Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Spartan : Total Warrior

Fakir Bleu par Fakir Bleu,  email
Après la série des Total War, le studio de développement The Creative Assembly revient à nouveau avec un jeu de guerre sur fond historique. Toutefois, il s’agit là d’un titre d’action musclé au gameplay immédiat, une orientation sûrement due à l’influence arcade de l’éditeur Sega. Toutefois, ce créneau est aujourd’hui encombré par de nombreux gros titres comme God of war ou Dynasty warriors. Voyons comment ce Spartan : Total Warrior se positionne.

Sparte accuse


Par le biais de vos combats, il va falloir vous bâtir une légende. Débutant comme simple troufion, votre réputation va s’accroître par le biais de vos faits d’arme. A l’instar de Dynasty Warriors, il s’agit ici d’affrontements massifs au cours desquels vous allez empaler, trancher et éviscérer des milliers de soldats. Toutefois, contrairement au jeu de Koei, un scénario plus dirigiste se met rapidement en place, et c’est plus l’avancée de la trame scénaristique qui va tenir le joueur en haleine que la gestion des batailles. Basé sur l’affrontement de Sparte et de Rome, le scénario prend quelques libertés fantastiques afin de pimenter votre aventure avec l’arrivée de légions de morts vivants et d’armements assez anachroniques. Les objectifs sont variés et les rebondissements assez fréquents pour tenir le joueur en haleine. Vous traverserez ainsi une douzaine de chapitres et la durée de vie sera à l’avenant avec une durée horaire équivalente. Pour occire l’ennemi, vous disposez de capacités extraordinaires comme le jet de dizaines de flèches d’un seul décochage d’arc ou autres attaques qui permettent de toucher de multiples opposants. Vous pourrez également customiser vos caractéristiques avec l’expérience acquise lors des différents niveaux. Le reste de l’armée qui vous accompagne fait elle bien le travail, l’IA est plutôt bonne et les combats annexes sont toujours vivants et engagés. Les ennemis sont quand à eux assez agressifs et il faut prendre garde si l’on ne veut pas être rapidement envoyé ad patres.

Sega, c’est plus fort que toi


Ce qui constitue le point fort de ce jeu est assurément le gameplay à la prise en main immédiate et résolument axé arcade, évoquant sans mal des titres de salles de jeu de la décennie précédente. Pour mener à bien votre petite entreprise de boucherie familiale, de nombreux coups sont à votre disposition afin d’en profiter au mieux. Ainsi en plus de taillader de différente manière, on peu se protéger avec son bouclier. Ce dernier est vital car seule une bonne alternance de protection et d’attaque va vous permettre de bien progresser dans le jeu. Ensuite vous pourrez également vous servir de lui afin de mettre les ennemis à terre d’un coup bien appuyé pour ensuite aller les achever au sol. De plus, l’arc et diverses furies vous permettront de déblayer un peu plus le chemin. Plus loin dans le jeu, vous récupérez également de nouvelles armes encore plus destructrices qui balaient littéralement des dizaines d’opposants d’un seul coup.

Enfin pas tout le temps…


Quelques défauts malgré tout. Tout d’abord, le design des héros n’est pas très charismatique. On est loin de l’appeal d’un Dante ou par exemple des protagonistes de Shadow of Rome. De plus quelques points frustrants viennent s’ajouter lors de la visée à l’arc ou bien dans certains combats de boss assez costauds. Lors de ces affrontements, vos coéquipiers ne se soucient pas de lui et vous laissent seul l’affronter avec une centaine de soldats aux basques. Toutefois, le jeu reste malgré tout très attractif, car parfaitement servi par un moteur de jeu qui accepte les centaines de soldats sans brocher tout en maintenant un niveau de détail des soldats comme des décors relativement correct.

Sega est souvent synonyme de bons jeux typés arcade et justifie ici pleinement sa réputation avec ce Spartan : Total Warrior. Plus pêchu qu’un Dynasty Warriors et proposant des affrontements plus massifs que God of War, Spartan : Total Warrior constitue une bonne alternative pour les joueurs recherchant un gameplay nerveux et sans prise de tête.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews