Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
ACTU

Paroles de spécialistes

Skizomeuh par ,  email  @Skizomeuh
La méthode Cage semble faire des émules avec un ramassis de conneries déblatéré récemment d'un assez haut niveau ma foi.

Alors évidemment dans le tas tout n'est pas à jeter mais, entre argumentation marketing à peine voilée ou étroitesse d'esprit élitiste, il s'en dégage un doux fumet oscillant entre sourire et effarement...


On commence chez Gamesindustry.biz avec Christoph Hartmann, le boss de 2K Games, pour qui le photoréalisme est le seul moyen de réussir à créer de l'émotion dans les jeux et même de créer de nouveaux genres.
"Recreating a Mission Impossible experience in gaming is easy; recreating emotions in Brokeback Mountain is going to be tough, or at least very sensitive in this country... it will be very hard to create very deep emotions like sadness or love, things that drive the movies," he said. "Until games are photorealistic, it'll be very hard to open up to new genres. We can really only focus on action and shooter titles; those are suitable for consoles now."



On continue chez Develop-online avec Mark Thompson, Lead Designer sur Far Cry 3, pour qui ignorer la violence dans les jeux plombe la narration.
“One mistake that games can make is to simply not acknowledge the violence and pretend like it isn’t important, that their protagonist is nonchalantly killing a ton of people. If you ignore what your core mechanics are asking players to do, if you pretend like players aren’t being rewarded for killing, then it will undermine the narrative.

If the characters in the game don’t react to the violence performed by the player; then you create a plot hole, one specific to the interactive nature of games. We addressed this head on and wrote a story that was about the core mechanic, about killing.”



Sur le même site, on trouve aussi une belle envolée lyrique de la non moins jolie Jade Raymond qui trouve que les AAA devraient sortir de l'adolescence et traiter des vrais thèmes de la vraie vie qu'est pas virtuelle. Politique, lutte des classes, des sexes :
“The Arab Spring, class divide, internet freedoms… why aren’t there triple-A games about these topics? We can actually use the interactive power of our medium to talk about these subjects in a way that can provoke discussion about them.”

“But I am a realist – at $60m per triple-A game it’s not likely we can make a subject like this the core of a brand new IP. Games may be stuck in this narrow genre of action shooters – but that shouldn’t mean we are stuck. So why not weave more meaning into existing blockbusters? Maybe GTA could make a statement about the penal system? Or maybe games like Call of Duty could make a statement about sexism?



On finit avec un certain Aleksander Adamkiewicz qui, en véritable Anton Ego répondant à un "chef Gusteau indie" chez Gamasutra, infirme l'hypothèse qui voudrait, ô horreur, que tout le monde peut faire un jeu. Condamnant même cette incitation blasphématoire en affirmant que polluer notre si précieux média dévalue le travail de tout le monde. Evidemment tout le monde sait qu'un développeur naît développeur, le tout venant devant se contenter de baisser la tête et acheter le DLC du-dît développeur sis à la place qui est sienne chez ActEAbiSoft. Bienvenue à GATTACA.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Volubile
 
Y'a quoi de particulièrement choquant dans la quote de Mark Thompson ?
Monowan
 
Pareil, je crois que t'as mal compris, c'est parfaitement sensé ce que dit le monsieur.
Scratchproof
 
J'ai pas trouvé ce qu'ils ont dit choquant ou vide de sens outre mesure. A part pour le dernier. Lui c'est un con.
Kadelka
 
De la même manière, je n'ai pas trouvé les propos si outrageux.
Si, à la rigueur, le PDG de 2K a de sacrés trous de mémoire parce que dire que tant qu'on ne peut pas atteindre le photo-réalisme, c'est oublier les ICO, Braid, FF7 même, etc etc.

Concernant le dernier, Adamkiewicz, sans être complètement d'accord avec ce qu'il dit, je peux comprendre son discours.
Il adopte - je pense - un ton très élitiste pour être l'anti-thèse du discours de Perrin, mais en faisant preuve d'un peu de discernement, il n'a pas complètement tort.
Je suis développeur, j'essaye de me mettre à faire des jeux sur mon temps libre et pour autant, je n'irai pas loin seul - need a designer. C'est un exemple parmi d'autres, mais tout n'est pas à jeter (ni à garder d'ailleurs) et je trouve le traitement qui lui est réservé - et aux autres aussi - un peu extrême dans la news.
Ozgarden
 
Hier on est venu me rapporter que Jean-Claude a tapé sa femme. Vu comme ça, ça pourrait foutre les boules.

Mais la réalité c'est que Jean-Claude a tapé sa femme sur les fesses pour lui éviter de se faire piquer par une guêpe. Ça perd tout de suite de sa superbe.


Il faut dire que Develop titre son article "Ignoring violence in games undermines narrative" en citant leur source.

Ils ne sont pas tout à fait dans le juste et ça prête à confusion.

Tandis que VG24/7 -ayant toujours en tête Far Cry 3 comme référence- titre pour sa part : "Ignoring motivation for violence is a mistake". Ça se rapproche déjà un peu plus de l'esprit de la citation de Mark Thompson.

Le sous phénomène Cage prend parfois tellement d'ampleur qu'on oubliera un jour ce bon vieux Chuck Norris durant nos brèves de comptoir, en déformant le mythe, je cite :

-David Cage est entré dans un bar, il a commandé un steak et le steak a obéi.
spook
 
Je propose à cette bande de BOULET de regarder Toy Story 3. Et ensuite on pourra discuter...

édit : Y'a moyen d'avoir les trad' ? Je suis une bille en anglais...
BeatKitano
 
Elle est ouf cette image, j'ai interverti les deux yeux et collé le nez a l'envers, et ça change rien, elle parait presque plus normale ¯\(°_o)/¯


Quantic dream c'est un peu du dali et du picasso mélangé en fait.

(oui c'est tout ce que m'inspire cette news)
The System Five
 
BeatKitano a écrit :
Elle est ouf cette image, j'ai interverti les deux yeux et collé le nez a l'envers, et ça change rien, elle parait presque plus normale ¯\(°_o)/¯

https://dl.dropbox.com/u/742238/ouf.jpg
Quantic dream c'est un peu du dali et du picasso mélangé en fait.

(oui c'est tout ce que m'inspire cette news)

woh putain!
kimo
 
moi je trouve que tout ça c'est un tissu de conneries pseudo-intellectuelles.

Le mec de 2K game n'a rien compris en parlant d'émotion.
Sérieux qui joue aux jeux video pour l'émotion ? (perso je ne regarde déjà pas les films pour ça alors bon). Si Brokeback Mountain le jeux video sortait, j'en aurai rien à foutre. Le cœur d'un jeu vidéo: LE GAMEPLAY. Si Mission impossible s'adapte en jeux video, c'est parce que la structure de la série (un objectif à atteindre) se prête très bien à la forme même du média. Je ne vois pas l'intérêt de faire un jeu capable de mimer l'émotion qu'un film est censé produire.

Pareil pour Thompson, qui oublie un peu vite que parfois le jeux vidéo, oui c'est justement pouvoir tuer nonchalamment 10.000 personnes juste pour le score (rien que ça est un commentaire sur la violence). En plus il existe déjà PLEINNNN de jeu qui le font, donc il est à côté de la plaque.

Quand à Jade Raymond, c'est le pire. Je supporte pas l'idée qu'un film ou un jeu soit écrit pour porter un message. En plus elle confond le sujet avec le type de jeu (un action shooter sur le printemps arabe pourrait très bien voir le jour).

Mais bon, je me doute que ma vision du jeux vidéo est vieillotte et décrépite. Je supporte pas cette envie de faire un jeu vidéo à thèse ou à thème. Les jeux video les plus conceptuels et intéressants sont ceux où il y a 0 scénarios et 0 messages, ça ne signifie pas qu'ils n'ont aucun sens, juste qu'il est inscrit dans le gameplay.
BeatKitano
 
Non le pire c'est l'autre couillon qui dit que tout le monde ne peut pas faire un jeu.
Aujourd'hui avec du temps tout le monde peut faire un jeu, la question qui reste posée c'est : sera-t-il bon. Mais là encore quand on voit la tonne de daubes qui sortent faites par des gens qui sont supposés savoir faire des jeux on peut même pas remettre en doute la capacité du péquin moyen a faire un bon jeu.

[Edit] Le résumé est trompeur et j'adhère en fait au propos du mec. Faudrait relire Skizo, c'est plutot sensé ce qu'il écrit.
Le vertueux
 
Le cœur d'un jeu vidéo: LE GAMEPLAY.


La réalité est plus subtile que ça, un jeu est un tout ça n'est pas que du gameplay et il arrive bien souvent qu'un jeu soit sauvé par son atmosphère plutôt que par son gameplay. ça n'en fait pas un mauvais jeu pour autant.

Selon le genre (rpg par exemple) il serait parfois bon que les gars engagent un vrai scénariste et traitent de thématiques un peu moins niaises que celles qu'on nous sert actuemment
Skizomeuh
 
Pour ce qui est de Thompson, moi les arguments psycho-scénaristiques pour expliquer, tout en se gardant de le promettre, que l'IA réagira aux comportements du joueur me rappellent les jolis discours de l'IA de FC2 et me font gentiment sourire. Sinon évidemment sur le principe j'adhère et j'espère que FC3 me fera mentir.

Beat : là aussi évidemment sur le fond tout n'est pas à jeter, mais la formulation est à gerber, point. Je suis sanguin dès que les arguments tournent autour de l'atavisme. Putain, si jamais personne n'avait essayé d'aller au-delà de ses limites supposées on serait encore en train de ronger des cailloux au fond d'une grotte. Comment savoir si t'es fait pour ça si tu n'essaie pas ?

Et quand bien même le pékin de base devait se vautrer, où est le problème, on avance plus par ses erreurs que dans le confort de ses limites.
Manukineko
 
Skizomeuh a écrit :
Pour ce qui est de Thompson, moi les arguments psycho-scénaristiques pour expliquer, tout en se gardant de le promettre, que l'IA réagira aux comportements du joueur me rappellent les jolis discours de l'IA de FC2 et me font gentiment sourire. Sinon évidemment sur le principe j'adhère et j'espère que FC3 me fera mentir.

Beat : là aussi évidemment sur le fond tout n'est pas à jeter, mais la formulation est à gerber, point. Je suis sanguin dès que les arguments tournent autour de l'atavisme. Putain, si jamais personne n'avait essayé d'aller au-delà de ses limites supposées on serait encore en train de ronger des cailloux au fond d'une grotte. Comment savoir si t'es fait pour ça si tu n'essaie pas ?

Et quand bien même le pékin de base devait se vautrer, où est le problème, on avance plus par ses erreurs que dans le confort de ses limites.


Sauf que c'est pas ce que dit Alex-truc.
Il veut modérer l'excès d'encouragement que Perrin balance dans ces vidéos, pas empecher des pekins de se vautrer. Et surtout, qu'ils ne viennent pas dire ensuite "je sais faire des jeux", puisque qu'ils auront toute les chances de se prendrent un gros retour de baton dans la gueule quand faudra s'y mettre de manière "professionnel".

Ensuite, moi aussi j'ai pensé à Gusteau pour Perrin, mais c'est trompeur : Quand Gusteau dit que tout le monde peut cuisiner, ça reste dans le cadre des règles de la cuisine. Là, Perrin dit qu'il n'y a carrément pas de règle dans le game design ...
LeGreg
 
Rien de bien choquant dans leurs propos.

Mais bon si on ne peut plus faire de grosses caricatures où va-t-on :)
BeatKitano
 
Voilà Skizomeuh, Manukineko a bien résumé, le mec est plsu nuancé dans son propos, il dit pas qu'on peut pas, il dit qu'on peut pas en faisant nawak.Et c'est super vrai même si ça dérange. Y'a des exceptions (des anomalies heureuses dirons nous) mais dans l'ensemble les contradictions qu'il oppose a Perrin sont plutot justes.
Après la formulation est maladroite, mais je pense pas que ce soit une volontée de casser l'enthousiasme des wanabe (pas de jugement) mais plutot de les orienter dans une réalité qui touche la quasi totalité de la production vidéo ludique.
Echoes
 
Skizomeuh a écrit :
Beat : là aussi évidemment sur le fond tout n'est pas à jeter, mais la formulation est à gerber, point. Je suis sanguin dès que les arguments tournent autour de l'atavisme. Putain, si jamais personne n'avait essayé d'aller au-delà de ses limites supposées on serait encore en train de ronger des cailloux au fond d'une grotte. Comment savoir si t'es fait pour ça si tu n'essaie pas ?

Et quand bien même le pékin de base devait se vautrer, où est le problème, on avance plus par ses erreurs que dans le confort de ses limites.


Before I go any further I want to make one thing very clear.
I don't want to stop people from trying, discovering their potential, or discovering they don't have the aptitude, for themselves.
What I want to emphasize is that its just not as easy as the talk makes it out to be.


Il le dit bien lui même que tout le monde peut essayer mais que certains n'y arriveront pas.
full_tera
 
a part le dernier, c'est du grand n'importe quoi
choo.t
 
Hartmann me fait vomir.
Sans même parler de jeu vidéo, dire que le photo-réalisme est nécessaire à un vecteur d’émotion, c'est dénigrer sept arts sur les neufs, que je sache la poésie, le conte, la BD, ou même la musique n'ont pas attendu le photo-réalisme pour nous faire vibrer.

Sans transition :

Hours after our chat, Raymond took to the stage at GDC to deliver her ‘parent rant’, dissecting her contemporaries’ lack of imagination, and demanding that the games development profession “grow up”.
Ah oui, mais merde, ils ont fait pousser des boobs sur Cage ?
Arnaud
 
Si on écoute Hartmann, ça veut dire qu'on ne peut avoir émotion en lisant un bouquin alors, puisqu'il faut des graphismes photoréalistes ?

La seule chose qui créé de l'émotion c'est une situation. Pour que la situation soit forte en émotion, il faut une bonne narration. Le photoréalisme n'a rien à voir là dedans. C'est pas de voir chialer un cowboy qui émeut, dans son exemple bidon, c'est la situation qui pousse le cowboy à pleurer.

Comment est-ce qu'on peut être aussi stupide ?
meduz'
 
Le vertueux a écrit :
il arrive bien souvent qu'un jeu soit sauvé par son atmosphère plutôt que par son gameplay. ça n'en fait pas un mauvais jeu pour autant.

Ha mais carrément ! Exemple parfait : The Witcher.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014