Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

InCrazyBall

Netsabes par Netsabes,  email  @netsabes
 
Vous vous rappelez le principe de Trackmania ? Rouler tout seul sur un circuit super tordu et le terminer le plus rapidement possible ? Oui, c'est bon ? Ben Incrazyball, c'est à peu près ça, mais avec une grosse bille à la place d'une voiture clinquante.

Et ça vaut quoi ? Réponse dans le Minute Test.

Balle qui roule n'amasse pas mousse
Incrazyball est un petit jeu tout simple, assez rigolo, au concept très proche de celui des Trackmania... et pourtant assez éloigné dans l'esprit : si dans Trackmania on ne peut compter que sur son seul skill pour remporter les diverses courses, ici on a droit à toutes sortes de bonus, dont des armes en multi (ce qui fera plaisir à un vieux fan d'Hi-Octane comme moi), mais aussi des malus qui risquent de vous faire trébucher dans le vide.

Jouer avec une bille change également pas mal de choses : il y a beaucoup plus de loopings, de tunnels circulaires et les circuits sont généralement bien plus étroits que dans un Trackmania Sunrise. Et puis on peut s'autoriser des sauts gigantesques sans craindre un atterrissage difficile. Ceci dit, comme dans TMS, ça va aussi parfois très très vite : certains circuits se résument presque à un accelérateur géant. Car oui, les circuits d'Incrazyball sont spéciaux, tordus même. Encore plus que ceux de Trackmania Sunrise. En tout cas, c'est plutôt marrant et assez prenant.

La petite bille qui monte, qui monte
La comparaison avec les jeux de Nadeo ne s'arrête pas là, puisqu'Incrazyball se définit lui aussi comme un titre fortement communautaire et qu'il contient un éditeur de niveaux dont les pièces se débloquent au fur et à mesure que l'on termine les challenges du mode solo. Reste que cet éditeur n'est pas encore super intuitif à manipuler, et que le jeu fait pour l'instant partie de ces titres communautaires auxquels il manque encore une communauté.

Et en multi, donc, ça donne quoi ? Ben j'aurais bien aimé vous en parler, mais toutes mes tentatives de jouer en multi se sont soldées par des parties solo sur le net, la faute au manque de joueurs. Impossible donc de vous dire ce que valent les différents modes de jeu pour l'instant. Sachez juste qu'il y a des courses classiques, mais aussi du Capture The Flag (oui oui) et un mode de jeu où il faut sans cesse marquer des buts avec sa petite bille. Précisons tout de même que contrairement à Trackmania, les billes des joueurs peuvent se heurter (et donc se manger les missiles ou les mines des autres joueurs), ce qui change pas mal de choses.

Trop de la balle ?
Techniquement, Incrazyball n'est pas ce qui se fait de plus moderne : l'interface n'est pas toujours très ergonomique et les graphismes ternes (au mieux) ou tristounets (au pire) ne donnent pas vraiment envie de se lancer dans le jeu. Pourtant, on aurait tort de bouder Incrazyball sur ce seul critère esthétique (on aurait aussi tort de l'oublier, ce critère esthétique, parce que c'est quand même assez moche) : Incrazyball reste un petit jeu marrant, plutôt bien pensé et pas trop cher. Reste maintenant à voir s'il réussira à se construire la communauté qu'il mérite.
Bon

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews