Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Boo ! Greedy Kid : Pièges de cris sales

miniblob par miniblob,  email  @ptiblob
Développeur / Editeur : Flying Oak Games
Supports : PC / Mac / Linux / Arcade
Il n'y a pas grand monde qui ose prendre le sujet de l'euthanasie à bras le corps. Alors que les décideurs publics tournent encore autour du pot, les développeurs de Flying Oak Games ont trouvé la solution : lâcher un gamin hyperactif en manque de soda dans une maison de retraite surpeuplée. Laissez la fougue de la jeunesse s'exprimer, les insuffisances cardiaques feront le reste.
On s'énerve quand on les croise dans l'espace public, on les traite de sales gosses, de pti'cons, de chiards braillards ou de jeunes sauvageons, mais dans le fond on devrait plutôt chercher à les comprendre. Ils n'y peuvent rien, c'est l'excès de sucre qui les a rendu casse-couilles. Leur dépendance aux sodas peut certes les pousser à adopter des comportements un poil bruyants et excessifs, mais en prenant un peu de recul on se rend compte qu'ils obéissent en réalité à une certaine rationalité économique. Ils n'ont pas assez d'argent de poche pour assouvir leur addiction dévorante ? Il ne leur reste plus qu'à aller chercher ces moyens financiers chez ceux qui s'accaparent les richesses : les viocs que nous sommes tous plus ou moins à leurs yeux. Car c'est bien connu, les vieux, ils ont de l'argent c'est sûr, on n'en connaît pas des pauvres. Avares oui, mais pauvres non...

Et la mamie Tromblon ?...

Si vous êtes un tant soit peu cultivé, vous savez déjà que la meilleure façon d'éliminer une personne âgée sans trop gêner le voisinage, c'est tout bêtement de lui crier dessus par surprise. C'est visiblement le point de départ de Boo ! Greedy Kid dans lequel on nous propose d'incarner un mouflet qui a trouvé une super technique pour se faire de l'argent de poche : il se pose derrière un vieux et couine un coup en espérant que le palpitant lâche. Né à l'occasion d'une game jam comme un simple concept débile, les développeurs de NeuroVoider ont creusé l'idée pour finalement en faire un jeu non moins débile.



Techniquement, on se retrouve donc avec un titre très typé arcade conçu autour de 100 niveaux mais accueillant aussi un éditeur permettant de créer ses propres environnements et de les partager avec les sales gosses du monde entier. Chaque niveau fonctionne de la même façon : un enchevêtrement de couloirs disséminés sur plusieurs étages et reliés entre eux par des portes colorées. Une porte d’ascenseur marque le point de départ, une autre l'arrivée, mais pour que cette seconde s'ouvre il est nécessaire de terrasser toutes les personnes âgées qui déambulent dans le coin.

Approche en finesse

Méfiez-vous, les vieilles carnes ont la peau dure, et certains croulants demanderont de s'y prendre à deux fois avant de casser leur pipe, la première frayeur les ayant juste rendus furax et prêts à vous mettre une dérouillée. Il va falloir aussi être vigilant avec le personnel médical capable de réanimer les vieux que vous avez consciencieusement mis sur le carreau. Cerise sur le gâteau, il va falloir aussi esquiver toute une équipe chargée de la sécurité, qui va des simples gardes aux robocops tueurs en passant par des para un peu givrés. Du coup, le jeu prend parfois des allures de cache-cache derrière les meubles, il faut maîtriser l'art de la roulade pour esquiver les coups, montrer ses fesses pour attirer l'attention, claquer les portes au bon moment pour étourdir les poursuivants...



On ne va pas faire comme si ces différentes options apportaient une réelle diversité. Les 100 niveaux finissent par se ressembler et le seul véritable challenge est de réussir à les passer en dessous du temps de référence et en récoltant le maximum d'argent. Bref, ne demandez pas à Boo ! Greedy Kid de proposer une vraie profondeur de jeu, c'est un titre bien stupide qui se revendique comme tel et qui se veut avant tout amusant. Il vous faut une preuve ? Au lieu d'utiliser votre clavier ou une manette pour effrayer les petits vieux, vous pouvez aussi crier tout bêtement dans votre micro. Cinq balles pour avoir enfin une excuse pour hurler sur des personnes âgées virtuelles tout seul devant son écran, finalement ce n'est pas si cher payé.

Avec Boo ! Greedy Kid, le studio Flying Oak Games nous propose une formidable relecture de la traditionnelle querelle qui oppose les anciens et les modernes. Point d'orgue de cette allégorie, la monstration du postérieur résonne ici comme le dévoilement de la face cachée de ce conflit générationnel.
Rechercher sur Factornews