Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

DJ Max

Adeher par Adeher,  email  @Adeh3r
Il y a quelques mois de cela, je suis tombé sur le trailer d'un jeu PSP qui s'annonçait fort sympathique. On y voyait une séquence animée type manga, dans laquelle une blonde physiquement intelligente se déshabillait en tournant sur place façon Sailor Moon, pour se retrouver en bikini chantant de la J-Pop face à une foule en délire. Au milieu de tout ça, on pouvait parfois distinguer ce qui semblait être un rythm game, et ce qui semblait être une culotte. Et moi j'aime ça, les rythm games.

Un jeu dur


Premier lancement du jeu, une magnifique intro me rappelle à quel point l'écran de ma PSP est de qualité, à quel point j'aime secrètement la J-Pop (ou K-Pop ici), et à quel point ce bikini lui va bien. Puis j'atterris dans les menus, des menus classes, stylés, colorés, en anglais, j'aimais déjà ce jeu.

Première partie, je tente le mode normal (normal), et je choisis une chanson parmi la trentaine disponible. Huit secondes plus tard, je me dis qu'il faudrait peut-être commencer par le mode easy, c'est plus logique. Quatorze secondes plus tard, je vais faire un tour dans les options voir si j'ai pas loupé un truc, genre décocher la case "jeu de taré". Rien de tout ça...
Ma plus grande fierté fut de ne pas m'arrêter là : le lendemain, j'étais déjà accro.

Le but du jeu est plutôt simple, surtout pour ceux qui ont déjà pu jouer à Beatmania, voire Dance Dance Revolution. Des petits blocs, appelés "notes", tombent à la verticale, et on doit appuyer sur la bonne touche au moment où ils franchissent la barre. Ces notes sont plutôt bien calées sur la musique, et à la différence de Donkey Konga où l'on se contentait de faire 2 percus sur une chanson, ici on fait la mélodie. Une fausse note ou pas de note du tout, on l'entend, et la barre de vie descend. Et elle descend vite. Et il faut beaucoup de notes justes pour la faire remonter tout doucement jusqu'à la fin de la chanson, où alors un gros splash screen vient vous annoncer que vous n'êtes qu'un gros noob. On s'y habitue, mais les premières fois ça surprend.

Un jeu très dur


Après quelques heures de DJ Max, un individu autre que ZazaLeNounours doit être capable de boucler disons le tiers des chansons du mode easy. C'est vraiment là que le fun commence, car les réflexes du jeu sont acquis, et on peut vraiment se concentrer sur les mélodies et les séquences. Le jeu propose 3 modes principaux, Easy (4 touches seulement, gauche/haut/triangle/rond), Normal (droite/carré en plus) et Hard (L/R en plus). Les chansons proposées sont les mêmes, mais le nombre de notes à taper et de cheveux à s'arracher augmente avec la difficulté.
Vous gagnez des points en fonction de votre précision lorsque vous arrivez par miracle à terminer une chanson, et ces points vont vous servir à débloquer de nouveaux morceaux, de nouvelles images dans la galerie, mais aussi des gears et des notes. Les gears sont tout simplement les skins du jeu, et elles fournissent plus ou moins de bonus à votre barre de vie, indispensables pour terminer les chansons qui vous résistent. Les notes sont les différentes apparences des blocs que vous voyez à l'écran. Ca peut être des étoiles, des avions, des petits chats, des bâtons de dynamite, tout un tas de machins qui vont occuper la moitié de l'écran mais qui fileront un bonus au score. Les points gagnés débloquent aussi des handicaps, allant du complètement barjo au complètement taré, et qui vous amuseront si vous êtes un cyborg.

Parlons un peu des musiques, puisque DJ Max est un jeu musical. Je m'attendais au pire (j'ai longtemps joué à la version japonaise de Donkey Konga), et puis finalement y a du moyen, du bien, et du trodlaballe, pour tous les goûts : R&B Fantasy, Yellow Hiphop, Jungle Pop, Techno Stock, Beer House, Happy Core, Nu Skool, School House, ... Vous foutez pas de moi c'est marqué dans les menus. Pour remplir les 2/3 de l'écran inutilisés, chaque chanson possède son movie clip, hélas souvent pauvrement animé, et n'affichant presque aucune jolie fille en bikini. Je les soupçonne d'avoir un peu tout misé sur l'intro, ou alors c'est un geste noble pour que le joueur se concentre sur les notes.

Côté réalisation, rien à redire, c'est plus que soigné. Les touches répondent avant même qu'on ne les enfonce, les effets visuels vous éblouissent jusqu'au splash screen, seuls les hauts-parleurs de la console montrent leurs limites, et il est donc préférable de jouer avec un casque (ça évitera aussi à votre entourage d'entendre les 15 premières secondes de la chanson en boucle pendant 2 heures).

Un jeu vraiment très dur


Finalement, le seul défaut du jeu est sa difficulté. J'essaye de me dire que ce jeu n'est pas fait pour les occidentaux, mais j'ose espérer que quelques coréens ont trouvé ça difficile aussi, on va pas me la faire. Il faut donc s'armer de patience et de pommade pour commencer à être à l'aise en mode Normal. Je vous parlerais bien du mode Hard, mais il est difficile de se faire une idée sur 6 secondes.

DJ Max n'était disponible qu'à l'import, j'ai fais quelques vidéos pour que vous puissiez avoir une meilleure idée de gameplay avant de l'acheter. Dans un élan d'amour propre, je n'ai bien sûr pas filmé les chansons sur lesquelles je me plante lamentablement.
Mais pour prouver ma bonne foi, voici 2 vidéos faites par un taré en mode super pas facile (fournies par Ruliweb)

Voici le jeu qui a délogé l'UMD de Lumines, jusqu'ici confortablement calé dans ma PSP. Mes mains souffrent, mes amis me regardent bizarrement, mais plus je progresse et plus j'ai le sentiment de devenir un homme meilleur. Si votre PSP prend la poussière et que vous aimez les jeux du genre, foncez. Mais restez calme.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews