Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Hidden & Dangerous 2

Fakir Bleu par Fakir Bleu,  email
Les petits tchèques d’Illusion Softworks nous reviennent pour le deuxième opus de leur simulation de commandos d’élite (c’est vrai qu’un commando d’incapables, ça le fait moins de suite…). Suite à un premier jeu fourmillant de bonnes idées mais buggé comme à pu l’être le légendaire Daggerfall à sa sortie, le titre n’avait pas rencontré le succès mérité. Voyons si le studio slave a su s’enrichir des erreurs du passé et nous pondre un grand jeu.

Le contenant


Tout d’abord, coup de chapeau à Take Two pour le superbe digipack qui contient les 3 cd du jeu (prévoyez 2.5 Go sur votre disque dur quand même). En effet, ça change des horribles boîtiers DVD bien impersonnels. Ici, c’est le luxe et l’opulence et ça fait tout de suite plus classe sur l’étagère. Bon, trêve de soucis esthétisants et passons maintenant au cœur du jeu. On vous propose d’incarner un groupuscule de membres des SAS qui sont rompus aux missions les plus extrêmes. Au début de chaque mission, on pourra choisir les quatre membres de son équipe. A vous de bien les sélectionner pour leur complémentarité ou votre manière de jouer. Sachant que certains sont plus discrets, d’autres plus adroits, d’autres pouvant porter un plus gros barda, et les derniers faisant de meilleurs sandwichs (c’est important à la guerre un bon casse croûte). Ce qui amène le second point, vous devrez également sélectionner le matériel que vous comptez emporter. La place dans votre inventaire est limitée par votre force et il vous faudra donc répartir les différentes armes entre les hommes pour pouvoir faire face à toutes les situations (les fusils seront appréciables pour le tir lointain tandis que les mitrailleuses feront merveille dans un couloir étroit).



Michel à gauche, Johnny à droite et Derek, un jambon beurre s’il te plait


Autre atout, durant la mission, on dispose d’un planificateur stratégique. En outre, ce dernier va permettre de programmer les déplacements des commandos et à votre signal, ils effectueront les actions demandées. Vous savez, les gestes vachement impressionnants comme dans les films avec Steven Seagal, à part que vous, ce n’est pas votre unique moyen d’expression… on pourra parler et donner toute sorte d’ordre à votre équipe par le biais de menus déroulants. Ainsi on pourra leur ordonner de tenir une position, de suivre silencieusement, de faire feu à volonté, d’aller dépouiller les cadavres ennemis et bien d’autres choses encore. Ainsi, on doit penser en terme de groupe et non pas miser sur sa seule compétence.



Et les bugs alors ?


Joie, je n’en ai pas eu à déplorer, le jeu est parfaitement stable sur ma configuration. Les graphismes et les textures sont très corrects, ça sent le jeu fait avec amour à de nombreux petits détails. Vous laissez des traces de pas dans la neige ou bien des taches de sang. Si vous tuez un ennemi sur un plan incliné, son arme roulera jusqu’en bas de la pente. Bref, ça a déjà été fait mais cela participe vraiment à l’immersion dans le jeu. L’immersion, parlons-en : à la première partie, j’ai voulu la jouer perso façon bad boy des FPS. Je pars donc la fleur au fusil et à peine le temps d’apercevoir l’ennemi, une balle dans la tête, merci d’avoir joué, au revoir… En effet, ici, va falloir ramper dans la boue, marcher à pas de loup (très pratique, vous pouvez régler l’allure de la marche grâce à la molette de la souris), scruter l’horizon à la recherche d’une tête qui dépasse. Les soldats disposent de sortent de cônes de détection un peu à la manière des Commandos et sont également sensibles au bruit. Les dégâts étant gérés de manière réelle, le premier qui voit l’autre en sort généralement vainqueur. On est aidé en cela par la distance de vision réellement longue et profonde, qui permettra de nous adonner aux joies du sniping. A notre disposition également, la majorité de véhicules présents sur la carte.



La technique, au rapport


Le test a été effectué sur un Athlon 1800 avec 512 de DDR et une Radeon 9700. Le jeu tourne au taquet avec AA 2x activé de manière très fluide et sans problèmes. Les graphismes sont de très bonne facture et la profondeur de champ impressionne réellement. Vous pourrez selon votre bon vouloir jouer à la troisième ou à la première personne. Le level design sert parfaitement le jeu ; par exemple le niveau où l’on doit explorer un iceberg est réellement excellent avec des morceaux de celui ci qui se détachent dans un grand fracas quand on passe à proximité. L’IA de vos alliés est vraiment bonne : ils couvrent vos arrières, font une couverture mutuelle et repèrent les ennemis souvent avant vous. Les ennemis quant à eux réagissent également très bien et au premier coup de feu, ils détalent comme des lapins de garenne pour aller se cacher dans des bas cotés ou derrière des obstacles. Seuls certains font les fortes têtes et agissent comme si de rien n’était mais cela reste très rare. Les environnements sont variés allant des glaces nordiques au désert du Sahara en passant par l’Autriche et la France. La durée de vie est réellement bonne, les missions étant longues du fait de la minutie avec laquelle il faut les aborder. On peut tabler sur facilement 20 heures de jeu. Bon je ne pourrais pas ne pas trouver quelques petits reproches comme la gestion de l’inventaire et les objectifs parfois un petit peu obscurs (on ne vous dit pas toujours que vous avez réussi un objectif) mais ces détails n’occultent en rien les qualités du jeu.

Si vous aimez les jeux de shoot tactiques où l’on prend son temps et que le sniping est pour vous une seconde nature, vous tenez désormais votre nouvelle référence. En effet Hidden and Dangerous 2 nous montre ce qu’aurait pu être le premier sans tous ses bugs, et il se révèle un achat de choix pour l’hiver qui approche. A noter l’excellente initiative des développeurs qui ont mis à disposition gratuitement sur internet le premier jeu entièrement patché avec son add-on.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews