Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Amped 2

Fakir Bleu par Fakir Bleu,  email
Les p ‘tits gars de chez Microsoft nous reviennent pour le deuxième volet des d’jeuns trop stylés qui volent au-dessus de la neige avec élégance… ne riez pas, les traductions du jeu sont au moins de ce niveau là. Mais ne vous inquiétez pas, nos amis de Redmond ont mis les petits plats dans les grands pour nous servir une excellente simulation.

De la poudre plein les naseaux


Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler ce qu’est le snowboard tellement ce sport trop « chébran » a vite été récupéré par nos amis publicitaires, ni d’établir une quelconque comparaison avec l’autre hit du moment sur ce segment à savoir SSX3 d’EA sports. Amped est une série à part qui se veut une simulation proche du réalisme par rapport à l’extravagance de son prédécesseur. En effet, ici point de 1600 Corkscrew to Fakie Nose Press ou d’autres divers sauts à l’amplitude exagérée, mais des figures restant dans le domaine du crédible. Un classique mode carrière s’offre à vous. Il va vous permettre de créer votre rider et de le faire progresser tout en débloquant des montagnes et des parcours différents. De nombreux challenges vous sont proposés au cours de ce mode : des sessions photos où il faut passer à travers d’anneaux en faisant un maximum de points ou battre des pros en enchaînant les tricks. Une fois ces parcours débloqués vous pourrez les dévaler en freeride avec des pros si vous le désirez. A noter que les pros choisis le sont judicieusement car la plupart sont des stars montantes (Gigi Rüf) ou confirmées (JP Walker), et non pas 1 gars connu et 15 pauvres gars sortis d’on ne sait où.



Fais-le oui, mais avec classe


La nouveauté de cet opus est la notion de style. En effet par ce biais, le développeur se rapproche de l’essence même du freestyle en snowboard. Mieux vaut une figure plus basique exécutée avec aisance et classe, qu’un trick très compliqué mais replaqué à l’arrache. Vous vous verrez donc gratifier de points supplémentaires si vous maîtrisez parfaitement votre figure soit en la « tweakant » (c’est à dire tendre la jambe ou décaler votre corps pour que la figure soit plus stylée) soit en maîtrisant parfaitement votre rotation (en inclinant seulement partiellement le stick analogique. Ainsi un 180° stylé pourra vous rapporter plus qu’un 720° ric rac. Cet ajout touche à la nature même de ce sport, et cette addition est réellement finement pensée.



Et technique aussi…


Les graphismes sont encore une fois magnifiques avec une montagne à perte de vue mais ils ne flanquent pas la même gifle que le premier opus à son époque. Néanmoins, ils sont pleinement satisfaisants et servent bien le jeu. Les animations du jeu et des riders sont excellentes avec là encore un grand souci de réalisme. Certaines positions sont un peu raides mais réalistes et tutoient parfois la perfection. A noter également que certains riders « new school » n’ont pas le même panel de figures que d’autres plus classiques, les connaisseurs apprécieront… Les musiques sont toujours aussi nombreuses. Cela va du métal, au punk rock boutonneux en passant par de l’ambiant. La globalité est plutôt de bon goût et n’agresse que rarement les oreilles. Une commande sur la manette permet de changer de style donc c’est du tout bon. La technique sert très bien le concept du jeu est c’est bien là l’essentiel.



A force d’embrasser les rails, c’est normal que tu n’aies plus de dents


Pour ceux qui reprochaient au premier titre sa difficulté, sachez que les réceptions sont moins pointilleuses que précédemment, notamment sur les rails où l’on peut arriver dans quasi n’importe quelle position et replaquer grâce à une planche à cares pseudo-aimantées. Cela favorise l’accessibilité du titre même si je trouve cela un peu dommage car la dure réalité est toute autre… vous pourrez au cours de vos exploits débloquer de nombreuses vidéos, sur les pros (les traductions françaises sont réellement pourries style limite « waï, tu vois man, c’est trop le bon kiff » et je vous conseille de jouer en VO), sur les sponsors (zuper) et autres gâteries. Autre nouveauté intéressante : le snowskate. Au panel habituel des figures de snowboard, il ajoute la dimension de liberté de rotation de la planche sous les pieds à l’instar de son papa sur le goudron. Cela rajoute à la panoplie de figures disponibles avec une gamme de tricks approfondie. La encore, le replaquage est assez aisé par rapport à la réalité mais bon, le jeu est déjà assez dur comme ça sans en rajouter. Quant à la comparaison avec les autres titres, que ce soit 1080° soit SSX3, elle n’a pas lieu d’être tant les gameplay sont éloignés. Cependant ces titres ne sont pas incompatibles et se complètent même plutôt bien (notamment Amped et SSX3).

Voilà donc ce qui est à l’heure actuelle la seule vraie simulation de snowboard. Le gameplay est technique mais la marge de progression est énorme. Si vous êtes un tant soit peu amateur de ce sport, c’est le choix le plus judicieux. Les novices auront quant à eux du pain sur la planche pour s’immerger, mais le jeu en vaut la chandelle.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews