Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Jamestown

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Jamestown. C'est classe comme nom. Ca sonne comme une marque de whisky et pourtant c'est le nom de la première colonie anglaise qui a tenu le coup dans ce qui deviendra les Etats-Unis.

Sauf que dans Jamestown : Legend of the Lost Colony, la colonie en question est sur Mars et elle est attaquée par les Espagnols en 1619. "Bring your friends" dit le site web. Zaza et moi-même avons bravé le défi pad en main.
Jamestown : Legend of the Lost Colony est un manic shooter 2D vertical créé par les trois américains de Final Form. Les ricains ne sont pas vraiment les maîtres du genre mais les petits gars de Final Form ont été élevés au Cave et ça se sent dès les premières secondes de jeu. On a l'impression de jouer à une version steampunk de Dodonpachi tant les patterns de tir, les vitesses de déplacements et même parfois l'agencement des niveaux sont similaires. Attention je ne parle pas ici d'une vulgaire copie de chez Gameloft. Je parle bien d'un jeu 100% original fortement inspiré des productions japonaises.

On commence par choisir son vaisseau parmi quatre (un au début mais on débloque les trois autres très vite). Ils ont tous en commun le tir principal non améliorable mais ont chacun leur tir secondaire. On peut soit balancer un gros rayon, soit orienter son tir secondaire, soit charger et envoyer des grosses boulettes soit faire exploser ses tirs à distance. Chacun a évidemment ses forces et ses faiblesses en fonction de la situation. Le tir orientable par exemple est pratique pour dégommer les ennemis sans les affronter de face tandis que les grosses boulettes permettent de nettoyer rapidement toute une partie de l'écran.

Masse Ma Trique



En crevant, les ennemis laissent tomber des écrous dorés. Si on les ramasse, on fait grimper sa jauge de vaunt. Quand elle est pleine, on peut activer le vaunt. Ca va d'abord créer un bouclier qui dure quelques secondes mais ça va surtout démultiplier la puissance de feu tant qu'on a du vaunt. La barre redescend assez vite mais on peut la faire remonter en rechoppant des écrous. Tout le jeu consiste à rester le plus longtemps en vault et donc à prendre des risques pour chopper le plus d'écrous possible. On gagne évidemment des tonnes de points bonus durant un combo vaunt si on arrive à la fin de la jauge sans crever lamentablement.

Le jeu est jouable à quatre en coop et c'est en multi qu'il prend toute sa saveur. A plusieurs, le système de vies/continues est assez original. On ne dispose que deux continues pour finir chaque niveau. Si l'un des joueurs meurt, il réapparait après un certain nombre de secondes qui dépend du niveau de difficulté (15 en légendaire). Mais en détruisant des ennemis, des coeurs apparaissent parfois et si les autres joueurs les chopent, ils permettent de faire revivre un ou plusieurs potes sans avoir à atteindre la fin du compte à rebours. Par contre si tout le monde claque en même temps, on perd un continue. Si on claque, sa barre de vaunt revient à zéro. On se retrouve à zigzaguer dans les barrages de boulettes pour chopper les fameux coeurs histoire de vite faire revivre les potes pour avoir la plus grosse puissance de feu possible et éviter de claquer un continue.

DoDonPachi Die Ou Joue



La difficulté du jeu est savamment dosée. Là où un Cave te fait regretter d'être né dès le troisième niveau, Jamestown : Legend of the Lost Colony est plus progressif. Le cinquième et dernier niveau est dantesque et lorgne un peu du côté d'Ikaruga avec des décors évolutifs et agressifs. A noter que pour le débloquer il faudra finir les quatre premiers en difficulté légendaire (troisième niveau sur cinq). Dans l'ensemble le jeu est dur mais n'est pas impossible. Il en faut que quelques heures pour en venir à bout si vous avez l'habitude des shoots. Pour compenser cette durée de vie un poil courte, Jamestown : Legend of the Lost Colony est blindé de défis qu'on débloque en dépensant les sous gagnés à chaque fin de niveau. Ces défis sont souvent très hardcore et vous demandent par exemple de survivre à des dizaines d'ennemis pendant vingt secondes ou de faire des tonnes de point ce qui demande une connaissance parfaite du système de score.

Graphiquement c'est une orgie visuelle de couleurs doublée d'un design très allumé avec des soucoupes volantes qui croisent des fleurs mutantes et des araignées-canon. Les boss sont énormes et le tout tourne évidemment sans broncher sur n'importe quel PC. En plus le jeu comporte une BO mémorable, mention spéciale à la musique du dernier niveau qu'on finit par connaitre par coeur à force de crever. À une époque pleine de jeux tous similaires et sans la moindre difficulté, Jamestown : Legend of the Lost Colony fait beaucoup de bien au moral. Il se paye en plus le luxe d'innover un chouia dans le genre pourtant archi-couvert qu'est le shoot'em up et ne coûte que 10 euros.
Classique instantané
Rechercher sur Factornews