Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Ghost Recon Advanced Warfighter 2

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
Pile un an après le premier GRAW, Ubi Soft accouche de Ghost Recon Advanced Warfighter 2. Avec un temps de développement aussi court, il ne faut pas s'attendre à une grosse révolution, tant dans la technique que dans le gameplay ; et dans la pratique, il est vrai que ce deuxième épisode ressemble fort à son prédécesseur. Avec toutefois quelques petites trouvailles plutôt sympathiques.

On passe rapidement sur le scénario, écrit sur un coin de nappe lors d'un déjeuner un peu trop arrosé : de vils rebelles mexicains s'emparent de missiles nucléaires et menacent de s'en servir pour arroser le monde libre (les Etats-Unis, donc). Les Ghosts du capitaine Scott Mitchell, héros du premier GRAW, sont donc une fois de plus envoyés sur le terrain pour enrayer la menace, si possible en finesse.


25 explosions par seconde


Bon, vous vous doutez bien que pour ce qui est de la finesse, on peut s'asseoir dessus : une grosse partie du budget Recherche & Développement ayant été utilisée dans le rendu des explosions, ça va vraiment pêter dans tous les sens à la moindre occasion. Et il faut avouer que de ce point de vue, Ghost Recon Advanced Warfighter 2 ne déçoit pas : encore plus intense et spéctaculaire que le premier épisode, l'action ne faiblit jamais et ne vous laisse pas une seconde de répit.

Les explosions impressionnent bien, mais ce ne sont pas les seules petites trouvailles graphiques de ce nouvel opus : les effets de particules, notamment de fumée, sont tous très réussis, et proposent ce qui se fait de plus réaliste à l'heure actuelle ; en attendant Crysis, bien sûr. On pourra aussi admirer un cycle jour-nuit dynamique, avec la position du Soleil, et donc la luminosité ambiante, qui évoluent en temps réel. C'est subtil, mais plutôt réussi.

Visuellement, ce Ghost Recon Advanced Warfighter 2 est une bonne évolution du premier épisode, et ne déçoit pas, malgré quelques textures un peu légères quand on vient se coller le groin dessus, et des trucs un peu ratés qui n'ont pas bougé depuis le premier épisode, comme les animations de rechargement des armes. Enfin, vu le rythme imposé par le jeu, vous n'aurez pas vraiment l'occasion de vous attarder sur ce genre de détails.


C'est moi l'chef


Maintenant qu'on a vu ce que nous réserve le jeu en termes d'apports graphiques, il est temps de se pencher sur les évolutions du gameplay. Encore une fois, pas de changements majeurs, on continue d'évoluer de couvert en couvert en sortant la tête le temps de coller quelques balles dans le buffet des moustachus nucléaires, tout en donnant des ordres à ses équipiers. De temps en temps, une phase de railshooting en hélico vous donnera l'occasion de génocider du vilain à plus grande échelle, mais c'est à peu près tout.

La vraie nouveauté se trouve dans la Crosscom, ce petit insert situé en haut à gauche de l'écran quie permet de voir en permanence à travers les yeux de vos teammates. Plutôt gadget dans le premier épisode, elle prend ici tout son sens, puisqu'en gardant le doigt appuyé sur le bouton de droite du pad, la Crosscom passe alors en plein écran. De là, il est envisageable de rester planqué au fond du champs de bataille pour superviser l'assaut, puisqu'on peut orienter la caméra et même donner des ordres à ses trouffions (basiques : se déplacer à tel endroit et flinguer tel vilain) à tout moment au travers de cette caméra embarquée. Bien sûr, il est également toujours possible d'utiliser la carte de la zone, pas très lisibles malheureusement, pour placer ses hommes, ainsi que de contrôler le drone UAV pour survoler le terrain et repérer les bad guys.

Et malgré le peu d'ordres à disposition (impossible de demander à vos petits soldats de jeter une grenade, par exemple), on prend un pied monstre à coordonner une attaque de loin, bien à l'abri des balles perdues, surtout lorsqu'on se retrouve à contrôler un tank, un hélico et un groupe de soldats en simultané. D'autant plus que les soldats répondent globalement bien aus ordres, se mettent correctement à couvert, et ne prennent pas trop d'initiative malheureuse.


C'est bon, mais c'est court


On a donc un jeu joli, explosif, proposant à la fois une action soutenue et la possibilité aux généraux en herbe de diriger leurs petits soldats sans risquer de salir leur bel uniforme du sang de leurs ennemis. Soit. Le problème, c'est qu'on ne s'ennuit pas une seconde, et que donc la fin arrive un peu brutalement, et surtout un peu trop rapidement, au bout de 6-7 heures de jeu grand maximum. D'autant plus que le niveau de difficulté semble avoir encore été revu à la baisse par rapport au premier épisode : il faudra jouer en mode difficile d'emblée pour avoir un semblant de challenge.

Six heures de jeu, ça fait peu, surtout à ce prix-là. L'achat de Ghost Recon Advanced Warfighter 2 n'est donc vraiment envisageable que si vous avez l'occasion d'y jouer en multi. Car de ce côté-là, Ubi a une fois de plus soigné le boulot, avec une chouette campagne coop de six missions toujours aussi jouissive qui devrait vous occuper un bon moment, sans parler des modes de jeu multijoueur plus classiques comme les divers affrontements, en Free for all ou en équipes. On notera d'ailleurs que ce mode multi a fait de grands progrès au niveau visuel, pour un résultat proche de ce que propose le mode solo en termes d'effets qui font plaisir aux yeux : les explosions à grand spectacle sont bien évidemment de la partie, tout comme les effets d'ombre portées ainsi qu'une profondeur de champs bienvenue. On pourra aussi noter la présence de quelques petites sucreries dans le déroulement des missions coop, comme la présence de soldats alliés ou des objectifs qui évoluent dynamiquement en cours de mission.

Ghost Recon Advanced Warfighter 2 est un chouette data-disk, joli, nerveux, et comprenant juste ce qu'il faut d'innovations pour satisfaire le client. Le problème, c'est que le data-disk en question est déguisé en jeu complet, et vendu au tarif d'un jeu complet. Si vous n'avez pas d'abonnement Gold au Live, attendez donc de trouver le jeu en occase, ce qui ne devrait pas tarder. Pour les autres, les petites améliorations apportées au mode solo et les nombreux modes multi devraient vous occuper suffisamment longtemps pour rentabiliser l'investissement.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews