Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

On se rapproche de Noël, c'est l'Haven

Fougère par Fougère,  email  @JeSuisUneFouger
Développeur / Editeur : The Game Bakers
Supports : PC / Xbox One / PS4
Quatre ans sont passés depuis la sortie de Furi, le dernier jeu de The Game Bakers. On avait été conquis par ce boss-rush dopé aux amphèts et on attendait donc avec impatience de voir ce qui allait de nouveau sortir des fourneaux (vous l’avez ?) du studio montpelliérain. Et c’est avec Haven, un jeu presque à l’opposé de Furi sur tous les points, qu’ils sont revenus pour conquérir nos petits cœurs tout mous au lieu de nos pouces tout raides.
Haven, c’est l’histoire de Yu et Kay, un jeune homme et une jeune femme échoués sur un monde baptisé Source, qui tentent de survivre dans un environnement post-apocalyptique. Vous allez devoir explorer des îlots à la recherche de ressources pour préparer à manger, de quoi vous soigner et de quoi réparer votre vaisseau. Au passage, vous en apprendrez un peu plus sur cette planète mystérieuse et sur le passé du tandem que vous dirigez, tout en étant spectateur de leur vie de couple mignon qui fait des trucs mignons. Le tout est accompagné par des graphismes plutôt sympas, mais surtout, une BO signée Danger qui est très très agréable pour les esgourdes.


Le jeu commence par un accident, où le vaisseau que Yu et Kay utilisent comme abri est détruit par un tremblement de terre, poussant les deux personnages à explorer leur environnement afin de trouver de quoi le réparer. Les phases d’exploration se font dans des environnements en 3D que vous allez parcourir en flottant à quelques centimètres du sol, grâce à des filaments d'énergie répartis un peu partout autour de vous. Vous allez pouvoir ramasser des ingrédients qui vous serviront à faire à manger ou des médicaments, et également de la “Rouille”. Cette matière étrange peut contaminer la faune locale, la transformant en ennemis qui vont vous pourchasser et déclencher un combat s'ils parviennent à vous atteindre. Vos points de vie ne se régénérant pas, il faudra trouver un coin de camping ou retourner à votre vaisseau pour vous soigner en mangeant et en dormant. Chaque activité (explorer un îlot, faire à manger, cultiver votre potager, etc) fait progresser votre journée de jeu, vous obligeant à faire régulièrement des pauses dans vos activités. C’est pendant ces pauses que Yu & Kay vont discuter, dévoilant au joueur des bribes de scénarios et de lore à travers leurs échanges.


Moulin haven


Soyons honnête, Haven aurait pratiquement pu être un light novel. L'aspect purement “jeu” du titre, qui consiste à explorer des zones séparées par des temps de chargement et à les nettoyer / récolter les ressources disponibles, n’est présent que pour mettre en scène le couple formé par Yu & Kay. Pendant la première moitié de la dizaine d’heure que dure cette aventure, vous allez passer pas mal de temps à les observer discuter entre eux, et à choisir les réponses de l’un et l’autre quand le jeu le propose. Intégralement doublé, et accompagné par des personnages en 2D qui ad-lib la conversation, ces dialogues et la relation qu’ils dévoilent sont la plus grande réussite du titre. Le couple qu’ils forment, la vie qu’ils mènent et les décisions qu’ils prennent sont réalistes, pas trop romancées, et sonnent très juste. Vous aurez l’occasion de les voir discuter pendant qu’ils font le ménage, mangent, se reposent, travaillent, bref, n’importe quel petit événement est un prétexte pour les faire interagir. Au début, les échanges serviront avant tout à intéresser le joueur, en dévoilant des bribes d’informations à propos du régime totalitaire interplanétaire dont ils viennent, ou bien en identifiant un objectif permettant de faire progresser le scénario. 

Les Gamelles de Pont Haven


Une fois arrivé dans la seconde partie du jeu, ces interactions serviront surtout à approfondir le lien entre Yu et Kay. Entre les informations suite à la progression de l’arc narratif principal et d'autres événements secondaires, leur relation continue de mûrir et d’évoluer. Et comme c’est plutôt bien écrit, et généralement plutôt drôle, ça fonctionne et donne envie de continuer pour assister à la suite. Malheureusement, c’est aussi à ce moment-là que le reste du jeu commence à devenir un poil répétitif. Le côté exploration perd de son charme après quelques heures, la faute à des ressources à récolter manquant de variété et un système de déplacement qui n’évolue pas vraiment entre le début et la fin du jeu, et qui est parfois frustrant dans son utilisation. Le seul aspect du jeu qui arrive à se maintenir sans trop se répéter tout au long de l’aventure, c’est son système de combat. Assez original, il reprend certains codes du JRPG : les ennemis et les joueurs jouent chacun leur tour, en chargeant une action. Vous avez deux types d’attaques, un bouclier pour vous défendre et un coup qui purifie les ennemis. Chaque ennemi à ses faiblesses, soit à un type d’attaque, soit en le frappant à un moment précis de son animation. En enchaînant correctement vos tours, vous assommez vos ennemis et les purifiez, en les rendant pacifiques du même coup. Un peu difficile à prendre en main au début, ce système de combat est resté un des aspects les plus satisfaisant du titre sur la longueur. Les quelques “boss” ou ennemis uniques du jeu proposent des challenges intéressants, sans pour autant être trop difficiles.

Et de manière générale, Haven n’est pas un titre qui veut faire dans la difficulté. Le jeu propose d’ailleurs des moyens de “zapper” les combats, et peut probablement se terminer en une poignée d’heures sans trop d'efforts. Mais contrairement à Furi, qui proposait une expérience ultra difficile et maîtrisée sur le bout des ongles sans véritable scénario, Haven veut avant tout raconter une histoire. L’histoire de Yu et Kay, un couple échoué sur un monde brisé après avoir fui une société oppressive et balancé leurs vies respectives aux orties au passage. Et cette histoire, même si elle est parfois entravée par un gameplay un peu lourd, est mise en scène avec une justesse qui est touchante. Loin d’être idéalisée, la relation entre Yu et Kay sonne vraie, et c’est quelque chose d’assez peu fréquent pour mériter votre temps et votre attention.

PS : Un mot rapide pour dire que la fin du jeu est satisfaisante, et c’est quelque chose d’assez rare pour être noté.

PS 2 : Aussi, tout le jeu est fait pour être joué en co-op de A à Z. Si vous avez une moitié qui vous sert de public pendant vos sessions de jeu, c’est surement un très bon premier titre à essayer à 2. Presque comme si il avait été fait pour.

PS 3 : C’est bon, j’ai terminé.
Donc, Haven, c’est bien si vous aimez les jolies histoires. Dites vous que si vous aimez Pyre ou Undertale, ça sera très probablement votre came. Si non, vous aurez juste à écouter vos amis qui y ont joué vous en parler.
Rechercher sur Factornews