Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Medal of Honor : Airborne

CBL par ,  email  @CBL_Factor
Et de 15 ! Medal of Honor : Airborne est le quinzième opus de la série, toutes plate-formes et add-on confondus. Les deux premiers sur Psone développés par Dreamworks étaient sympa mais c'est avec ceux de 2015 (Débarquement Allié sur PC et En première ligne sur consoles) que la série a pris son envol. Après, c'est le trou noir. Il faut dire qu'une bonne partie des cowboys de 2015 se sont cassés pour fonder Infinity Ward et développer les Call of Duty. Avec Airborne, EA a décidé de donner un nouveau départ à la série avec un nouveau moteur graphique, le retour de Michael Giacchino pour la BO et surtout une nouvelle approche du gameplay, une approche aérienne dirons-nous.

Medal of Honor : Airborne est encore un FPS sur la Seconde Guerre Mondiale. On retrouve les mêmes armes, les mêmes lieux et les mêmes batailles que dans les douze mille jeux traitant de cette période. On incarne Travers, un membre de la 82 ème aéroportée à travers 6 missions qui vont de l'Italie à l'Allemagne en passant par la Normandie. La mise en scène des cinématiques n'est pas exceptionnelle et on se coltine une grosse couche de patriotisme Yankee. Pour l'originalité, il faut chercher ailleurs : dans le gameplay.


Mauser Fucker


« Jumping out of a perfectly good aircraft is not a natural act ». C'est ainsi que Clint Eastwood décrit le parachutage dans Le Maître de Guerre. Et il n'a pas tort. Surtout quand c'est pour atterrir au beau milieu d'affrontements violents. C'est pourtant le concept de Medal of Honor : Airborne. Après un rapide briefing, on choisit ses armes et on saute en parachute directement sur le champ de bataille. On se retrouve alors suspendu dans les airs et on peut admirer l'intégralité du terrain de jeu. Chaque niveau étant immense et bien détaillé, même de très haut, c'est vraiment impressionnant notamment lors de l'opération Market Garden où on admire une immense ville hollandaise en ruines. On peut contrôler cette phase de descente et atterrir vraiment où on souhaite dans le niveau : dans une cour, sur un tank en mouvement, dans une baraque en ruines…

Les zones permettant d'atterrir en sécurité sont indiquées par des fumigènes verts mais on peut aussi atterrir au beau milieu de l'action. Malgré les tirs de DCA, le joueur est quasiment invincible en plein air mais gare à vos fesses dès qu'on pose les pieds sur le sol… Pour autant, vous pouvez faire preuve d'audace en essayant d'arriver derrière les lignes ennemies. En se planquant rapidement, on s'en sort sans problème. Il ne faut pas atterrir n'importe comment sous peine de se vautrer lamentablement et de perdre quelques précieuses secondes. Avec de l'entraînement, on se pose et on se met directement à courir. Le plus jouissif est de se poser sur un toit, de sortir son fusil de sniper et d'aligner les petits gris. Le fusil de sniper est d'ailleurs incontournable vu la taille des cartes. Il y a même une des missions qui lui est quasiment dédiée avec des combats de snipers.


Nature Airborne Killer


Les niveaux sont ouverts ce qui permet de passer par les toits, de prendre des raccourcis et de tenter des manœuvres de contournement même si on reste parfois bloqué en face d'un stupide mur invisible. On va d'un endroit à un autre de la carte pour remplir différents objectifs d'une originalité folle (détruire des canons DCA, nettoyer des nids de MG42…). Malgré l'ouverture des niveaux, l'ensemble reste désespérément scripté. Alors qu'on aurait souhaité une vraie bataille qui évolue dynamiquement en fonction de nos actions, le jeu se contente de déclencher des scripts quand on remplit les objectifs. Du coup, quelque soit l'ordre dans lequel on remplit ces objectifs, les situations seront les mêmes à chaque partie. Ajoutez à cela des ennemis qui respawnent à l'infini à certains endroits et on se retrouve avec un FPS on ne peut plus classique. C'est vraiment dommage car l'idée de base est intéressante et le level design est particulièrement soigné.

On ne s'ennuie pas pour autant. Call of Duty 2 avait mis la barre très haut pour la frénésie des batailles et Medal of Honor : Airborne arrive à le surpasser à certains moments. Ca tire dans tous les sens, les ennemis balancent des tonnes de grenades et arrivent en masse, les MG42 font le ménage dans les lignes et des tanks viennent parfois se mêler à la fête. De toutes les missions, c'est celle dans la ville hollandaise qui se détache du lot, entre la prise d'un pont gardé par des Panzerfaust ou des combats très intenses dans des maisons à plusieurs étages. Le grand spectacle est renforcé par des effets sympathiques comme le FOV qui s'agrandit quand on pique un sprint, l'écran qui rougit quand une grenade explose trop près ou qui passe en noir et blanc quand un Allemand charge pour nous finir au corps à corps.


Airborne To Loose


Les armes ont des points d'expérience qui augmentent quand on tue des Allemands avec. Quand elles passent de niveau, un ralenti très classe intervient et on gagne une amélioration : un plus gros chargeur, une meilleure précision… Chaque arme a trois niveaux plus un niveau bonus temporaire qui permet par exemple de transformer le fusil de sniper en un lance-grenades meurtrier. On garde ces niveaux d'une mission à l'autre donc il faut essayer de varier l'équipement pour débloquer toutes les améliorations. La vue Iron Sight sert aussi à se pencher et se mettre à couvert mais les vrais hommes préfèreront sprinter plutôt que se cacher, surtout vu la générosité du système de santé. Quand on meurt, sauf exceptions, on est de nouveau parachuté sur le champ de bataille. Il m'est arrivé de me laisser tuer juste pour tenter une approche différente.

Comme dans Call of Duty 2, prendre quelques dommages n'est pas mortel. Il suffit d'attendre pour récupérer de la vie. La différence est qu'au lieu de mourir quand on se prend trop de dommages, on perd juste un carré de vie sur quatre. Comme on peut récupérer un carré en trouvant une trousse de soin et que le jeu n'est pas avare en trousses, il est difficile de claquer. L'avantage est que ça incite à la prise de risques et à se prendre pour un super soldat. L'inconvénient est que la durée de vie en prend un coup. En mode normal, il faut entre six et huit heures pour boucler le jeu. L'ouverture des niveaux, la présence d'objectifs secondaires cachés et les récompenses sous forme de médailles pour différentes actions incitent à recommencer l'aventure mais cela reste très mince comme motivation, d'autant plus que le jeu comporte un grand nombre d'imperfections.


MoH nous casse l'airborne


L'IA en fait partie. Les soldats sont agressifs mais réagissent de manière étrange. On retrouve quelques comportements stupides comme les soldats qui se succèdent sur la même MG42 et qu'on aligne les uns après les autres. Certains font la même animation en boucle et d'autres restent carrément bloqués. Le moteur physique (Aegia) projette joliment les corps lors d'une explosion mais on assiste à des réactions bizarres lors des impacts de balle. Par contre, la partie graphique est une grande réussite. L'Unreal Engine 3 affiche des tonnes de polygones et des niveaux très vastes sans que ça rame, le tout avec des temps de chargement très courts. Comme d'habitude chez EA, les animations sont impeccables. La BO symphonique assure le grand spectacle et compense avec les bruits des armes qui s'échelonnent de "classiques" à "franchement nuls" : mention spéciale pour la Thompson qui fait un bruit de machine à écrire.

Configuration de test : Core 2 Duo T7400, Geforce Go 7950 GTX avec 512 Mo de ram vidéo, 2 Go de Ram, XP.

Sans être le shoot de l'année, Medal of Honor : Airborne reste une bonne surprise. Même si le jeu n'est pas très original une fois la phase de parachutage passée, on passe un bon moment en flinguant du nazi par centaines, l'enrobage graphique aidant bien à l'immersion. Mais l'expérience se termine beaucoup trop vite pour qu'on puisse vous conseiller de vous jeter dessus au prix fort, surtout avec les mastodontes qui vont sortir dans peu de temps. En attendant de voir ce que le jeu donne en multi, on regrettera enfin l'absence de mode coop.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Prodigy
La démo était meh.
toof
meh ?
J'ai bien aimé la démo, je suis à deux doigts de me laisser tenter... Payer le prix fort me faire chier, mais si c'est pour le finir en deux jours, il devrait bien se refourguer à la revente...
Prodigy
Bof quoi.
YôY
je viens de le terminer sur 360 ,ouai c'est 7, 8 heures en difficulté normal,mais alors vraiment intense ,
le système de visée est vraiment pas mal ,les combats epiques,je l'ai trouvé tout de même assez hardu (il m'est arrivé de me faire tuer net par deux balles de mg42 dans la façe)
Mention speciale a la dernière mission ou on est parachuté dans un chaos absolu..
nico2
Avec une souris, j'ai terminé la campagne solo en mode "expert" en 5h chrono. Néanmoins, ça reste un excellent FPS d'action avec quelques cartes très impressionantes. Celle de la démo est la moins réussie de toute.

C'est un peu abusé de ne pas du tout parler du multiplayer : il s'agit probablement de la partie la plus importante du jeu. Certe, difficile de donner un avis alors que le jeu est tout jeune, mais vous auriez au moins pu mentionner que le multi existe et indiquer le nombre de cartes et décrire briévement les modes de jeu. Non ?
Zaza le Nounours
CBL n'a pas d'amis, il s'est donc limité au solo.
nico2
Zaza, le solo se joue sur internet où on peut trouver plusieurs serveurs publics.
Zaza le Nounours
(et nico n'a pas d'humour.)
Prodigy
Ce qui m'a saoulé (entre autres) dans la démo, c'est ce défaut récurrent à tous les MoH : tu as le mec droit dans ton viseur, tu shootes en tenant compte du recul et tout, tu touches la tête (en théorie) mais il tombe pas. Putain de balles en mousse. Quand t'as joué à Red Orchestra et sa balistique de fou furieux, franchement, ça gave.
Visiteur
Moi j'ai trouvé l'IA vraiment tres bizarre (je parle de la version 360). Je m'explique: genre on est planqué 6m au dessus d'un type qui tire sur un allié en contre bas, là pas de souci, enfin jusqu'au moment ou on le met dans la crosshair et là ca devient le drame. Le type se retourne et décoche des balles entre les planches avant meme qu'on ait pu tirer une balle.
Groomy
J'ai pas vraiment accroché à la démo non plus, je suis pourtant amateur des moh/call of duty habituellement (sur PC).
nico2
Zaza, l'humour c'est comme le poker, c'est celui qui réussit à voir un niveau plus loin que l'adversaire qui rigole à la fin ;-)
spook
Non, je ne pense pas.


Concernant le jeu, je rencontre un souci avec la sensibilité de la souris (lag). J'ai pareil avec Bioshock qui est aussi en "unreal engine 3"...
__MaX__
Il te manque Airborne to be alive et ton test était un perfect CBL =)

Jvais bien tenter de me le faire ce petite MoH.
nico2
spook, essaie de réduire la qualité des GFX. Si je ne m'abuse, les jeux utilisant l'Unreal Engine ont toujours eu ce probleme : si ton cpu est trop sollicité, ta souris rame. Note que je suis pas sûr de mon coup et que je dis peut etre une grosse connerie.
CBL
nico2 : c'est vrai que j'ai zappé le mode multi mais c'est sur la durée qu'on peut juger si un mode multi tient la route. Et puis j'avoue qu'après de très longues heures passées sur RTCW/Enemy Territory/DoD Source, j'en ai ma dose des FPS multi sur cette période.

Groomy : comme le dit nico2, la démo est vraiment le moins bon niveau.
toof
CBL a écrit :
Groomy : comme le dit nico2, la démo est vraiment le moins bon niveau.
Donc je peux en conclure que si j'ai aimé la démo, y'a de fortes chances que je m'éclate sur le jeu ?
choki
c du pipi de chat a coté de call4 :p
sprff
Bioshock trop long et trop linéaire (je dois être le seul que ce jeu saoule)
MoH Airbone trop court et trop bourrin (avec un online a 12 seulement)

Bref, j'espère que Call of Duty 4 va relever le niveau...
CBL
toof : ah mais carrément. pour résumer les gros défauts :
-ras le bol de la WW2
-l'IA très conne
-le principe de parachutage un peu gaché au final
-une durée de vie ridicule

Mais si tu aimes le style de jeu et que tu adores traquer les succès, c'est du tout bon.
Aurélien
Airborne est pas trop mal, mais les deux derniers niveaux on dirait qu'ils ont juste rajouté 200 turbo-nazis juste pour rallonger la durée de vie vite fais. Quand y'a 3-4 Nazis avec une gatling (super) et 4 autres avec des bazookas dans la même pièce, ça devient vraiment n'importe quoi et super frustrant. Mais même avec ça, fini en 5h en difficile sur PC. Enfin bon, comme tous les autres MoH depuis débarquement allié quoi, peut (beaucoup) mieux faire.
Zakwil
Moi j'ai apprécié je dois etre à la fin du jeu (flakturm) et ça faisait longtemps que j'avais pas pris du plaisir sur un MoH.
Le systeme d'XP sur les armes est pas mal et les cartes ouvertes avec le parachutage est très sympa.
Tofton
Ben en gros rien de neuf sous le soleil du 3e Reich, c'est scripté jusqu'à l'os, l'IA est à la ramasse, on est dans un train fantôme avec de petites innovations mais rien de révolutionnaire.

Un peu comme depuis "débarquement allié" sur pc il y a pfiou quelques années en fait.

ps: moi j'aime bien ce genre de train fantôme, même si on voit les ennemis s'exploser eux même la tronche avec leurs propres grenades! ^^
CBL
Parmi les grands moments de l'IA de ce jeu, mon préféré est le combat contre les panzerfaust. A un moment, je me retrouve nez à nez avec un soldat et son lance-roquettes. Sans sourciller, il tire à bout portant et on explose joyeusement tous les deux.

Remarque... j'ai du en faire un paquet dans ce style à Q3 et ET ^^
Théurgiste
choki a écrit :
c du pipi de chat a coté de call4 :p


T'y a deja jouer a call4 ? si oui il est bien ? si non stfu ^^
vasquaal
Tu as utilisé quels pilotes pour ta nVidia CBL ?
xiam
vasquaal a écrit :
Tu as utilisé quels pilotes pour ta nVidia CBL ?



cette question m'interresse au plus haut point...
Tonolito
j'avoue pour ma part avoir bien accroche a la demo. Et le genre ne me saoule pas, faut dire les 2 derniers Fps bases sur la WW2 auquels j'ai joué, ben c'était Allied assault and COD2, donc celui la, je pense que le choperais en occaze!!
CBL
Pour les pilotes, j'utilise des pilotes propriétaires de chez Dell (les 84.69) qui ont plus d'un an et qui sont d'une stabilité à toute épreuve. Je suppose qu'avec des pilotes plus récents je gagnerais quelques FPS.
xiam
tsss , j'ai des plantages monstrueux avec les derniers pilotes nvidia ainsi que les precedents...avec plein d'erreurs et un ecran bleu...

sinon je joue en normal et je le trouve un peu dur les "pop" d'enemis commence réellement a me gonfler...genre 15 bosh qui sortent à la file d'une mème pièce...

j'avais bien aimé la demo ,j'aime bien le jeu malgré ses defaults que le test cite très bien..

Bon par contre 50€ j'ai l'impression de mettre fait un peu voler...surtout sur la longueur.
sprff
xiam a écrit :
tsss , j'ai des plantages monstrueux avec les derniers pilotes nvidia ainsi que les précédents...avec pleins d'erreurs et un écran bleu...


Windows Xp64 + C2D 6600 + Sparkle 8800 GTS 320 Mo avec les drivers 162.18 et aucun plantage chez moi (et j'y ai beaucoup joué). A part désinstaller et réinstaller proprement tes drivers et le jeu et mettre DX à jour, je vois pas d'où ça peut venir.
Concernant les drivers DELL c'est un tout autre trip - ils ne marchent que sur DELL -
toof
Bon, finalement j'ai sauté le pas et j'ai acheté hier... et je l'ai déjà fini, évidemment. La dernier combat est complètement abusé, j'ai du m'y reprendre à 10 fois avant de m'en sortir.

C'est justement ça que je reproche à ce jeu, si on y va pas franco dans le tas par moment, on s'en sort pas. Soit on finit à court de munitions, soit les ennemis, qui spawent et rushent inexorablement, nous niquent à l'usure. Impossible d'avancer de manière organisée (j'oserai pas dire tactique) pour dégommer proprement du teuton. Ajouté à cela des assets invisibles sur certains décors qui stoppent les balles, l'impossibilité de canarder à travers des matières comme le bois, ainsi que le manque de précision de certaines armes.

Bon, c'était sympa, mais trop de défauts pour que je m'amuse vraiment.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014