Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Brute Force

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Halo aura laissé une sacrée traînée de poudre derrière lui. Chaque jeu d’action sur console lui est comparé depuis, et les développeurs de Digital Anvil ont dû bien étudier le phénomène tant leur sauvage Brute Force lui ressemble en de très nombreux points. L’élève surpassera-t-il le maître ?

Halo 1.5 ?


Pour bien cerner Brute Force, autant le comparer d’entrée à Halo, dont il fait plus que s’inspirer. Les moteurs graphique et physique tout d’abord, dont la ressemblance est frappante: rendu visuel identique, bump mapping à tout va, réactions et animations des ennemis similaires. Le déroulement du mode Campagne est également calqué sur celui de son aîné, avec des missions assez longues dotées de nombreux checkpoints. Même les menus peuvent être confondus, c’est dire ! Plus anecdotique mais toujours notable, le joueur ne peut porter que deux armes simultanément et le système de visée avec lock automatique sent bon la repompe. En fait, la seule véritable différence entre les deux est que si Halo se jouait à la première personne, Brute Force se pratique à la troisième. En revanche, rendons à César ce qui lui appartient. Si Brute Force reprend les mêmes ingrédients multijoueur qu’Halo, il double cependant le plaisir du mode Coopératif : quatre joueurs peuvent s’y acharner en écran splitté.



Que la Brute Force soit avec vous


Brute Force vous place dans la peau d’un commando de troupes d’élite étrangement nommé… Brute Force. Autant ne pas s’attarder sur un scénario quasi absent, qui au travers de superbes cinématiques, se résume à : « c'est un méchant ? Ok, on va le buter ». On commence l’aventure avec Tex, le bourrin militaire américain de base, rejoint par ses trois acolytes au fur et à mesure des missions. Tous sont des clones, et disposent donc de vies infinies, même si une mort vous coûtera cher au niveau financier. Chacun des quatre membres a ses propres caractéristiques (armement lourd ou léger, jauge de vie, équipement, aptitude à sniper) et capacités spéciales à temps limité : Tex utilisera ses deux armes simultanément pour mieux faire le ménage et Brutus le Lézard pourra activer une vision thermique assez pratique pour débusquer les ennemis par temps de brouillard. Quant à Hawk, elle pourra se rendre invisible pour faire du repérage et poser quelques mines. Enfin, la Cyborg Flint pourra locker son adversaire jusqu’à élimination totale de celui-ci.



Barracuda ou Futé ?


Ces différences entre les personnages jouables permettent une variété de gameplay très plaisante, pour peu que l’on fasse l’effort de prendre son temps. En effet, si chaque mission peut s’effectuer de manière relativement bourrine en fonçant dans le tas tête baissée, cela se fera avec de nombreuses pertes de munitions et de vies (ce qui implique que le gain d’argent sera moindre). Pire encore, on se fera lamentablement trucider dans les modes de difficulté élevée. Mais le joueur désireux de se la jouer tactique, qui usera des possibilités de chacun en donnant des ordres à ses coéquipiers (un peu débiles au demeurant) ou en les incarnant carrément d’un simple pression sur la croix directionnelle, verra apparaître un jeu tout suite plus fin, et prendra un malin plaisir à toujours tenter de faire un meilleur score sur une mission.



Plus on est de fous…


A l’instar de Halo, le mode multijoueur de Brute Force est un modèle du genre, puisque de nombreux modes sont disponibles pour permettre à quelques acharnés (jusqu’à 16) de s’affronter en écran splitté ou en linkant des Xbox. Comme évoqué quelques lignes auparavant, le mode Campagne peut s’effectuer en coopératif jusqu’à quatre joueurs, chacun incarnant un membre de l’équipe. C’est ici que Brute Force prend toute son ampleur, pour peu que chacun des protagonistes joue le rôle de son personnage et en exploite les caractéristiques à fond. Toutefois, quand on voit ce jeu aux modes multijoueurs exceptionnels édité par Microsoft lui-même, on est tout de même en droit de s’interroger sur l’absence d’une compatibilité du jeu avec le Xbox Live. On se contentera avec dépit de téléchargement de contenu et on croisera les doigts en vue d’une suite jouable en ligne.

S’il reste en dessous de son illustre prédécesseur Halo à cause d’un scénario moyen, Brute Force s’appuie sur de solides bases pour ravir les amateurs d’action pure et dure. Les joueurs les plus habiles joueront de manière plus tactique pour parvenir à bout des modes de difficulté élevés. Un excellent apéritif avant l’avalanche de jeux d’action de qualité à venir.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews