Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Out There Chronicles : le space apéro

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Développeur / Editeur : Mi-Clos Studio FibreTigre
Pour le premier jeu issu de leur collaboration, Mi-Clos Studio et FibreTigre avaient frappé fort avec Out There, un jeu de survie sur mobiles (puis sur PC avec la version Omega) qui sentait bon le livre dont vous êtes le héros. Fort de cet univers préétabli, les compères sont allés encore plus loin dans la narration puisqu'ils nous proposent une véritable bande dessinée interactive avec Out There Chronicles dispo depuis peu sur iOS et Android.
Evidemment, nous n'allons rien gâcher en dévoilant le pilier principale d'Out There Chronicles, à savoir son scénario. Sachez juste que les évènements se déroulent bien avant Out There, que l'on y incarne un terrien sortant de cryogénisation après un voyage de plusieurs millions d'années et que l'aventure est palpitante. L'univers est fouillé, les révélations sur quelques mystères d'Out There sont les bienvenues et les personnages, malgré quelques clichés, ont un background bien travaillé. Le tout est extrêmement bien écrit, si on met de côté quelques rares petites fautes et erreurs, que ce soit en français ou en anglais, les deux langues étant disponibles.

L'univers est vaste, cohérent et le soin apporté aux détails permet une immersion totale. Le tout est illustré par de magnifiques visuels signés Benjamin Carré, la référence française en matière de SF. Un peu moins mise en avant, la bande son reprend des thèmes du premier opus et propose également quelques passages vraiment réussis.



A la manière d'un véritable livre dont vous êtes le héros, et semblant tout droit sortir d'un rêve érotique de David Cage, le gameplay est entièrement articulé autour de questions à choix multiples. Dialogues, combats, exploration, décisions, tout se fait en cliquant sur le texte décrivant l'action que vous souhaitez effectuer. Mais les développeurs ont eu l'idée d'ajouter quelques subtilités pour casser la monotonie. Tout d'abord, certaines séquences sont en "réponses limitées", puisqu'à chacun de vos choix le temps s'écoule. Ca parait tout bête, mais je me suis surpris à être véritablement en apnée pendant l'une de ces séquences tendues.

Il y a aussi l'apprentissage du langage commun intergalactique, utilisé par la plupart des aliens que l'on rencontre. Chaque fois que l'on entend un mot de ce langage dans un dialogue, il est affiché en rose. On peut demander à son interlocuteur ce qu'il signifie, ce qui aura pour effet un mime du personnage. A nous de deviner ce qu'il tente de nous dire encore une fois avec un choix multiple sur lequel on ne pourra pas revenir. Les réponses étant suffisamment floues, à double sens ou sujettes à interprétation, il faudra bien se rappeler de ses choix lorsque le même mot reviendra dans une conversation ultérieure, souvent plus tendue. Là, le moindre quiproquo pourrait être fatal.

D'ailleurs, il arrive que le côté die'n'retry soit un peu frustrant, à cause de checkpoints pas toujours bien positionnés. Parfois trop proches, ce qui fait que ce n'est pas assez pénalisant, ou parfois trop éloignés, ce qui fait que l'on se frappe encore et encore les mêmes dialogues avec les mêmes actions à réaliser. Pas de quoi gâcher les quatre petites heures que l'on passera dans cette aventure. Ca parait court, mais il s'agit ici d'un premier chapitre d'une saga qui est prête, dont la bible d'univers est écrite, mais dont le futur dépendra du succès de ce volet.


 
Pour la modique somme de 3 euros, Out There Chronicles sera l'accessoire parfait pour accompagner pendant les vacances la collection gamer été 2016 comprenant la crème solaire indice 50 pour garder votre beau teint blanchâtre et votre serviette de plage Star Wars. Idéal en sirotant votre mojito sur un hamac.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews