Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Just Cause

toof par toof,  email
 
Just Cause, où le genre de jeu sorti de nulle part, développé par une équipe toute neuve, voilà qui peut laisser perplexe. De plus, un jeu qui s'attaque aux ténors d'un genre où beaucoup se sont cassé les dents, là on est plutôt sceptique.

Pourtant, Just Cause a dans son calbut de quoi appâter le chaland.

Mon peuple vaincra !



Pour faire simple, Just Cause a tous les ingrédients pour être un GTA Like : une zone de jeu immense, une liberté totale dans les déplacements, des tas de véhicules pilotables, un arsenal conséquent pour dérouiller des ennemis et des innocents, des factions présentes qu'il faudra combattre ou aider. Le joueur incarne Rico Rodriguez, l'agent secret le plus mal animé et mal sapé de toute l'histoire des jeux vidéo, et a été parachuté (dans le sens propre du terme) sur une île dont il faudra renverser le régime en place, en contrôlant l'armée et toute la production de drogue qu'il est possible d'y cultiver. Le scénario du jeu avancera au fur et à mesure que l'on remplira les missions principales, toujours précédées de cinématiques aussi ratées que ridicules. Non les gars, là, honnêtement, vous auriez dû faire l'impasse.

A côté de ces missions principales, l'île, qui se divise en de nombreuses zones, propose tout un tas de missions secondaires pour passer le temps. A chaque nouvelle zone, il faudra commencer par libérer un village à l'aide de quelques guérilleros, qui ensuite vous refileront des missions pour déstabiliser les vilains. Autant le dire tout de suite, les missions sont la plupart du temps les mêmes, pas forcément passionnantes - aller d'un point A à un point B avec des méchants aux fesses, détruire tel ou tel truc, trouver 10 items dans une zone définie, protéger un mec de l'assaut d'ennemis - et le gameplay qui fait dans l'à peu près n'est pas là pour rendre les choses plus palpitantes.


Rico Rodriguez, agent secret avec de gros sabots



Du coup, Just Cause présenté comme ça, ça fait plus tellement envie. Pourtant, l'ennui, ça fait pas passer de nombreuses heures sur un jeu, il y a donc bien quelque chose qui fait de Just Cause un jeu sur lequel on revient. Et là, la réponse se trouve simplement dans l'énorme potentiel ludique que renferme le soft : la multitude d'à-côtés. Si les gunfights et la conduite des voitures ne sont pas des modèles de réussite, tout le reste l'est, réussi. Certains véhicules sont carrément marrants à conduire, et pour tout ce qui concerne les engins volants, à savoir les hélicoptères, les avions de tourisme, les jets privés, les avions cargo, tout y passe, là c'est carrément le pied. On s'amuse à faire des rase-mottes, des piqués, on vole dans tous les sens, souvent pour admirer le travail exemplaire réalisé par les développeurs sur l'aspect graphique : c'est magnifique : Just Cause est capable d'afficher sans broncher des kilomètres de paysages riches en détails et variés, de magnifiques fonds marins et un ciel aux nuages d'un réalisme saisissant, le tout avec un framerate irréprochable.

Et lorsqu'on se retrouve à un millier de mètres dans les airs, rien de tel qu'une petite scéance de chute libre afin de profiter d'un coucher de soleil sur l'océan. Et si ça ne suffit pas, il est toujours possible de faire quelques cascades, de s'accrocher grâce au grappin à n'importe quel véhicule, qu'il soit terrestre, aérien ou maritime, pour faire une petite séance de parachute ascensionnel. Bien sûr, comme dans tous les jeux du genre, il sera toujours possible de faire quelques carnages afin de se mesurer aux forces en présence, militaires ou miliciennes et tout dégommer à base d'hélicopères de combat, de tank et autres armes bien lourdes, dans un ambiance évidemment joyeuse et conviviale !

En résumé, Just Cause n'est pas exempt de défauts, entre son gameplay un peu brouillon qui aurait gagné à être un peu plus travaillé et ses missions pas hyper variées, mais c'est un jeu où l'on prend plaisir à faire des cascades invraisemblables, se balader afin de découvrir de nouveaux lieux et de nouveaux véhicules, le tout parfaitement librement. A près de 70 €, ça reste très cher payé, mais vous pouvez sauter dessus si une bonne occasion se présente.

Merci à jeuxvideo.com pour les images
Un gros morceau de fun

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews