Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

P.N.03

toof par toof,  email
Combo, style, classe, enchaînement, high-score, ces mots ne servaient jusqu'à maintenant qu'a décrire des titres comme Ikaruga ou Contra. La parenté des concepteurs de Product Number 03 (P.N.03) poussait à le comparer à Devil May Cry. Mais est-il le soft que tout le monde pensait trouver ? Probablement pas.

T'es mal coiffée



Vanessa Z. Schneider, le somptueux personnage que l'on est amené à contrôler, se voit larguée sur une planète pour le moins étrange dirigée par l'ARMS, un gros tas de robots tous vilains. On se retrouve soit en extérieur dans des décors aux tons ocres, balayés par des tempêtes de sable, soit dans des bâtiments aux structures très complexes, allant du blanc chirurgical au gris/noir. Point de couleurs, pas de bump-mapping non plus, ici chaque rainure dans le sol est composée de polygones ce qui donne un style très particulier et très détaillé à l'ensemble. Toute l'architecture rend bien le côté "froideur robotique" du monde dans lequel on évolue. La réalisation globale est nettement en retrait de ce que peut nous offrir le GameCube. La résolution est assez faible, l'ensemble pixelise pas mal et certains détails comme l'ombre du personnage se limitent au strict minimum. Mais le peu qui nous est donné est extrêmement soigné et force est de constater que Capcom nous offre un design original de qualité.



La fièvre du samedi soir


La base des mouvements de P.N.03 est la danse. On voit en permanence Vanessa osciller la tête et taper du pied au rythme de la musique. Les musiques, parlons-en, sont dans un style techno/house avec quelques sonorités agressives qui donnent de la pêche et du relief à l'ensemble. Pour parfaire le tableau, le costume très seyant du personnage se voit décliné dans plusieurs variantes dont le design ne change qu'au niveau de la skin. Les tenues n'apportent pas de différences flagrantes et fondamentales au gameplay, elles proposent simplement diverses caractéristiques (bouclier, énergie, vitesse de tir; le tout upgradable). Le changement principal se situe au niveau des attaques, soit plutot offensive à courte portée, sous forme de projectile ou simplement des invincibilités temporaires. Il faudra donc bien choisir sa combinaison en début de niveau et jouer en fonction, ou plutôt la choisir selon la manière dont on souhaite dérouiller du robot. La différence peut sembler faible mais se ressent nettement dans le gameplay.
Autre point fort du jeu, le design et les animations des personnages sont excellents, bien que la maniabilité soit un peu raide au premier abord. Mais voir Vanessa onduler des hanches et du bassin la premiere fois est un plaisir rare et divin.



Versus, Scorus


Il est très difficile de trouver dans P.N.03 les éléments qui composent un jeu vidéo "classique". Pas d'histoire ou d'aventure à découvrir, pas de monde à explorer, aucun passage secret ou rebondissement de scénario. P.N.03 se contente de nous proposer 11 missions qui se composent de salles. Chaque salle a un lot d'ennemis à éliminer, on sort de la salle, écran de stats, scores, salle suivante. Entre ces missions, il est possible de s'adonner aux "Trial Missions" qui sont en fait une compilation aléatoire des salles précédemment visitées. Cette partie qui sent bon le foutage de gueule cache en fait un excellent moyen de gagner des points pour upgrader ou acheter de nouveaux items, mais aussi un excellent moyen de s'entraîner, de maîtriser chaque salle, chaque attaque et chaque tenue. Une très bonne idée qui donnefinalement une bonne rejouabilité au soft.


Derrière P.N.03 se cache donc un soft assez ardu. Les tenues bonus disponibles proposent d'excellents challenges et maitriser les attaques de chaque ennemis tout en enchainant proprement les combos s'avère nettement moins facile qu'il n'y parait, bien qu'on puisse regretter que les boss s'éliminent en une voire deux attaques bien placées. On esquive, on tire, on saute et la panoplie de mouvements proposée, quoiqu'assez limitée, est très efficace pour bourriner avec style et sans retenue. Bien qu'au final très répétitif, on prend goût à essayer de se refaire un niveau entier en faisant les plus gros combos possible sans perdre un point de vie. Bref, P.N.03 a des cotés qui sentent bon le old-school.

Note : testé sur un import japonais, P.N.03 semble être doté de bribes de scénario, des dialogues ont lieu entre Vanessa Z. Schneider et un mystérieux "Client". Ne lisant pas le japonais, je ne suis pas en mesure d'en dire plus.

Même si l'on était en droit d'attendre une meilleure exploitation de l'idée de la danse et une meilleure utilisation du design de feu du soft, force est de constater que Capcom signe avec P.N.03 un shoot'em up d'un nouveau genre. La répétitivité de l'ensemble ennuira peut être une majorité de joueurs, mais ceux qui trouveront leur compte dans P.N.03 seront aux anges, grâce à un gameplay complexe à maitriser et efficace.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews