Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Sudden Strike 2

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
De quoi peut bien parler un jeu avec un titre pareil ?... De hockey sur glace et de mort subite ? Non. De bowling et de quilles dégommés ? Non plus ! De base ball et de lancé de balle imparable… Toujours pas ! Il s'agit simplement de la suite du premier jeu du même nom, un RTS qui prenait place en pleine seconde guerre mondiale. Eh bien devinez quoi… le 2 aussi !

Paint it black


La première impression de Sudden Strike 2 est assez négative : après s'être tapé une cinématique de départ assez moyenne et avoir choisi l'un des cinq camps en présence, on se retrouve devant un briefing… spécial. Imaginez un français qui double le briefing des USA avec un accent forcé… mais un accent anglais !. Je passe sur l’hilarant briefing du Japon pour laisser la surprise aux personnes ayant acheté le jeu (prévoyez une boite de kleenex).
Ensuite, on entre sur le champ de bataille proprement dit. Horreur. On se retrouve avec un jeu d’il y a 4-5 ans devant les yeux. Les décors sont certes assez fins dans la résolution maximale (1024 x 768, qui est d’ailleurs la seule résolution réellement jouable), mais une palette mal choisie et des unités peu reconnaissables plombent le jeu. Dommage.



Interdit aux rambos


Fait indéniable, Sudden Strike 2 s’adresse presque exclusivement aux amateurs de stratégie pure. Certes, on commence la partie avec une armée conséquente, mais le jeu sanctionne immédiatement tout rush par un game over moqueur. Ici, aucune possibilité de « construire » de nouveaux soldats ; tout au plus viendront s’ajouter à votre équipe initiale quelques renforts aéroportés en cours de partie. Il faudra donc jouer en finesse, méthodiquement et dans certains cas par jeux d’essais/erreurs pour trouver la meilleure route.



L’enfer du devoir


Reste que les missions proposent un challenge intéressant : toute la batterie d’objectifs primaires ou secondaires est jouissive à réussir, et le fait d’utiliser un nombre fixe de soldats rend la stratégie primordiale. On regrettera une interface lourdingue pratiquement inutilisable sans avoir mémorisé une grande partie des raccourcis clavier.
Au jeu solo vient s’ajouter un mode multijoueur assez sympathique, mais la lenteur intrinsèque du jeu (dûe en particulier au déplacement des troupes) risque de rebuter les joueurs habitués aux parties nerveuses de Warcraft III et autre C&C.

La première chose qui saute aux yeux lorsqu'on lance Sudden Strike 2 sont ses défauts : graphismes d’un autre temps, lenteur intrinsèque et localisation très moyenne. Toutefois, ceux qui persisteront découvriront des missions intéressantes et bien construites ainsi qu'une ambiance redoutable. Le jeu comblera les spécialistes aguerris, mais rebutera les autres.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews