Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

R-Type Final

Fakir Bleu par Fakir Bleu,  email
Oyez oyez, amis shoot’em uppers, la légende R-Type est de retour pour un combat final. Faites place pour le retour du Roi et accueillez sa venue avec déférence. Après de nombreuses années d’absence de nos écrans, la série phare d’Irem revient pour son baroud d’honneur. Ce monument du jeu vidéo s’est-il parée des bijoux de la couronne pour son dernier tour de piste ?

Un CV bien rempli


Un bref historique pour rappeler la tranche de vie vidéo-ludique que représente à lui seul ce titre. R-Type est apparu tout d’abord en arcade, puis rapidement après sur la Nec PC-Engine, qui lui fera acquérir toutes ses lettres de noblesse par une adaptation tout à fait hallucinante pour l’époque. Suivrons ensuite de multiples adaptations principalement sur consoles Nintendo. S’en suivra une petite traversée du désert pour un retour fracassant sur la PS1 sous le nom de R-Type Delta. Référence pour certain, ce jeu a marqué à l’instar de ses prédécesseurs le genre assez exclusif qu’est le shoot’em up.

Mais recentrons-nous sur le sujet, à savoir ce R-Type Final. A la suite d’un intro qui présente une myriade de vaisseaux différents, on se rend rapidement compte qu’ils vont tous pouvoir être débloqués. Oui ma bonne dame, pas 1, pas 2, mais juste 109 vaisseaux. Pour ceux qui ne connaissent pas la série, elle se distingue par une option en cours de jeu appelée Force qui est en fait une sorte de boule d’énergie qui peut soit se placer à l’avant ou à l’arrière afin de vous protéger, soit être mobile pour aller au devant de vos ennemis. Contrairement à la mode actuelle des maniac-shooters (Dodonpachi, Shikigami No Shiro), le nombre de projectiles à l’écran n’est pas colossal mais la promiscuité des décors et des vagues d’ennemis bien placés rendent le jeu savoureux.



Un jeu pas comme les autres


Certes, quelques uns râleront à la vue du nombre assez peu élevé de niveau. Cependant, cinq variantes météorologiques (jungle, désertique, inondé…) pour le stage 2, trois différentes pour le 6 qui mènent à trois différentes pour le Final, ce n’est pas n’importe quel jeu qui le propose. Il faudra comprendre les mécanismes pour déclencher ces modifications et découvrir le moyen de voir l’intégralité du jeu. On ne dévoile bien évidemment pas tous les secrets mais ils sont encore nombreux (on parle d’un stage 3.5 accessible avec un seul vaisseau à caractère coquin, comprenne qui pourra…).



Une réalisation juste princière


On ne reviendra pas sur l’intérêt conséquent pour tout fan du genre, cependant la réalisation n’est parfois pas au sommet que veut atteindre ce titre. On pense notamment à quelques ralentissements conséquents alors que l’écran n’est pas surchargé. Le style assez épuré n’est pas pour déplaire et les boss sont pour la plupart magnifiques. La durée de vie est assez courte pour le joueur qui voudra juste finir le jeu (des crédits se rajoutent au fur et à mesure de votre temps de jeu). Toutefois, celui qui voudra l’explorer de fond en comble en a pour des décades de jeu.

Pour sa tournée d’adieu, la légende ne faillit pas, R-Type Final fait honneur à la série malgré une concurrence féroce sur PS2 et malgré quelques défauts mineurs. Espérons que comme pour les Rolling Stones la dernière sortie ne soit jamais réellement la dernière. Ce n’est qu’un au revoir…

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews