Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Phantasy Star Online 1&2

Joule par Joule,  email  @j0ule  
En devenant le premier vrai jeu en ligne sur Dreamcast à l’époque, Phantasy Star Online avait fait coulé pas mal d’encre sur son gameplay, et plus généralement sur l’avenir du jeu en ligne sur consoles. Depuis, pas mal d’eau a coulé sous le ponts et PSO 1&2 arrive avec ses certitudes et ses nouveautés sur le Xbox Live.

Quelques chiffres


Mettons tout de suite les choses au clair, Phantasy Star Online 1&2 ne s’adresse qu’aux joueurs munis du Xbox Live (60€). En effet, l’abonnement au service en ligne de Microsoft est obligatoire pour pouvoir jouer, même pour disputer des parties offline. L’achat du jeu (70€) comprend une Hunter’s License qui équivaut à deux mois d’abonnement gratuits. De quoi largement se faire la main et évaluer le potentiel du jeu avant de franchir le pas et d’investir les 8,95 € mensuels nécessaires pour pouvoir continuer à jouer en ligne. Un coup total imposant qui rebutera certainement une majorité de joueurs, d’autant que l’intérêt se situe vraiment dans le jeu en ligne.



Phantasy Star Offline


Car qui ne joue pas en ligne ne verra ici qu’un vulgaire hack’n slach, certes bien réalisé, mais au scénario pauvre et à la répétitivité extrême. Si les niveaux sont variés avec la présence des deux épisodes du jeu (à l’instar de la version GameCube), la jouabilité lassera assez vite en solo. Pas question de trop réfléchir, on est là pour buter du monstre, glaner des points d’expérience et partir à la chasse à l’objet rarissime. On court de salle en salle (ou d’extérieur en extérieur) jusqu’à l’arrivée à l’habituel boss de fin de niveau. Pour ce faire, l’interface est rudement bien pensée, avec les boutons de la manette totalement customisables pour faciliter l’utilisation de sort et la sortie de combos dévastateurs.



Une beauté intérieure


La réalisation n’est pas ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle, mais le tout garde un cohérence implacable, une patte graphique en quelque sorte. Les nombreux environnements sont variés et colorés, le bestiaire est conséquent, et la modélisation des personnages, bien qu’un peu cubique, est plutôt réussie. D’ailleurs, les possibilités de création sont énormes, et l’on ne croisera jamais le même personnage lorsque l’on joue en ligne. Les musiques planantes collent parfaitement à l’ambiance futuriste du titre.



Phantasy Star Academy


Le grand intérêt de PSO 1&2, c’est évidemment que tout ce qui est décrit au paragraphe précédent peut être réalisé par groupes de quatre joueurs, que ce soit en ligne ou en écran splitté. Saluons d’ailleurs cette belle initiative qui a le mérite de relancer l’intérêt offline malgré les problèmes inhérents à l’écran splitté. Le cœur de Phantasy Star Online 1&2, c’est bien évidemment son aspect communautaire, renforcé ici par la compatibilité avec le micro casque fourni avec le . Et même si les langues étrangères posent un problème, les développeurs ont intégrés un système de communication par icônes et raccourcis rudement bien foutu. Les joueurs débutants ne pourront pas accéder aux parties créées de niveau supérieur (4 niveaux : Normal, Hard, Very Hard et Ultimate). Par contre, un joueur de niveau Ultimate pourra aller dans n’importe quelle partie créée.



Plus de vie sociale


On prend donc énormément de plaisir en ligne, à unir ses forces avec d’autres joueurs pour éradiquer d’énormes boss et faire le vide des innombrables environnements. L’ambiance est la plupart du temps vraiment sympathique, et la courtoisie est souvent de mise, le seul bémol étant une animosité étrange entre anglais et français qui n’existait pas à l’époque de la Dreamcast. Un dernier avertissement pour conclure, se lancer dans Phantasy Star Online 1&2 rend vraiment accroc à l’instar d’un MMORPG, il faut donc bien calculer son coup à l’avance pour éviter tout conflit dans la vraie vie.

S’il demande un énorme investissement tant au niveau financier que du temps, Phantasy Star Online 1&2 procurera une expérience inoubliable à ceux pris dans ses filets grâce à un intérêt constamment relancé et à un système communautaire extraordinaire. Par contre, il faudra oublier toute relation sociale pendant un petit bout de temps. Une vraie drogue, ce jeu.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews