Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Another Code

Joule par Joule,  email  @j0ule  
 
Premier jeu d'aventure à voir le jour sur DS, Another Code : Doubles Mémoires a tout pour plaire sur le papier : héroïne visuellement attachante, un synopsis encourageant et un gameplay exploitant toutes les capacités de la console au double écran. Ce potentiel a-t-il été correctement exploité ? Réponse dans le Minute Test, bien évidemment.

Ashley est une orpheline de 14 ans que sa tante a recueillie lorsque ses parents sont morts. Ou tout du moins, c'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle reçoive une lettre de son père lui donnant rendez-vous sur une île bien mystérieuse. Accompagnée de sa tante et après un bref didacticiel sur un bateau, la jeune fille part à la recherche de son père sur la fameuse île à l'ambiance paranormale. Disposant de bases solides, le scénario traîne pourtant en longueur et n'arrive finalement pas à déchaîner les foules. La narration est très lente, et c'est sans conviction que l'on progresse jusqu'à la fin de l'aventure. La durée de vie du jeu d'à peine plus de cinq heures, si elle se révèle horriblement courte, aura au moins le mérite de ne pas faire tomber dans une somnolence interminable.

Les seules surprises et rebondissements que l'on rencontre se situent donc dans le gameplay, et non pas dans le scénario, chose rare dans un jeu d'aventure. Les actions du joueur sont en effet ponctuées de mini-jeux pour résoudre les énigmes : souffle, adresse tactile et méninges seront tous trois mis à l'épreuve. En général, ces passages s'effectueront sans encombre, si l'on excepte deux ou trois colles à se tirer les cheveux. Ces dernières proposent des résolutions inattendues utilisant toutes les fonctionnalités de la DS, renforçant l'interaction joueur/univers de fort belle manière.

Dans le gros du jeu, sur l'écran tactile, on déplace son personnage vu de dessus tandis que sur l'écran du haut, des écrans fixes à la Myst se succèdent. Dès que l'on pense avoir une action à effectuer, une simple pression sur l'écran tactile permet de basculer l'écran fixe sur l'écran tactile et de transformer le jeu en véritable point & click où il faudra tâtonner un peu au hasard pour découvrir de précieux indices et obtenir les indispensables objets. D'ailleurs, ce système ultra rigide ne laissera aucun choix au joueur, qui fouillera méthodiquement chaque pièce sans vraiment savoir ce qu'il cherche. Pire même, on retrouve le défaut récurrent des mauvais jeux d'aventure où un mécanisme n'est disponible que lorsqu'une action anodine pas forcément liée est réalisée. Des défauts difficilement pardonnables, même pour le premier jeu du genre sur Nintendo DS.

Le plaisir de la découverte et la surprise de chaque trouvaille de gameplay laissent rapidement place à d'autres sentiments moins enchanteurs. La mollesse de l'intrigue, le manque d'information ainsi que la durée de vie de moins d'une demi-douzaine d'heures laissent sur le palais le goût de la frustration. On reste hélas sur cette note négative après avoir achevé cet Another Code : Doubles Mémoires qui aurait mérité un bien meilleur sort.
Moyen

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews