Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Zack & Wiki : Quest for Barbaros' Treasure

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
Ce n'est un secret pour personne, la majeure partie des jeux d'éditeurs tiers sur Wii est d'un niveau nettement inférieur aux jeux Nintendo. Que ce soient des jeux à licence, des portages sur Wii de jeux multiplateformes “parce qu'il le faut bien”, ou des compils de mini-jeux, ces titres donnent l'impression de surfer sur la vague Wii sans bien en saisir le concept. Vient alors Zack & Wiki - Le Trésor de Barbaros : une toute nouvelle licence de Capcom exclusive à la Wii et le premier point'n click a atterir sur la petite console blanche. Preuve qu'avec un peu de bonne volonté, on peut fournir un excellent produit dessus sans nécessairement s'appeler Nintendo. Pour les plus impatients d'entre vous, voici déjà un bon conseil : « Foncez l'acheter ».

Saké, Whisky


Dans ce jeu, on dirige Zack, un apprenti pirate membre des Lapins des Mers. Au cours de ses pérégrinations en quête du vaisseau légendaire, il découvre un coffre à trésor dans lequel se trouve une tête en or, qui se révèle être celle du pirate Barbaros. Ce dernier lui dit qu'il sait où se trouve ce fameux vaisseau, mais qu'il ne pourra aider Zack qu'à condition que celui-ci retrouve les parties restantes de son corps, éparpillées dans d'autres coffres à trésor. Le seul souci, c'est que Zack ne semble pas être le seul pirate à la recherche du vaisseau légendaire : la pirate Rose et ses sbires sont également sur le coup. Il faudra donc user d'ingéniosité pour récupérer toutes les pièces de Barbaros, de préférence sans que Rose ne s'en mêle. Pour cela, Zack se fera aider par Wiki, une espèce de singe doré volant, qui peut se transformer en cloche lorsque Zack l'attrape par la queue (son appendice caudal, hein?). Lorsque Wiki est secoué, il peut transformer des êtres vivants en objets utiles : une chauve-souris se transformera par exemple en parapluie, ou un mille-pattes en mille-scies.

Plus qu'un point'n click, Zack & Wiki se révèle être un point'n shake : non seulement il faudra secouer la Wiimote pour utiliser la cloche, mais aussi pour utiliser les objets. Pour actionner une manivelle ou un levier, il faudra reproduire le geste à la main. Heureusement, la reconnaissance est implémentée de façon excellente, et la plupart des gestes viennent naturellement.

Un jeune garçon qui veut devenir pirate, une tribu cannibale, un pirate victime d'une malédiction, des contrôles point'n click, tout porte à penser que Zack & Wiki est un hommage de plus à Monkey Island. Et bien, au risque d'en décevoir certains, il n'en est rien. Certes, Zack & Wiki est un point'n click, certes, ça se passe dans une ambiance de pirates, mais la comparaison s'arrête là. On pourrait même croire que les références de Capcom se situent plutôt dans la tranche Sierra/Coktel Vision. En effet, comme dans la série des Gobliiins, le jeu est découpé en plusieurs “niveaux”, avec pour chacun un objectif précis : récupérer le coffre à trésor. La particularité du jeu est que les niveaux ne sont pas interconnectés, il ne faudra pas résoudre telle énigme dans le niveau A pour terminer le niveau B. Ensuite, ces niveaux sont souvent parsemés de pièges vicieux. Inutile d'essayer tout et n'importe quoi, comme dans les jeux LucasArts : la seule récompense que vous en tirerez, c'est soit d'être bloqué parce que vous avez brûlé un objet utile, ou alors d'assister votre mort parce que vous n'avez pas attendu que les cannibales regardent ailleurs avant de passer au-dessus de leur tête avec un treuil.


Ave, moriturus te salutat


Et des morts, il y en aura souvent : parfois sans prévenir, d'autres fois parce que vous avez mal compris un mécanisme. Zack se retrouvera tour à tour aspiré dans le néant, écrasé par des rochers, transformé en glaçon ou en torche vivante, bref retrouver le trésor de Barbaros ne sera pas une partie de plaisir, enfin surtout pas pour Zack. Et malgré tout, malgré le fait qu'il ne soit pas possible de sauver à l'intérieur d'un niveau, on n'est pas frustré par ces bêtes morts. Peut-être est-ce que mon âme était déjà perdue quand je jouais à Lemmings, et que j'envoyais ces petites bêbêtes vers une mort certaine sans sourciller, mais malgré les plus de 60 décès de Zack avant d'avoir vu la fin de l'aventure, il m'était impossible de laisser tomber le jeu. Devant l'impossibilité de sauvegarder la progression, on se retrouve à essayer tant bien que mal de trouver la solution au casse-tête, de savoir comment réussir à attraper le coffre à trésor caché dans le miroir, ou celui qui est gardé par un dragon géant. Les développeurs ont réussi à créer une vingtaine de niveaux suffisamment variés pour que l'on s'amuse toujours autant (ma petite préférence personnelle va pour les niveaux dans le château hanté), et les solutions aux énigmes nécessiteront souvent de se triturer les méninges.


La p'tite madeleine


De toutes façons, si ça ne va pas, on peut toujours demander de l'aide à un pote. Bien que ça ne vous rapportera pas des millions, les Wiimotes supplémentaires peuvent être utilisées par d'autres personnes pour gribouiller des trucs à l'écran, et donner des conseils au joueur. Tout comme dans Super Mario Galaxy, Capcom a très bien compris l'utilité de donner une dimension sociale à son jeu. Et grâce à ça, on se trouve une quinzaine d'années en arrière, quand on s'y mettait à trois ou quatre pour avancer dans Space Quest, suggérant ceci, essayant cela, participant à l'aventure autant que celui qui tenait la souris.

Je pourrai encore parler pendant des heures de Zack & Wiki, de son système de points obtenus en fonction de la façon dont vous résolvez une énigme, des centaines d'objets et trésors cachés, mais ce serait peine perdue. Déjà, si vous m'avez lu jusqu'ici, vous aurez compris que Zack & Wiki est une excellente transposition du jeu d'aventures sur la Wii. Capcom n'a pas essayé de faire un bête point'n click, mais a fait l'effort de proposer un petit quelque chose en plus : une excellente gestion de la Wiimote. La façon dont on secoue Wiki pour transformer les animaux en objets peut s'apparenter au coup de poignet qu'on donne dans Mario Galaxy pour faire un saut toupie, et à part pour l'utilisation des objets et de certains mécanismes, la reconnaissance de mouvements n'est pas utilisée à outrance.

Les graphismes cartoon devraient interpeller les amateurs de Wind Waker et autres Phantom Hourglass (je remercie au passage JeuxVideo.com pour leurs screenshots), la structure des niveaux est idéale pour les amateurs de casse-têtes, que ce soient des jeux d'aventures ou des jeux du genre Lemmings ou Incredible Machine... il y en a pour tous les goûts. De plus, comptez une vingtaine d'heures pour arriver une première fois au bout du jeu. Après, si vous avez l'âme d'un collectionneur, vous pourrez toujours repasser par les niveaux pour trouver les trésors cachés.

Les bons jeux tiers sur Wii existent, je les ai rencontrés. Zack & Wiki : Quest for Barbaros' Treasure parvient à trouver le bon équilibre entre l'utilisation des contrôles spécifiques à la Wii et un jeu de qualité. Messieurs de chez Capcom, comptez sur moi si vous sortez une suite !

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews