Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Star Wars Jedi Knight II : Jedi Outcast

nitoo par nitoo,  email  @nitwoo  
Jedi Knight premier du nom fut un FPS marquant, et ce pour multiples raisons : sa réalisation et son ambiance sonore au top, une aventure solo bien prenante, des pouvoirs nombreux et les parties multijoueurs endiablées sur les superbes maps que proposait le jeu. Alors vient la question que tout le monde se pose : Jedi Knight 2 saura-t-il faire mieux ?
C'est ce que nous allons voir...

T'as une belle gueule tu sais


Parlons cosméthique pour commencer : le jeu utilise une version survitaminée du désormais très célebre Quake 3 engine. Et ma foi, ce n'est pas pour nous déplaire. On se rend compte tout de suite de l'excellent boulot de design.

Les modèles des persos furent la première chose à me surprendre. On sent le nombre elevé de polygones, ce qui donne un look organique, presque palpable aux modèles. Pour peu que vous possédiez une bête de course, n'hésitez pas à pousser tous les détails à fond et titiller les grosses résolutions... Mon P2 400 a eu un peu de mal à digérer tout cet afflux de détails par moment, mais dans l'ensemble le jeu est resté correct. Un bon point pour les textures, qui sont plutôt bien détaillées.

Enfin, mention spéciale pour les effets de sabrelasers lors des combats; ca bouge vraiment bien, avec des animations sympathiques et des effets lumineux qui décollent la rétine.

Seul bémol, les synchronisations labiales. Sur ma version j'ai laissé les voix en anglais et les textes et sous-titres en francais, et lors des cinématiques ce n'était pas toujours bien synchro.



Il y a bien longtemps dans une galaxie très, très lointaine...


Revenons-en à la scène cinématique du début. Elle met en scène Kyle Katarn, le héros du premier Jedi Knight - autrement dit : vous - en compagnie de sa coéquipière et pilote émérite Jan Ors, vous commencez le jeu avec pour mission de vous poser sur une planète.
Mon mothma vous demande d'enquêter suite à la réception d'un message de detresse. Aussi, sachez que notre héros a un passé assez chargé mais la force est grande en lui. Après avoir pratiquement basculé du côte obscur de la force dans Jedi Knight, il décide de revenir à sa vie "normale" de mercenaire. C'est donc sans sabre laser ni pouvoirs que vous commençez le jeu. Mais vous aurez tout le temps de vous monter un arsenal digne de ce nom au fil des 24 niveaux que comptent le jeu.
Niveaux certes superbement rendus et véritablement grands, mais hélas pas toujours évidents à traverser. En ce qui concerne les premiers par ailleurs, ce n'est généralement qu'une suite d"énigmes du genre "trouver tel interrupteur pour ouvrir telle porte". C'est très ennuyeux mais plus on progresse dans le jeu, et plus cela devient prenant grâce notemment à des évênements scriptés bien fun.



You wanna f*** with me ?!


Il peut faire un tas de choses notre Kyle. En plus d'un arsenal déjà bien connu des habitués de Star Wars
comme le bryar pistol, le E-11 blaster rifle des storm troopers ou les grenades thermiques, vous pourrez acquérir différents pouvoirs de la Force.
Rapidité accrue, supers sauts ou encore décharges électriques pour n'en citer que quelques uns. Tous avec une utilisation bien spécifique, cela va sans dire.
Et pour parsemer le tout, vous aurez droit à différentes manières d'utiliser votre sabre laser. Grâce à celui-ci vous pourrez bloquer les lasers, réaliser des enchaînements et même balancer votre sabre tel un boomerang puis le récuperer.
Y a pas à dire, Kyle connait bien son boulot...



Serez-vous le maillon faible ?


Et croyez moi, vous allez en baver. Même avec tout cet équipement à votre disposition, vous aurez plus d'une occasion pour crouler littéralement sous le nombre parfois impressionnant (voir "abusif") d'ennemis.
Si vous aimez le storm trooper grillé, no problemo, vous allez en manger ! En effet, il n'est pas rare de tomber dans une salle comptant pas moins d'une douzaine d'ennemis simultanément. L'IA est quant à elle correcte mais on a vu mieux, sans parler de cette stupide réticule de visée qui "lock" automatiquement une cible lorsque vous passez près d'elle. Bref, vous comprendrez vite où je veux en venir : ce jeu n'est peut-être pas si facile qu'il n'y paraît.
Jk2 propose tout de même plusieurs modes de difficultés, 4 pour être précis.
Alors choisissez bien le vôtre sous peine de calvicie prématurée...

Pour conclure, je dirais que ce nouvel opus ne brille peut-être pas par son originalité... mais bel et bien par sa réalisation tout à fait soignée. Le gameplay n'est pas en reste non plus; celui-ci propose une expérience intéressante et des évênements scriptés "à la half-life" qu'on ne se lasse pas de revivre.
Ajoutez à cela un mode Multi qui cartonne déjà sur le net avec 15 maps, 28 bots et différents modes de jeu et vous obtenez une valeur sûre de cette année 2002.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews