Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Terminator : Renaissance

Arnaud par Arnaud,  email  @drsynack
 
Tout le monde le sait, tous les jeux basés sur un film sont génériques, voire merdiques. Pas autant que les films basés sur des jeux, cela dit. Sauf que parfois c'est un jeu Terminator, et dieu sait qu'on attend un bon jeu Terminator depuis... depuis... ben 1996 et l'excellent Skynet de Bethesda. Est ce que Terminator Renaissance est ce messie tant attendu ? Bien sûr que non. Ah ah. Les crédules.
En deux mots comme en cent, Terminator Renaissance (TS, ou "Renaissance" en bon Français) part d'une bonne idée. Nous faire jouer un John Connor adulte, chef de la Résistance en devenir, comme dans le film du même nom (étonnant, non ? ), avec un gameplay très proche du Gears of War, avec une composante supplémentaire : il faut régulièrement faire diversion sur certains types d'ennemis et se placer derrière pour tirer sur un point faible exposé. Tout ceci en se déplaçant de planque en planque, sans vraiment être jamais mis en difficulté. Rincez et répétez.

Il y a peu d'ennemis différents, et donc peu de tactiques. Bon point cependant, les T-600 sont vraiment flippant tant ils ne VEULENT PAS CREVER tout en s'avançant lentement, inéluctablement, vers le joueur. Avec la musique dramatique qui va bien. Évidemment une fois que l'on a compris leur point faible, ça se passe mieux et tout l'effet passe à la trappe. Ceci est valable pour tous les ennemis : comprenez leur point faible, et vous traverserez le jeu comme un T-800 dans un commissariat.

C'est d'ailleurs bien dommage car, je le répète, on est rarement mis en difficulté. En mode "normal" j'ai fini le jeu en 4h à peine. Les quelques passages scriptés, genre "combats de la dernière chance" sont sympathiques, mais trop courts. Le pire restant les deux ou trois coéquipiers gérés par l'IA qui se déplacent comme sur des rails - on aurait aimé qu'ils se déplacent un peu plus naturellement, un peu comme dans un Star Wars Republic Commando ; par exemple, se planquer derrière un mur quand ils attendent que le joueur se pointe, au lieu de rester debout comme des crétins.

Ce genre de petit détails font de TS un jeu de seconde zone. D'un point de vue purement technique, le jeu est propre et carré. Malheureusement, le développeur aurait pu faire vraiment mieux. Les dialogues sont mal écrits, mal joués et mal animés. Les graphismes sont acceptables, il y a même quelques éléments du décors destructibles (nous sommes en 2009, je le rappelle), mais on aurait aimé être bluffé par de grandes étendues apocalyptiques en temps réel et pas dans des cinématiques pré calculées. Et, bien sûr, la durée de vie. Trois heures, disons cinq heures grand maximum pour un jeu coutant 50€ sur PC, 60€ sur console, et qui ne propose aucun intérêt en terme de "replayability", ça laisse pantois.


T:S n'est pas un mauvais jeu, mais un jeu générique, quelconque, dont les seules inspirations viennent du film dont il est tiré. Sans compter une espérance de vie similaire à celle un trapéziste sans bras.
A acheter si on aime les divertissements à 20€/heure.
Rechercher sur Factornews