete (style joueur ici!)
Sawyer
Cyclope a écrit :
Merci Factor pour ce test. Je vais me le prendre sous peu celui là.


\o/ me dis pas que t'as attendu le test de Factor pour te l'acheter ?!
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014