Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Aliens Versus Predator 2

Arnaud par Arnaud,  email  @drsynack
Pas mal de temps s'est écoulé depuis le dernier test, et vous m'en excuserez je l'espère. J'étais occupé à jouer à un excellent jeu qui libérait mes pulsions (très) enfouies de prédateur. Et on peut dire que c'était plutôt brutal.

Long Time no See


Le premier Aliens Versus Predator était plutôt décevant. On se faisait décapiter en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et on ne pouvait sauvegarder qu'entre les niveaux. Un patch corrigeant -entre autre- cette lacune et un mode multijoueur bof bof n'ont pas suffit à le sortir du lot des FPS.

Mais qu'à cela ne tienne, les p'tits gars de Monolith se sont servis de cette expérience comme d'une étude de marché pour leur vrai AvP. Et ils ont bien tendu l'oreille, les bougres.

L'histoire, puisqu'il y en a une, est relativement entremélée. Un Professeur, terriblement dérangé, étudie les Xénomorphes, terme scientifique pour désigner les "aliens". Evidemment, pour une raison ou une autre, les aliens s'échappent. Mais parallèlement à ça, une autre civilisation entre en jeu. Ils ont pour étrange habitude de collecter les crânes de leurs victimes, ont un véritable florilège de gadgets high-tech, et sont somme toute assez discret.

Le lien entre tout ça ? Et bien le Général qui est chargé de désaliéniser le centre a la haine contre la troisième race (les Prédators, tout le monde l'aura comprit) et ce au point d'un peu tout faire foirer.

Je passe les rebondissements divers et variés qui ne manqueront pas d'agrémenter la vie des Marines, Aliens et Predators au cours du jeu.



Au fait


Avant d'aller plus loin, laissons parler la technique. Le moteur utilisé est le fameux Lithech, et vu que Monolith l'a développé lui-même (ce qui est en fait assez rare), ils ont bien tout optimisé comme il faut. Les extérieurs sont immenses, avec de la végétation, des nuages, des bâtiments énormes (j'insiste), les vaisseaux volent, les voitures roulent, enfin tout va bien quoi. Tout ceci aurait été un pur gâchis si le moteur ne permettait pas aussi de faire de belles scènes scriptées - qui font office de cinématiques. Monolith a usé et abusé de ce système, puisqu'au début de chaque mission vous y aurez droit, en plus des séquences initiale et finale.

Le scene scripting s'étant depuis quelques temps totalement démocratisé dans les jeux vidéo, les niveaux en sont remplis. Souvent, dans la confortable (?) fraîcheur d'un conduit d'aération, on pourra attentivement écouter la conversation de deux gardes indiscrets, ou bien, c'est un comble, le plan d'attaque du service de sécurité - en sachant que c'est vous la cible.

C'est sympa pour l'ambiance. Mais le but des missions est un peu trop souvent "Aller à l'autre bout du niveau, appuyer sur 2 interrupteur, ouvrir une porte, tuer un monstre, prendre un objet, appuyer sur un autre interrupteur, finir le niveau". Notez bien le "trop souvent", car il faut être honnête et avouer que certaines missions sont des chef-d'oeuvres de réalisation.



Sir yes Sir!


Il y a trois races, autant dire civilisations, dans AvP2. Rappellons qu'à aucun moment, dans aucun film, un Predator ne rencontre un Xénomorphe, puisqu'ils sont tout deux issus de deux films différents. Mais il se trouve que la Fox possède les droits des deux films, et les a donc réunis en un seul jeu. Admettons.

La première espèce est donc les Humains. Ils sont curieux, sûrement beaucoup trop. Leur technologie est assez évoluée, tout juste assez pour leur survie en fait. Les Xénomorphes, et récemment les Predators, les interressent, mais ils ne leur arrivent pas à la cheville sur le plan biologique. En résulte des évasions en chaîne, des massacres énormes, et des bonnes parties de rigolade pour les "prisonniers".

Leur invention la plus intelligente est sûrement le détecteur de mouvement, qui leur permet de pallier leur vue déficiente. Leur armure protège (enfin.. pas très longtemps) leur corps fragile, et leurs armes sont très puissantes. La peur, la douleur et le désir de puissance sont assurément leur faiblesse. Des trois races c'est la plus faible.

Dans la campagne Marines, on joue une équipe de militaire qui doit aller tirer au clair ce qui se passe dans le centre de recherche. Personnellement je n'ai pas trop aimé cette partie du jeu, je me sentais beaucoup trop traqué à mon goût.



Zchccrrcpzzhw


La deuxième race est celle des Xénormorphes ("Aliens", vulgairement). Ils sont clairement un chef d'oeuvre de la nature pour ce qui est de tuer. Leur société archaïque est basée sur l'obéissance à un seul être, la Reine (traduit par "Impératrice" dans la version française), qui est aussi accessoirement la seule capable reproduire l'espèce.

Ils peuvent se déplacer très rapidement, faire des bonds -et des chutes- gigantesques sans problème, et surtout se mouvoir sur n'importe quelle paroi, quelque soit son orientation. Ils ont deux modes de visions naturels. L'une, que l'on pourrait qualifier de "normale" est semblable à celle des humains, à ceci près qu'un halo entoure les êtres vivants. Bleu pour les Humains, rouge pour les Aliens, et vert pour les Prédators. L'autre mode permet de voir clair dans le noir, mais annule en quelque sorte le halo.

L'Alien passe par 3 étapes différentes dans sa vie. Au début, il est une espèce de bestiole chelou qui sort d'un oeuf, et qui recherche un hôte pour se développer. C'est la première mission de la campagne Alien. A ce stade, l'être ne peut pas vraiment tuer quelqu'un si ce n'est en l'étouffant - et en général ce traitement est réservé à leur hôte. Il peut cependant grimper aux murs sans problème.

Une fois à mâturité, il sort de son hôte en lui défonçant la cage thoracique. C'est la deuxième mission de l'Alien :) Ce stade est celui ou il est le plus vulnérable. Il doit absolument se nourrir pour atteindre sa mâturité finale. Cette mission est sympathique car le type de jeu devient plus "look and hide" que "run and shoot".

Une fois adulte, le Xénomophe est une véritable machine à tuer, et le jeu commence pour de bon. Enfin "carnage" serait un terme plus approprié.



Donnez moi vos crââââââââânes!


La troisième et dernière race sont les Prédators. Ils étaient jusque là inconnu des humains, bien qu'ils ne puissent ignorer l'existence de ces derniers. C'est donc un choix de se cacher.

Bien que leur avance technologique soit totale, leur mode de combat (et probablement de vie) est très tribal. Ils collectent le crâne de leurs victimes avec passion. Alors que l'Alien n'a que ses dents, ses griffes et sa queue pour se battre, le Predator a, à l'instar de l'humain, un panel assez large d'armes, toutes plus puissantes les unes que les autres. Dans la première partie du jeu, où l'on ne combat que des Marines, l'arsenal du Prédator se limite à sa lance et son arbalète. Mais plus loin dans le jeu, notre chasseur reçoit un canon à plasma, qui signe l'arrêt de mort de tous ses ennemis.

Car il faut savoir que le Predator possède un casque tip-top. Il a quatre modes de vision. Le 'normal' est semblable à la vue de base des Marines. D'autres permettent de voir les 3 races en fonction des ondes qu'elles émettent. Dans le mode de vue approprié, le canon a plasma cible automatiquement et TRES rapidement l'ennemi le plus proche. Il n'y a plus qu'à tirer, et la cible est morte. Très pratique pour tuer un maximum d'ennemis en un minimum de temps, comme par exemple quand on se retrouve au beau milieu d'une ruche d'aliens...

Mais les munitions ne sont pas illimités. Enfin virtuellement, si. En effet, le Predator possède une batterie sur laquelle pompent différents équipements, comme le Médicomp (qui permet de se soigner), le Camoufleur ou encore le Canon a Plasma dont je parlais plus haut. Cette batterie descend très vite, mais remonte encore plus vite. Un outil spécial, originalement appelé le Rechargeur d'Energie, permet donc de recharger la batterie en une petite douzaine de secondes. On l'utilise en général après chaque carnage, quand tout est tranquille.

Le Predator, avec l'aide de sa technologie, est la plus puissante des trois races. Mais honnêtement, elle est tellement puissante que c'en est trop facile.



Multijeux


Selon le personnage que l'on joue, la façon de voir l'univers doit être très différente. Le Marine marche par terre et a des mains ? Ok donc il marche par terre et il ouvre des portes. L'Alien marche sur les murs et a des griffes ? Ok bah alors on le fait marcher sur les plafonds et il explose les vitres. Le Prédator saute haut et il a des mains ? On a qu'a le faire jouer au p'tit Prince of Persia et ouvrir des portes.

Je ne dis pas ça juste pour être sarcastique. Les trois façons de jouer sautent tellement aux yeux que cela gâche un peu le jeu. C'est trop évident pour juste être une note de gameplay. Ce qu'il faut faire pour ne pas se gâcher le plaisir, c'est abstraction de ce que l'on a vu en jouant les autres races, et bien se mettre dans la peau, si on peut dire, de celle que l'on joue sur le moment.

Bon alors ?
Pour synthétiser tout ça, je dirais que bien que l'ensemble du jeu soit assez vaste, on regrette un peu qu'individuellement chaque partie soit trop courte. En fait il aurait été sûrement plus jouissif de voir un jeu original avec seulement deux grosses campagnes (mettons les humains et les aliens) puis un add-on avec la partie Predator. On resterait peut-être moins sur sa faim. Car c'est le gros problème des jeux riches, travaillés et prenants : ils sont toujours trop courts. Un exemple au hasard ? Max Payne.

Les sons sont en tout point parfaits, c'est un des points forts du jeu. Notamment la mitrailleuse des Marines, dont les bruitages sont, autant que je m'en souvienne, tout à fait semblables à ceux des films. Les musiques ne sont pas en reste, très bien dosées et composées, et je me suis surpris à ne pas les couper au bout de 10 minutes comme tout le monde le fait habituellement.

Reste le multijoueur, qui est un peu trop bourrin à mon goût pour que je m'étende dessus. Sachez simplement que pas mal de modes sont supportés, que l'on peut jouer TOUS les personnages du jeu (jouables ou pas.. donc oui, on peut jouer l'Impératrice, et si vous voulez vous faire shooter de partout, prennez ce modèle :), et qu'un browser in-game vous permettra de trouver plus de parties qu'il n'en faut. Surveillez bien aussi la communauté des mods, qui devrait être très active avec la récente publication du SDK du jeu.

Un dernier mot sur la traduction française. Les voix sont tout juste correctes, mais on a vu pire. A vrai dire, il aurait été préférable de faire une VO sous-titrée, mais bon, il faut bien que les gamins de 12 ans achètent aussi le jeu.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews