Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Star Wars : Bounty Hunter

Joule par Joule,  email  @j0ule  
La sortie d’un jeu Star Wars est toujours un petit événement tant la communauté de fans est énorme. De plus, lorsque l’on regarde de plus près les dernières productions GameCube telles que Rogue Leader ou encore Jedi Outcast, on peut s’attendre à du très bon. Ce Bounty Hunter arrivera-t-il à se faire sa place ?

Un petit goût de Paradis



Bounty Hunter propose une aventure plutôt alléchante se déroulant entre les deux premiers épisodes de la saga. On incarne Jango Fett, le célèbre chasseur de prime, qui est enrôlé par le comte Dooku pour éradiquer une sorte de secte. Le jeu est très linéaire pour servir une scénarisation à l’extrême, grâce à de nombreuses cinématiques et cut scenes révélant des détails assez passionnants pour tout fan qui se respecte.



Chasseur de prime



Avec ses 18 niveaux séparés en 6 chapitres, Bounty Hunter a de quoi tenir en haleine. D’autant que ces niveaux sont rejouables afin de découvrir tous les secrets de récupérer plus d’argent pour débloquer moult bonus. La progression se fait non sans mal, les développeurs ayant eu la mauvaise idée de ne mettre aucun radar ni marqueur pour se diriger dans des niveaux souvent très vastes. On se retrouve souvent à errer dans les niveaux pour trouver la suite, ce qui n’est guère passionnant.



En dents de scie



Si la réalisation de ce Bounty Hunter n’est pas digne de celle d’un Georges Lucas, elle est toutefois supérieure à celle de la PS2 Exit les ralentissements et les textures ternes, la jeu est fluide à souhait et agréable à regarder. Quelques bugs graphiques subsistent, mais rien qui ne vienne vraiment entacher le gameplay. Les persos sont bien modélisés, et les niveaux tantôt magnifiques, tantôt moyens. On reste quand même bien en dessous de capacités de la machine. Les scènes cinématiques sont plutôt réussies, renforçant bien l’immersion du joueur.



Django n’est pas à la Fett



Mais le gros défaut de ce Bounty Hunter réside dans sa maniabilité. Si le système de visée automatique est bien foutu, on ne peut pas en dire autant du reste. L’ergonomie pour changer de gadget est horrible, vous rendant vulnérable pendant un moment. L’utilisation du Jetpack est assez ardue lors des combats, particulièrement à cause des angles de caméra bien foireux. Evidemment, on peut régler cette caméra manuellement, mais lorsque l’on est en train de locker, tirer, s’envoler en même temps, ça devient très laborieux, voire impossible. Pour en finir avec cette jouabilité mal pensée, l’utilisation du scanner est une catastrophe : cette appareil sert à localiser les hommes dont la tête est mise à prix. Il faut scanner les alentours, repérer votre cible, la marquer. Pendant tout ce temps, vos ennemis peuvent vous arroser à loisir, puisque vous ne pouvez ni tirer, ni bouger. Du coup, on ne procède jamais ou alors très rarement à ces arrestations. Dommage, car ce système constituait l’identité forte du titre.

Après un passage plutôt moyen sur PS2, Star Wars Bounty Hunter dans sa version GameCube arrive à relever le niveau grâce à une réalisation supérieure. Toutefois, son gameplay assez poussif et très peu intuitif ne le réservera qu’aux fans de Star Wars et aux maniaques du pad.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews