Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

To The Moon

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
Imaginez-vous, sur votre lit de mort, après une belle vie bien remplie. Heureux, vous passez en revue tout ce que vous avez vécu puis soudain, une interrogation : "Et si seulement j’avais pu ...". Mais il est trop tard maintenant pour revenir en arrière. Vous n’aurez jamais l’occasion de savoir ce qu’il se serait passé si vous aviez pu revenir sur vos choix.

Imaginez maintenant qu’une société ait trouvé un moyen de d’agir sur la mémoire des gens, et qu’elle vende ces services aux mourants. En se connectant au cerveau d’une personne mourante, des médecins modifient ses souvenirs de sorte que ce souhait soit réalisé.

Dans To The Moon, vous allez accompagner Johnny dans ses derniers moments, et tenter de l’envoyer sur la lune.

Moonwalker


Bien que To The Moon soit sorti en novembre 2011, ce n’est que par le second GameMusicBundle que j’en ai appris l’existence. Sous ses apparences de J-RPG 16bit, To The Moon est une expérience à part entière, traitant de sujets rarement abordés dans les jeux video. Le jeu se joue à la souris ou au clavier (préférez le clavier, car la souris n'est pas toujours au top), dans un monde de pixelart en hommage aux J-RPG classiques. Néanmoins, là où ces J-RPG proposaient une foultitude d'heures de jeu pour un scénario tenant souvant sur un mouchoir de poche, To The Moon propose une aventure que vous plierez en quatre heures environ, mais avec un scénario béton qui ne vous laissera pas indifférent. Malgré sa forme de J-RPG, le jeu se joue comme un point'n click. On peut diriger les héros à la souris ou au clavier, et cliquer sur des objets pour les activer.

Le jeu commence au moment où les docteurs Eva Rosalene et Neil Watts arrivent chez Johnny. L’arrivée est haute en couleurs, car en voulant éviter un écureuil, Neil réussit à planter la voiture dans un arbre. C’est l’occasion de découvrir la force de l’écriture, ainsi que les relations du duo qu’on contrôlera pendant le jeu. On sent tout de suite qu’ils travaillent ensemble depuis des années, Neil plutôt geek et aimant les blagues à deux balles, alors qu’Eva est plutôt posée mais n’hésite pas à envoyer des piques à son collègue. Pour eux, le souhait de Johnny n’est qu’un contrat de plus, qu’ils ont envie de le plier le plus rapidement possible.





Le seul souci, c’est que Johnny est dans le coma, et que la personne qui s’occupe du vieillard depuis le décès de sa femme n’est pas du tout au courant des désirs de Johnny. Pour modifier ses souvenirs de manière crédible, il va falloir plonger dans son inconscient pour retrouver les raisons qui le poussent à vouloir aller sur la lune.

Aller plus loin dans la description du scénario de To The Moon est risqué. Tout d’abord parce que la force du jeu réside dans la découverte du passé de Johnny, et que le jeu est relativement court. Neil et Eva se plongeront petit à petit dans les différents moments clefs de l'existence de Johnny, traversant sa vie en sens inverse. Petit à petit, on pourra se faire un avis sur la personnalité de Johnny, parfois attendrissant, parfois bizarre, mais tellement humain. Ces événements feront aussi intervenir sa femme, River, décédée quelques années plus tôt, et qui avait laissé à son mari des centaines de lapins en origami dans toute la maison, lapins qui ont leur importance dans le scénario. Dans chaque saynète, on devra trouver cinq objets importants afin d’activer un memento, qui ouvrira un passage vers un souvenir plus ancien. Dès que Neil et Eva ont assez d’informations sur le sujet, ils pourront agir sur le cerveau de Johnny, afin de lui façonner un passé crédible qui l’enverra sur la lune.


On m'a envoyé sur la lune


Raconter une histoire en sens inverse n’est pas une chose aisée. Récemment, on a eu le roman The Time-traveller’s Wife, ou encore l’histoire de River Song dans Doctor Who (Spoilers!). To The Moon s’en sort brillamment, et réussit en plus à parler de sujets difficiles tels que la mort, l’amour et la maladie en présentant les situations simplement, sans jugement. C’est une expérience très personnelle qui peut être d’autant plus forte quand on a récemment vécu le même genre de situation. L’écriture du scénario est parfaite, émouvante par moments sans tomber dans le mélodrame larmoyant. On passe du rire aux larmes avec brio et, plus d’une fois, on se surprend à pester contre les personnages ou contre l’écrivain, pour les scènes émouvantes qui feront sortir les mouchoirs pour certains. Si vous avez été touché par la scène avec Lola sur le phare dans Grim Fandango, ou par la fin de Planescape Torment, ce jeu vous fera très certainement le même effet.





Ce que To The Moon perd en jouabilité (il n’y a pas d’énigmes à proprement parler dans le jeu, et bien qu’on puisse choisir certaines réponses dans les dialogues, elles n’auront pas une grande influence sur le scénario), il le gagne sur d’autres niveaux. Non seulement on se retrouve devant un scénario écrit avec brio, mais aussi devant une bande-son inoubliable signée Kan Gao avec Laura Shigihara (Mme Zombies on your Lawn) en guest-star. Cette bande-son est aux petits oignons et propose des morceaux tantôts légers, tantôt plein d’émotion. Par exemple For River, un morceau écrit par Johnny pour sa femme, reviendra plusieurs fois au cours du jeu pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Niveau graphismes, c'est du pixelart pur jus, et les séquences souvenir se jouent dans une palette sepia avec un décor qui s'éffiloche quand on s'éloigne de Johnny, afin d'accentuer le fait qu'on se trouve dans un souvenir.

Freebird Games signe avec To The Moon un pari osé. Bien que la jouabilité soit réduite, proposer le même scénario sous forme de film ou de roman n’aurait pas eu la même force. Il est disponible sur le site de Freebird Games, sous forme d’une version d’évaluation d’une heure qu’il est possible d’activer ensuite en payant 11$. Cette première heure permet déjà de s’imprégner pas mal dans l’histoire, à vous de voir ensuite si le voyage vous tente. A tout hasard, le trailer se trouve ci-dessous.



To The Moon fait partie de ces petites perles de bonheur qui peuvent parfois se trouver par hasard sur votre chemin. Véritable remède contre le blues, ce jeu vous donnera envie de vivre votre vie à fond, pour profiter de chaque instant ! Malgré une maniabilité parfois récalcitrante (par exemple pendant la séquence d'équitation), l'expérience en vaut largement la chandelle.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews