Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Multiwinia

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
Cela fait mainteanant quelques années que je n'ai plus mis les pieds dans Darwinia. Depuis le décès du docteur Sepulveda, son parc virtuel de Darwiniens est resté à l'abandon. De toutes façons, le virus qui terrorisait ce parc lors de ma première visite a été éradiqué, je n'avais donc plus trop de soucis à me faire pour mes petits protégés. Enfin, c'est ce que je pensais jusqu'il y a quelques jours...

In Multiwinia Veritas



En effet, un e-mail bizarre provenant du défunt professeur m'a mis la puce à l'oreille : il se trame quelque chose à Darwinia. Récupérant mon code d'accès, je me logge sur le serveur, rassuré de voir que je suis toujours autorisé à le visiter. Seulement, je ne reconnais plus rien : les darwiniens, d'habitude si pacifiques et prêts à tout pour rendre service, sont en train de s'entre-tuer. Des hordes de Darwiniens sortent des "spawn points", une odeur de mort présente dans leur petite forme pixelisée.

Au cours des années pendant lesquelles Darwinia était laissé à l'abandon, l'ADN constituant les Darwiniens a été légèrement modifié à plusieurs reprises, générant des Darwiniens de couleurs différentes. Depuis, ils se sont appelés les Multiwiniens. On ne le sait que trop bien, quand des personnes vivant ensemble se considèrent trop différentes, c'est le début de la fin. Ayant pris goût à la guerre lors de l'éradication du virus, les Multiwiniens ont commencé à vouloir délimiter leur territoire, définir l'étendue de leur influence, voler des statues ennemies. Comme cela ne suffisait pas à définir leur supériorité, ils ont aussi entamé la course vers l'espace.

Quand les Multiwiniens verts ont remarqué ma présence, ils m'ont fait comprendre qu'ils aimeraient restaurer la paix sur Multiwinia, et qu'ils auraient besoin de mon aide pour cela. Si seulement je ne les avais pas écouté... jamais je ne me suis douté que mes actions feraient plus de tort que de mal, mais c'était trop tard. Je les ai cru, et ai essayé de les mener vers la victoire, sans me rendre compte que pour eux, ramener la paix était synonyme de éradiquer tous les autres. Depuis mon interface de contrôle, il m'était possible de choisir le prochain champ de bataille parmi les différentes missions proposées. Comme Darwinia a été ouvert au grand public et que les verts n'étaient pas les seuls à envoyer des signaux de détresse vers le monde réel, je pouvais choisir d'effectuer mes missions contre des Multiwiniens entièrement indépendants, ou bien contre des équipes aidées par un autre visiteur.

Une bouffée d'napalm a scellé leur destin



En tout cas, si vous avez visité Darwinia précédemment, vous retrouverez rapidement vos marques. Les Multiwiniens étant plus évolués que les Darwiniens, vous pouvez maintenant aussi les sélectionner et donner des ordres de mouvement sans devoir nécessairement promouvoir un multiwinien en officier (un officier pouvait donner une direction de mouvement que les darwiniens suivent sans rechigner). De plus, les officiers peuvent maintenant aussi ordonner aux multiwiniens de se déplacer en phalange. Ils seront bien évidemment plus lents, mais cette formation leur permet de tenir plus longtemps face au feu ennemi.

Malheureusement, depuis la mort de Sepulveda, les codes permettant de créer des squads ou autres unités ont été perdus. Tout ce qu'il reste, c'est un générateur aléatoire d'objets. Ces derniers tombent du ciel à intervalle réguliers dans une sorte de caisse. Il me semble qu'un jeu vidéo nommé Worms utilise le même genre de technique. Tout comme dans ce jeu, certaines caisses peuvent contenir des objets utiles (tourelles, véhicules de transport, pièges à envoyer chez l'ennemi), mais d'autres peuvent être piégées, et peuvent par exemple ralentir vos unités pendant 30 secondes, ou invoquer des Futurewiniens (des Multiwiniens Noirs pas sympa). Il suffit d'envoyer un groupe de Multiwiniens chercher la caisse, et vous aurez accès à son contenu.

Flat but true



Au cours des missions terriblement sanglantes, on est ravis de voir que les nouvelles méthodes de sélection des multiwiniens permettent de conserver une bonne cadence. En effet, en plus des officiers qui peuvent donner des ordres à vos unités, il y a aussi une méthode de sélection similaire à Pikmin : quand on clique sur le sol, un cercle s'élargit autour du curseur, sélectionnant toutes les unités à l'intérieur, vous pouvez ensuite leur donner l'ordre de se déplacer.

Une chose est sûre, une visite à Multiwinia est très tactique, et ne laisse que peu de chances au hasard. Puisque nous ne devons pas nous préoccuper de la création d'unités (certaines missions nécessitent évidemment de capturer des générateurs de multiwiniens), et que ces dernières attaquent automatiquement l'ennemi (voire fuient si ce dernier semble trop puissant), il faudra souvent veiller à respecter la loi du nombre, et ne pas hésiter à envoyer des tas d'unités au casse-pipe, les survivants vous remercieront.

Pour ce qui est des missions, je dois avouer qu'actuellement, c'est Assaut et Course aux Etoiles qui remportent mes préférences. Le premier mode demande à l'attaquant de briser les lignes de défense terriblement bien gardées d'un ennemi qui garde une arme de destruction massive. A la fin du temps imparti, cette bombe explose et il faudra donc tenter de la désamorcer à temps. L'attaquant reçoit sans arrêt des renforts, mais le défenseur travaille avec des unités limitées, il lui faudra donc gérer sa défense intelligemment.
La Course aux Etoiles vous demandera d'envoyer vos multiwiniens dans l'espace avant l'équipe adverse. Evidemment, la fusée est terriblement vulnérable, un fin stratège sera peut-être tenté de l'attaquer directement.

Les parties de Multiwinia sont des affrontements terribles d'une dizaine ou quinzaine de minutes. Tout comme dans Defcon, on sent parfois un sentiment de malaise quand de nouvelles unités arrivent et que vous les envoyez à une mort certaine. Pour ce nouveau jeu, Introversion a gardé une interface épurée vous emmenant droit au but, en quelques secondes vous êtes sur le champ de bataille, et chaque seconde compte si vous ne voulez pas vous faire écraser. Les six modes de jeu ont déjà été détaillés lors de news précédentes, que je vous invite à relire si vous voulez plus de détails. Pour terminer, sur la version que j'ai pu tester, il y avait encore quelques bugs de localisation, dont le pire est peut-être le message à la fin d'une partie: "Appuyez sur ESPACE pour quitter" devrait être "Appuyez sur ECHAP pour quitter". Enfin, on m'a confirmé que la localisation devait encore être finalisée, et qu'elle serait corrigée rapidement.

Pour un peu moins de 20 EUR, Multiwinia est un excellent jeu dans la même veine que DEFCON : idéal pour se faire quelques parties multi vite fait. Les néophytes auront intérêt à s'entrainer sur des modes de jeu plus simples tels que Domination ou King of the Hill. Il sera disponible ce 19 septembre à partir de 18 heures (voire plus tôt pour ceux qui l'ont précommandé). Vous pouvez l'acheter sur Steam ou sur le site d'Introversion.
Terriblement nerveux, Multiwinia est un jeu de stratégie idéal pour des parties rapides. Les modes de jeu sont épiques et bien adaptés au thème rétro.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews