Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

The Sims : Abracadabra

Kesta par Kesta,  email
Après avoir organisé des raves dans votre loft, fait du camping avec les ours, flirté dans les bars et les cabines d’essayage des magasins, après avoir appris à Gringer, votre tigre domestique, de vous ramener vos pantoufles et vous êtes pris pour Hélène Ségara, voilà que vous allez pouvoir réaliser le rêve de toute une vie : être dans la peau de Sylvain Mirouf ou celle de Gilles Arthur. Harry Potter du dimanche et demi-sœur Halliwell, à vos baguettes…

Ma sorcière bien-aimée


Sixième supplément de la série, Les Sims : Abracadabra va donc permettre aux fans (et Maxis et EA savent qu’ils sont nombreux, très nombreux) de jouer aux apprentis sorciers, médiums, ou seulement charlatans. Pour cela, et à l’instar de ses prédécesseurs, cet add-on rajoute une quantité monumentale de nouveaux gadgets, papiers peints et autres accessoires nécessaires à la pratique des arts occultes. On trouve ainsi un pressoir, un four à pain, un cercueil avec un squelette dedans, un chaudron et bien sûr un livre de magie où sont répertoriés les sorts.



L’autre monde


Comme pour Les Sims : en vacances ou Les Sims : Superstars, une nouvelle carte est disponible : Magicland. Cette zone rassemblent commerces magiques, arènes de duel, lieux de rendez-vous pour magiciens, et aussi habitations si vous avez les moyens de vous payez l’une des maisons disponibles. Seul hic, Magicland n’accepte ni les cartes de crédits, ni les Simoleons (la monnaie des Sims) et ne prend que les piécettes magiques, monnaies que l’on pourra gagner au cours de prestations en public, menus services ou encore duels magiques.



Shazam !


Au niveau du gameplay, le gros changement est bien sûr l’ajout de la magie. Les sorts, une fois étudiés, facilite l’évolution des Sims. On peut rendre amoureuse Sonia la voisine, tout en nettoyant sa maison d’un claquement de doigts. Et si Gérard, son mari se ramène, un tour de baguette et il pourra aller barboter avec ses amis crapauds… Graphiquement, par contre, ça n’a pas changé d’un iota. Dans l’ensemble, ce supplément est bien construit, reste que la magie ne modifie en rien la monotonie et la trop grande répétition du jeu.

Les Sims : Abracadabra est sans doute l’un des meilleurs suppléments de la série : l’idée est plutôt bonne et apporte un semblant de jeunesse aux Sims, mais l’absence d’objectifs (comme pour les versions consoles ou comme Space Colony) ne retiendra que les fans et les joueurs motivés à « débloquer » la vingtaine de sorts. Rien de bien neuf en somme pour une série à bout de souffle.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews