Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Sam & Max 101 - Culture Shock

Netsabes par Netsabes,  email  @netsabes
Des années après leur premier jeu vidéo (et alors qu'il y a eu deux et demi tentatives de développer une suite entre-temps), Sam & Max reviennent enfin sur PC. Développé par Telltale Games (les très bons Bone: Out from Boneville et Bone: The Great Cow Race), Sam & Max est en fait un jeu découpé en six épisodes, et celui qui vient de sortir (Culture Shock) n'en est qu'une grosse introduction.
Hélas, ce Sam & Max : Culture Shock frôle le niveau zéro du jeu vidéo : sur les quatre-cinq heures que dure l'épisode, on croise à peine une petite poignée énigmes. Et encore, quand je dis "énigmes", c'est au sens large. Ca, ça pue pas mal. En revanche, la vraie bonne nouvelle, c'est que Sam & Max est un jeu super drôle.

Je ne tenterai pas ici de retranscrire les blagues du jeu, d'une part parce que la transposition en français ne serait pas forcément à leur avantage et surtout pour vous en laisser la surprise. Mais sachez-le, c'est plus important que la situation au Proche-Orient, plus vital que la déclaration des impôts qui approche : pour peu que vous ayez des rudiments d'anglais et le cerveau un minimum vivace, Sam & Max vous feront rire. Beaucoup. En fait, entre Sam le placide cynique et Max le lapin crétin psychopathe, c'est parfois (souvent) un festival de répliques. D'ailleurs, tout le jeu tourne autour de ça et les interactions sont limitées au minimum. Au final, on se contente de cliquer sur les objets (Sam & max commentent) et sur les persos (hop, dialogue hilarant). Et les énigmes qui normalement font la joie des amateurs de jeux d'aventure ? Elles sont pratiquement absentes. Il y en bien quatre ou cinq, mais tellement simples que bon...

Le plus dommage, c'est que Telltale avait réussi avec Bone: The Great Cow Race à créer un jeu d'aventure non-linéaire, avec plusieurs personnages et la possibilité de passer de l'un à l'autre à tout moment. Et il y avait de vraies énigmes. Pas très difficiles, non, mais il fallait parfois réfléchir un peu. Pas dans Sam & Max, où la solution est toujours évidente. De toute façon, l'histoire est linéaire et vous n'avez généralement guère plus d'une seule action possible. Evidemment, on peut toujours se dire que c'est pour l'introduction du jeu, histoire de présenter les personnages et l'histoire sans rebuter le joueur, ou je ne sais trop quoi. D'autant que Telltale veut attirer un large public avec Sam & Max. Mais c'est tout de même un peu frustrant. Egalement frustrante est la possibilité d'utiliser la patrouilleuse de Sam & Max : ça se dirige à la souris (attention, c'est concept) et c'est tout sauf rigolo. Il y a deux séquences obligées de conduite, et heureusement que c'est bref. Ah oui, un petit mot sur l'histoire : Sam & Max sont embauchés pour libérer le voisinage de dangereux terroristes distribuant gratuitement des VHS promotionnelles pour un produit douteux. Et les terroristes sont des anciens enfants stars, quoiqu'on n'y retrouve ni Britney, ni Jordy.

Dilemme : Sam & Max : Culture Shock est un véritable néant vidéoludique, mais c'est aussi le jeu le plus marrant de l'année. Ou alors le film vaguement interactif le plus marrant de l'année. Ou les deux. En tout cas, pour moins de dix euros, ça vaut carrément l'achat. Même si pour le coup, vous aurez plus l'impression de vous payer un DVD qu'un jeu vidéo.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews