Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

The Exchange Student

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
 
Les programmes d'échanges tels qu'Erasmus ont vraiment la cote ces derniers temps. Après une Auberge Espagnole relatant les aventures de Xavier à Barcelone, voici que The Exchange Student : First day in Sweden vous met dans les chaussons d'Emilio, un bel italien de 22 ans. Pan Metron Ariston, une équipe dirigée par Dimitris Manos (rédacteur en chef de la partie anglaise d'Adventure-Europe) a décidé de rendre hommage aux Grands Jeux d'Aventure des années 90 - une époque où Sierra et LucasArts étaient reconnus pour leurs jeux originaux, pleins d'humour, et avec des énigmes pas piquées des vers.
L'aventure d'Emilio débute à Florence, sur la terrasse d'un café. Revenant à peine d'un Erasmus en Suède, son pote Vincenzo se vante d'avoir conquis le coeur d'une bonne quinzaine de Suédoises, photos à l'appui! Emilio, qui crèche toujours chez ses parents très protecteurs (son père a certainement travaillé pour les Corleone, et sa mère est une véritable mamma italienne), se rend compte que l'Erasmus serait une excellente occasion pour mettre tous ses rêves et fantasmes à exécution! Dès l'introduction, on voit que The Exchange Student se place plutôt dans la lignée des Leisure Suit Larry, avec son anti-héros en manque de sexe et d'amour, que d'un King's Quest ou Monkey Island.

Le fait d'avoir choisi de développer ce jeu en flash permet d'éviter un effet de pixélisation lorsque les personnages se déplacent vers le premier plan de l'écran. Si le character design est plutôt réussi, les décors sont très (trop?) typés, ce qui ne pourra pas plaire à tout le monde. Cette différence entre décors et personnages ou objets animés donne parfois une impression de dessin animé réalisé à la va-vite. Il n'est pas rare de voir les pieds d'Emilio dépasser sur les murs ou étagères, un petit détail qui peut gêner les puristes...

L'interface, quant à elle, est très classique. Pour sélectionner ou examiner un objet, un menu contextuel apparaît, où l'on peut choisir entre trois actions : examiner, utiliser, ou parler. Les objets récupérés iront se loger dans une bandelette en haut de l'écran, qui apparaît et disparaît au gré de son rapprochement vis-à-vis de votre mulot préféré. Cette bandelette permet aussi d'accéder au menu principal du jeu, ainsi qu'à un système d'indices intégré au jeu, qui donne un petit texte d'explication sur les actions à effectuer. L'intégration des indices est certainement une façon de ne pas effrayer les casual gamers, mais, on aurait préféré un système dynamique comme dans Keepsake, où l'on ne reçoit des indices que graduellement (d'abord un indice très vague, puis des instructions plus claires, pour ensuite arriver à une explication détaillée des étapes à suivre).

Comme son nom l'indique, The Exchange Student : First day in Sweden relate les aventures qui se déroulent sur une seule journée : le départ du cocon familial, puis l'arrivée en Suède. Eh oui, un des gros points faibles de ce jeu est que, à moins que vous restiez bloqué longtemps sur l'une ou l'autre énigme, il se termine en moins de deux heures. Deux heures où il ne se passe finalement pas grand-chose... Bien que l'histoire se termine sur un « cliffhanger », certaines des énigmes de la fin donnent l'impression d'avoir été rajoutées pour prolonger le jeu artificiellement, car elles font référence à des actions qui auront lieu dans l'épisode suivant. Cet épisode est donc surtout là pour planter le décor, pour présenter les différents protagonistes, mais ne mettra malheureusement pas vos méninges à trop rude épreuve, ce qui est réellement dommage pour un jeu d'aventures.

Pour ce qui est de l'environnement sonore, l'enregistrement des voix est de bonne facture pour un jeu amateur. Même si certaines ont été réalisées à un volume plus élevé que d'autres, les intonations et les accents sont réussis.
Au final, on se retrouve avec un premier épisode très court, disponible à 10€ sur le site officiel. Bien que le second épisode soit prévu pour le mois d'octobre, le seul conseil que je pourrais donner à Pan Metron Ariston serait éventuellement de le retarder afin d'en prévoir un plus long (le site officiel table sur un jeu d'une durée de 5 à 6h), en étoffant un peu plus les énigmes, et le scénario autour de celles-ci. Gageons que l'équipe puisse profiter des avantages de la distribution par épisodes, et nous livrer une suite digne des Grands Jeux d'Antan... on en espère pas moins de la part de l'initiateur de The Inventory et Adventure Europe !
De l'espoir pour la suite

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews