Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Dungeon Siege : Legends of Aranna

Sidoine par Sidoine,  email  @sidoinedw
Dungeon Siege : Legends of Aranna est une nouvelle aventure de Dungeon Siege, un jeu de porte, monstre, trésor inspiré de Diablo, sorti en 2002. C'est Mad Doc Software qui va nous conter l'histoire d'un jeune aventurier lancé à la poursuite du vil Shadowjumper. Préparez-vous à accumuler points d'expériences et pièces d'or...

La légende des haras nationaux


Première remarque, contrairement à ce que ferait penser le prix bas, le jeu original est inclus, on n'a donc pas besoin de l'avoir pour jouer à l'extension. Rappelons rapidement ce qu'était Dungeon Siege : on dirige un groupe de héros dans un monde médiéval-fantastique. Comme il se doit, on tue des monstres, on ouvre des coffres, on récolte de l'or, des armes, des armures, des sortilèges et des objets magiques, et on augmente de niveau. Classique. Le jeu s'était pourtant fait remarquer par ses graphismes forts jolis, avec des décors champêtres très réussis, et son action bien rythmée. Ça explose dans tous les sens, les monstres gémissent et s'écroulent, les coups d'épée pleuvent et partout il y a des lumières vives qui accompagnent des sortilèges et enchantements très variés. Et surtout on peut acheter une mule qui nous suit partout, permettant ainsi de céder à nos caprices de collectionneur. Par contre il n'y a pas de chevaux, contrairement à ce que suggérait le titre du paragraphe. Je vous ai bien eu.

Le jeu n'a pas beaucoup changé. Il y a quelques petites nouveautés dans l'interface comme par exemple un bouton pour répartir les potions magiques entre les héros du groupe. L'ajout le plus important est la possibilité d'associer à des touches une combinaison quelconque de sortilèges et d'armes pour l'ensemble des personnages. Cet ajout est très pratique car il permet de choisir rapidement les sorts des magiciens au lieu d'avoir à cliquer dans un menu déroulant comme c'était le cas dans le jeu original. Il y a également une classe d'objets supplémentaire : les ensembles d'objets, qu'il faut compléter pour obtenir des bonus (comme dans Diablo II).



Legends armes à St Tropez


Bien sûr, le principal intérêt de Legends of Aranna c'est la nouvelle campagne, qui vous occupera une vingtaine d'heures. Vous commencez dans la peau du fils d'un couple de héros qui a disparu en explorant Aranna, une île autrefois dominée par les puissants Utréens, maîtres des arcanes, mais à présent parcourue par les farouches Zaurasks et Hassats, des peuples créés par magie à partir d'animaux de compagnie. Partant de la froide Arhok, très différente de St Tropez, vous allez à la poursuite du Shadowjumper, démon qui a juré de détruire le monde, et vous serez rejoint dans votre quête par des aventuriers rencontrés en chemin. Le scénario est bien sympathique bien qu'évidemment complètement linéaire. Il s'appuie sur de longs dialogues et des livres disséminés ici et là.

Bien qu'un peu faibles dans les quelques animations de transition (le moteur graphique n'est pas vraiment fait pour ça) les graphismes sont très agréables et très variés. Par rapport au jeu original vous aurez l'occasion de découvrir de nouveaux environnements et de nombreux nouveaux monstres, tout aussi réussis que les anciens. L'environnement sonore est lui aussi d'aussi bonne facture. La traduction est bien faite, y compris le doublage - à part quelques erreurs ici et là (lanceur de gobelins pour lanceur gobelin, par exemple). Petite étourderie amusante, on a droit à la version espagnole de l'animation finale (en réalité tout à fait anecdotique).



Tout n'est pas parfait


La très grande linéarité du jeu - dans les cartes, il y a rarement plusieurs chemins possibles, les quêtes optionnelles sont sans conséquence, on n'a aucun choix lors des dialogues - n'est pas vraiment un défaut. Non plus que l'absence d'énigmes à résoudre ou même de clefs à trouver pour ouvrir des portes. C'est le style du jeu, rapide, amusant, qui veut ça. Le problème vient plus tôt du moins bon dosage de la difficulté par rapport à la campagne originale. En fait, à partir du premier tiers du jeu, alors que jusqu'alors tout semblait très bien dosé, cela devient très simple (je jouais au niveau le plus difficile). À partir de là, on ne se pose plus vraiment de question : on sélectionne tous les personnages et on les envoie au beau milieu des monstres. Ils réagissent tout seul et il n'y a plus qu'à appuyer régulièrement sur la touche H ou M pour leur faire boire des potions. J'exagère à peine. Si on veut vraiment jouer la difficulté, il faut s'imposer des règles, comme par exemple l'interdiction de boire des potions ou d'utiliser certains automatismes.

Il est possible de jouer à Dungeon Siege en réseau en passant par ZoneMatch. Par rapport à Diablo II, le fait que les cartes ne soient pas aléatoires et que les parties soient hébergées par les joueurs rendent ce mode moins intéressant. Ce qui compense, c'est peut-être toutes les facilités qui existent pour créer ses propres scénarios. Pour ma part, je n'ai pas trop été attiré. Ce qui est plus intéressant c'est de faire la campagne directement en multijoueur avec des amis.

Dungeon Siege : Legends of Aranna est un beau jeu très amusant et pas cher du tout qui vous tiendra longtemps en haleine, surtout si vous n'avez pas encore fait la première campagne. Peut-être pas très intelligent mais quand même bien divertissant.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews