Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Rhythm Paradise

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
On ne va pas le nier, les jeux musicaux ont le vent en poupe. Entre les simulateurs de groupe de rock et les karaoke sur console de salon, on a aussi droit à quelques perles du genre tels que Ouendan/Elite Beat Agents sur DS ou encore Patapon sur PSP. Comme la plupart de ces titres originaux, Rhythm Paradise nous vient tout droit du pays du soleil levant, par les concepteurs de Wario Ware.

Pensant qu'une version européenne ne verrait jamais le jour, le test ci-dessous a été réalisé à partir de la version japonaise du jeu (ce qui n'était pas toujours évident pour comprendre les mini-jeux).

Tapoter pour régner


Rhythm Paradise se joue uniquement au stylet. D’ailleurs, il ne nécessite que la connaissance de trois mouvements de base : la pose du stylet sur l’écran tactile, le soulèvement du stylet, et la pichenette, obtenue en postant le stylet sur l’écran puis en l’envoyant d’un coup sec vers le haut. Vous n’avez jamais pu terminer Ouendan/EBA car il nécessitait de la précision ? Rhythm Paradise est fait pour vous : vous pouvez utiliser l’écran tactile comme bon vous semble. Pas besoin de dessiner des figures compliquées ou de viser certains endroits spécifiques, vous pourrez même y jouer les yeux fermés ! La DS est tenue comme un bouquin, en mode gaucher ou droitier selon vos préférences.

Bon, je ne suis pas venu vous décrire le manuel de Rhythm Paradise, venons-en plutôt aux faits : avec ses contrôles ultra-simplifiés, Rhythm Paradise serait-il un jeu (allons-y tous en choeur : ) casual ? Pas d’inquiétude de ce côté-là, ce serait mal connaître les développeurs de Wario Ware. En fait, dans le paragraphe ci-dessus, j’ai oublié de vous parler d’un élément absolument indispensable pour jouer à Rhythm Paradise : vos oreilles. En effet, celles-ci et votre sens du rythme seront mis à contribution dans les 50 niveaux et quelques mini-jeux que comporte la cartouche, beaucoup plus souvent que vos yeux.

Les niveaux de Rhythm Paradise sont des morceaux de musique durant entre 30 secondes et quelques minutes, pendant lesquelles il faudra réaliser les mouvements de base expliqués ci-dessus en phase avec la musique. Au début de chaque nouveau niveau un micro-tutoriel optionnel passe en revue les mouvements à effectuer selon les situations. Ces situations sont non seulement annoncées par des indices visuels sur l’écran supérieur de la DS, mais aussi par des indices auditifs (contrairement à son ancêtre Rhythm Tengoku sorti uniquement au Japon sur GBA, qui ne fournissait parfois que des indices visuels). Par exemple, un niveau nous montre un jardinier en train de récolter les betteraves de son jardin. Chaque fois que son pied s’abat sur le sol, il faut l’accompagner en posant le stylet sur l’écran tactile. Si c’est réussi, son coup de pied fait sortir la betterave du sol et à ce moment-là, une pichenette l’enverra dans le panier qu’il porte dans son dos. Un mauvais timing et soit la betterave restera plantée, soit elle retombera au sol. Seulement, à certains endroits vous aurez des taupes plutôt que des betteraves, et il faudra envoyer ces bêbêtes au loin avec une pichenette rapide, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.



Rhythm is a player


Il y a trois façons de terminer un niveau. Soit vous le ratez complètement et persévérez pour obtenir un meilleur score, soit vous obtenez un résultat moyen ou bon, et le niveau suivant s’ouvre à vous. Après quatre niveaux, un niveau remix s’ouvre à vous, avec un condensé des niveaux précédents. Dans ceux-là, il faudra être d’autant plus attentif que le contexte peut changer d’un beat à l’autre. Au fur et à mesure de votre progression, vous pourrez ainsi débloquer de nouveaux mini-jeux ou autres bonus disponibles dans des menus séparés.

En tout cas, force est de constater que les niveaux sont un régal pour les oreilles et le stylet. Entre les petits chanteurs a capella (dont on cloue le bec en gardant le stylet sur l’écran tactile et qui ne l’ouvriront que si on relâche la pression), les Moai chantants, les grenouilles danseuses ou encore le ninja découpant une foultitude d’objets au katana, tous seront l’occasion pour vous de sourire bêtement et d’accompagner la mélodie en tapant du pied (pour s’assurer de rester dans le rythme), ce qui vous vaudra parfois des regards bizarres de la part des gens qui partagent le train ou le métro avec vous. Et si en plus, vous jouez les yeux fermés pour ne pas être déconcentré par ce qui se passe à l’écran, c’est encore pire. Mais qu’importe, ce jeu est un tel concentré de fun qu’ils ne savent pas ce qu’ils ratent. Merci à JeuxVideo.com pour les images.
Entrez dans la danse *Tap-Tap* les soucis n'ont pas de chance. La musique commence *Tap-Tap* ça c'est Rhythm Paradise.
Rechercher sur Factornews