Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

The Walking Dead S02E02 - A House Divided

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
 
​Après un premier épisode un peu court, peu innovant mais déjà très dynamique et captivant, c'est peu de dire qu'on attendait avec impatience la suite des aventures de Clementine. Et autant le dire tout de suite : cet épisode marque un petit tournant dans la série. Courte explication de texte, spoiler-free cette fois-ci.
Il serait en effet un peu vain de disserter en long en large et en travers sur les rebondissements du scénario, leur pertinence ou leur crédibilité. Retenez juste que l'histoire a mis un gros coup d'accélérateur, mais qu'on reste sur les thématiques et les ressorts narratifs habituels : l'âpreté de la survie, ainsi que des antagonistes désinhibés par l'Apocalypse, posent des dilemmes cornéliens -mais jamais manichéens. Plaçant ainsi les personnages et le joueur dans des situations de conflit où il n'y a jamais de bonne solution, que des remords et des regrets. Rien de bien neuf donc, mais cet épisode réussit à instaurer une très forte tension grâce à ses nombreuses péripéties s'enchaînant à un rythme étonnamment élevé pour la série. Malgré une durée de vie à peine plus longue que l'épisode 1 (2 heures), on sort de là éreinté, notamment grâce à quelques rebondissements qui reconnectent à la trame principale des éléments des précédents épisodes, et surtout à une scène finale coup de poing.

Naissance d'une héroïne

Le premier tour de force de cet épisode est d'accélérer le passage à l'âge adulte de Clementine, qui fait presque oublier son jeune âge, tout en rendant ça complètement crédible. Le secret tient à la fois d'une identification profonde au personnage, les choix du joueur étant les siens, et d'une modification de l'apparence de l'adolescente, notamment ses expressions faciales. Traits déterminés, regard perçant et cynique, gestes sûrs : l'enfant sans défense de la saison 1 a bel et bien disparu. Et heureusement, car cet épisode voit apparaître un super-villain aussi burné qu'allumé (et doublé par Michael "Mr. Blonde" Madsen ! ). Si le moteur de la saison 1 était "simplement" la motivation de Lee à retrouver les parents de Clementine, celui de la saison 2 semble de plus en plus être le développement d'un personnage fort, et l'apparition d'un antagoniste à sa hauteur. Il va falloir se battre, se salir les mains, et les première escarmouches sont déjà terribles, dans la lignée des scènes fortes du premier épisode.
 

Fuck le gameplay

Le deuxième point fort du jeu, qui en perturbera plus d'un, c'est que la série s'assume désormais totalement comme une histoire interactive. Là où les phases de point'n click et d'exploration de la saison 1 semblaient poussives mais constituaient une part non négligeable du jeu, ce deuxième épisode les a réduit à la portion congrue. A vue de nez, elles représentent à peine un quart du temps de jeu, le reste étant constitué de longues cinématiques dont le déroulement est orienté par les nombreux dialogues, les situations les plus chaudes se résolvant à coups de QTE. Pourtant, c'est tout sauf une mauvaise idée. A l'usage, on s'aperçoit à quel point les phases de gameplay étaient trop forcées et superficielles pour ne pas desservir la narration. En s'affranchissant de celles-ci et en ne conservant que les éléments qui impliquent directement le joueur (les choix contraints et les QTE), The Walking Dead peut enfin déployer dans toute son ampleur son arme fatale : une narration impeccablement maîtrisée au service d'une histoire captivante.

Retrouvez les autres épisodes : S01E01, S02E02, S02E03, S02E4, S02E5.
Toujours aussi court, de moins en moins de gameplay. Certes, mais une leçon de narration interactive. Vivement la suite.
Rechercher sur Factornews